Accueil > Evénements >

8 mai 1945 : Un Sétifien témoigne à Rennes

samedi 12 mai 2012, écrit par : Setif.Info, mis en ligne par : Boutebna N.

Tous les ans depuis une dizaine d’années, une commémoration réunit une douzaine d’associations à l’initiative de l’ASA35 (Association de solidarité algérienne) et de l’Association de jumelage Rennes-Sétif. Cette année cette cérémonie avait la particularité d’être honorée de la présence d’Abdelmajid Bousbah, invité par Rennes- Sétif.

Les Rennais ont donc pu faire la connaissance de ce Sétifien, présent le 8 mai 1945 parmi les jeunes scouts qui défilaient.

Après le discours de Jean-Michel Parizot, président de Rennes-Sétif, une gerbe a été déposée au square de Sétif, en hommage aux victimes des massacres du 8 mai.

La journée s’est prolongée au centre culturel de Bréquigny. M. Bousbah s’est prêté de bonne grâce, mais avec un grand souci d’exactitude et aussi une certaine émotion, aux questions d’un auditoire très concerné par l’histoire de l’Algérie.

A noter que la cérémonie et le débat-conférence ont bénéficié de la présence de nombreux élus dont l’adjointe en charge des relations internationales auprès de la ville de Rennes. D’autre part, la participation de nombreux jeunes a été très appréciée.


Partager cet article :
19 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°138745 :
SAADI BOURAS ET SON FRERE LAMRI BOURAS , LES 2 PRMIERS SORTIENT DE LA MOSQUEE DE LANGAR , ORGANISATEUR PARMI LES AUTRES , ILS SE SONT FAIT PRISONNIERS DE 1945 A 1963 , ALLAH YAHAMHOUM LES FRERES BOUARS , SETIF LES CONNAIT MAIS PAS LES AUTRES ..
Scarlett :
BOUSBAH Abdelmajid Syndicaliste d’Algérie ; cheminot UGTA. Fils d’un syndicaliste cheminot de la CGT, ancien responsable de l’Union locale de Sétif (Algérie), à sa création en février 1956 Abdelmajid Bousbah fut contacté par le secrétariat de la nouvelle centrale pour mettre en place le syndicat UGTA des cheminots à Sétif ; il se heurta au refus du représentant FLN local qui prétendit n’avoir pas de directives pour cela. Pour passer outre, Abdelmajid Bousbah se rendit au PC de la zone ALN/FLN à Bougaâ et obtint l’autorisation du capitaine Hamimi. Les wilayas durent aider à l’organisation de comités UGTA. Le syndicat UGTA de Sétif . Abdelmajid Bousbah ??? Les associations entretiennent les amitiés franco-algériennes, et font vivre les échanges sur la culture, l’histoire, les projets en commun, Qu’elles poursuivent leurs projets, et qu’elles militent pour la reconnaissance officielle des crimes du 8 mai 45, à Sétif et sa région, Salam à ces (...)
Massinissa :
Bouras Saadi qui étai un ami a été condamné à mort deux fois la première à cause du 8 mai 1945 et la seconde lorsqu’il a posé les fameuses bombes sur la raffinerie de Lacq près de Marseille lors de la deuxième condamnation il a dit au juge qu’il ne voulait aucune compassion de sa part dans les années 70 il avait toutes les coupures de journaux en sa position
justice divine :
maintenant que les vrais témoins visuels ont quitté ce monde - place aux mensonges et supputations - je vais dire respecter aux moins la mémoires de ces valeureux CHOUHADAS - qui ont offert leurs précieuses vies pour nous voir aujourd’hui ramener n’importe qui dire n’importe quoi - ATOUKOU ALLAH. et laisser les chercheurs en histoire écrire les véritables évènements de cette triste épopée de notre grand PAYS.
Commentaire n°138862 :
A MASSINISSA . LE grand moujahid rahimahou allah BOURAS SAADI ET SON FRERE LAMRI ont étés interview par la chaine TF1 dans uns documentaire spéciales 8 mai 45 avant leur décés ; ; SAADI A ETE CONDAMNE A MORT CAR VU PAR LA POLICE AU COTE DU 1ER MARTYRE SAAL BOUZID ALLAH AYRHAMOU , LAMRI BOURAS ETAIT PARMI LES ORGANISATEURS DE LA MARCHE DEPUIS LA MOSQUES LANGAR JUSQU’AU CENTRE VILLE , EN PLUS LAMRI A ETE FILME ENTRAIN D’IMPLANTER LE DRAPEAU ALGERIEN A LA PLACE DU DRAPEAU FRANCAIS ..
SETIFIS :
Ce samedi 05/05/2012 j’ai été de passage par Chebat l’ekhra (Kharata), là où plusieurs centaines d’Algériens ont perdus la vie un 08 mai 1945 ALLH YARHEM E’CHOUHADA, que nous somme entrain de célébrer cette semaine…. j’ai trouvé malheurs ment en 2012 la commune de Kharata a transformer ce lieu à la fois : historique, touristique en une décharge publique…oui en une décharge publique, là où nos martyres ont trouvé la mort pour que nous pouvions aujourd’hui visiter notre Algérie en tt liberté. Un MOUKH a décidé de transformer ce lieu historique et touristique en une décharge publique. C’est un crime contre : l’humanité, l’histoire, c’est une catastrophe naturelle. J’espère que quelqu’un peux faire une action en urgence pour éviter le pire.
Massinissa :
Salam3alaykum, dans les années 70 j’étais à Mersat El Hadjad (ex port aux poules )je tenais un commerce ou les freres bouras sont venus s’installer aprés que feu El Amri a perdu son commerce de Bechar .J’étais avec lui depuis un an quand feu Saadi nous a rejoint avec sa petite famille il n’avait qu’un gosse .Et c’est feu Saadi qui m’a montré les coupures de journaux et m’a raconté ce que j’ai dit plus haut .Même lors du tremblement de terre d’El Asnam de l’année 50 il y était dans la prison de cette ville .Moi je ne le connaissais pas avant je suis d’Ain-Azel je lui lisait les journaux parce qu’il avait perdu la vue à cause du noir des geôles et lui me racontait sa vie.Pour l’anecdote lorsque nous avons rencontrer un jour l’ex ministre Ben Mahmoud ,tous les membres du gouvernement qui étaient de l’est le croyiez mort parce qu’il n’a jamais rien demandé .Savez vous ce qu’il a demandé au ministre de la jeunesse Ben Mahmoud que le futur stade (actuel 8 mai1945)qui était en construction porte le nom du chahid (...)
pur setifien :
kel age avait-il si bousbah en 45
Commentaire n°138904 :
A Massinissa . c’est réel ce que vous dite , je vous rajoute pour prouver que je connais parfaitement les freres BOURAS , le plus agés SAADI a meme occupés le prrmeir poste de sous prefet a bejaia en 1964 je crois ; La maladie l’avait empeché de poursuivre cette fonction , il a terminé sa vie a la route de belgique ; ; Je rajoute aussi , son troisieme frere SAID le mancho Allah ayrhamou était l’executeur de la DJEBHA , et ayant participé activement dans les poses de bombes et opérations militaires . C’est une famille de vrais moudjahidine ; ; salam ;
justice divine :
@ A massinissa @ 1° - je n’ai pas remis en cause le militantisme des FRERES Bouras , pour la simple raison que je les connais personnellement - LAMRI - SAADI - SAID EL MANCHO - BRAHIM tous les 4 ont milité chacun à sa manière - 2° - Le porteur du drapeau ALGERIEN était CHERAGA AISSA un longiligne et avait à cette époque 25 ans - C’est à hauteur du café de France qu’ont éclaté les hostilités par un commissaire de police français et c’est lors du mouvement de panique que le drapeau de l’ ALGERIE est tombé et saisi par le premier MARTYR du génocide du 8 MAI 1945 SAAL BOUZID un jeune Scout et fut abattu devant la stèle érigé à sa mémoire. LES MENSONGES ET SUPPUTATIONS aux quels je fait allusion c’est le TEMOIGNAGE de ce SETIFIEN A RENNES qui m’ a surpris :
Commentaire n°138941 :
A MASSINISSA PUIS JE AVOIR VOS COORDONNEES ? VOICI MON MAIL = SETYON1969@YAHOO.FR MERCI
Massinissa :
@justice divine moi je n’ai fait que relater ce que m’a dit Feu Saadi rabi yarahmou lorsque nous étions lui et son frére lamri à l’ouest du pays pour Said je l’ai connu lorsqu’il faisait le courtier pour les taxieurs en partance pour Alger quand à Brahim je n’ai jamais entendu parler.Pour l’anonyme qui voulait mes coordonnées je lui ai envoyé un mail
touabti nadia :
ce jour du 8 mai 45 ,il y avait egalement aux premiers rangs si l’Hocine Bastos (touabti hocine ,createur de Nadi-el-Irchad avec Ferhat Abbes et trésorier de l’USFMS)aux cotes de Mahmoud Guenifi et Abdelkader Yala qu’il ne faut pas oublier.
justice divine :
@ A Nadia TOUABTI. Entièrement d’accord avec toi Nadia c’est des vérités qu’il faut étayer - car il faut que l’histoire soit transmise aux générations futures avec une précision exacte - Un renseignement s’il te plait - est—ce que Mr HOCINE BASTOS est toujours en vie - CAR - Mahmoud GUENIFI - Abdelkader YALA et Fehat ABBES ont quitté ce monde.
Commentaire n°139038 :
salam alikoum, Une précision : Benmahmoud n’a pas de frere qui soit chahid mais mort dans un accident de voiture pendant qu’il exerçait à guelma dans les années 70 comme inspecteur d’académie. Quant à bousbah ,je pense qu’il devait avoir l’age de 6 ou 7 ans à cette époque et donc son témoignage a très peu de valeur historique.Remarque , on les retrouve un peu partout , à l’APW , au croissant rouge, aux scouts , entre fils et neveu ,histoire de faire de l’entrisme et pour se faire connaitre comme s’ils avaient quelque chose à se reprocher .allah yahdina .
S.Dj :
Bonsoir, Si je puis me permettre de répondre à la place du Docteur Touabti : Feu Hocine Touabti connu sous le sobriquet de Bastos lui aussi quitté notre monde y a une bonne trentaine d’années de cela depuis la mecque. Que Dieu ait son âme, Allah yarahmou. Il a laissé une formidable progéniture.
touabti nadia :
Reponse a justine divine .Touabti Hocine est mort Allah yerrahmou a la Mecque le jour ou il devait rentrer ,aprés avoir accompli entierement le rituel .
Massinissa :
Salam alikom c’est vrai que le frère de feu Abdelkrim Ben Mahmoud n’ est pas moudjahid mais inspecteur d’académie je ne sais pas comment j’ai pu écrire ça peut être sous le feu de l’émotion . comme l’a si bien dit justice Divine il faut laisser les chercheurs en histoire écrire les véritables évènements de cette triste épopée de notre grand pays.Moi qui ai participé à cet entrevu je me suis trempé sur le titre de feu Benmahmoud..Pour rappel ça s’est passé juste quelques mois après l’accident de voiture .Je m’excuse et merci pour cette correction
touabti nadia :
Je voulais seulement étayer un article parlant de mon pére SI l’HOCINE BASTOS mort a la Mecque Il était secrétaire général de Nadi el irchad crée par Farhat Abbés (ils étaient très amis) ;et s’occupait de la trésorerie de l’Usfms dont une partie était acheminée a la ferme de mon oncle maternel Hachemi Salah située a Ain Mouss a une quinzaine de km de Sétif ou se cachaient les valeureux moudjahidines .On habitait un quartier français ou les seuls algériens étaient les Smati ; les Benmahmoud et nous. Malgré les risques ,une fois par mois les moudjahidines(dont mon cousin Touabti Messaoud dit Mustapha l’algérois (toujours en vie ) descendaient chez nous (pour se rapprovisionner ,manger et repartir tôt le matin a la fin du couvre feu) .Mais c’était sans compter sur la la lâcheté d’un voisin arabe (dont je tairais le nom par décence ) d’un quartier plus loin qui vendit terme utilisé a l’époque (bayou3) les activités de mon père ..Et un matin a 3 heures du matin les paras et soldats débarquèrent chez (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus