Accueil > Evénements >

Election présidentielle : 72 retraits de formulaires de candidature et 14 personnes se portent candidats

mardi 28 janvier 2014, écrit par : APS, mis en ligne par : Boutebna N.

Dix jours après la convocation du corps électoral pour la présidentielle du 17 avril prochain, 14 personnes, sur les 72 ayant retiré les formulaires de candidature, ont annoncé se porter candidats, alors que la classe politique reste partagée entre ceux qui appellent à un 4ème mandat du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, ceux qui ont décidé de boycotter l’élection et ceux qui attendent pour se déterminer.

A deux mois du début de la campagne électorale (23 mars) et à 36 jours de la clôture du dépôt des dossiers de candidatures, cinq chefs de partis politiques ont décidé de se présenter à l’élection présidentielle.

Les candidats, qui ont déjà participé à la dernière élection présidentielle, notamment Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Moussa Touati du Front national algérien (FNA) et Ali Faouzi Rebaïne du parti AHD54, ont déjà annoncé qu’ils s’engageaient à la course pour la présidentielle.

Les autres responsables de partis, en lice pour le rendez-vous électoral du 17 avril prochain, sont Abdelaziz Belaïd, président du Front El-Moustaqbal, Mohamed Benhamou du parti El Karama.

Hormis le Mouvement de la société pour la paix (MSP), ancien membre de l’Alliance présidentielle qui avait soutenu Abdelaziz Bouteflika pour le 3e mandat, le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND) sont restés fidèles en soutenant le même candidat pour un 4e mandat. Cette option est également partagée par le Mouvement populaire algérien (MPA) d’Amara Benyounès.

D’autres partis, nouvellement créés, hormis certains, ont appelé lundi le président Bouteflika à présenter sa candidature à l’élection présidentielle, voyant en lui-l’homme capable de préserver la sécurité et la stabilité du pays".

Il s’agit du Mouvement national pour la nature et le développement (MNND), de Tajamou Amel Jazair (TAJ), d’Amar Ghoul, du Front national des indépendants pour la concorde (FNIC), du Front de la jeunesse démocratique pour la citoyenneté (FJDC), du Front national démocratique (FND), du Parti des fidèles à la patrie (PFP), du Front algérien pour le développement, la liberté et la Justice (FADLJ), du Mouvement de la jeunesse et de la démocratie (MJD) et du Mouvement de l’entente nationale (MEN).

Douze partis pour un 4e mandat du président sortant

Le FLN, parti majoritaire au parlement, a expliqué que la base militante et toutes les structures du parti ont plébiscité la candidature du président du parti pour un nouveau mandat.

De son côté, le RND qui détient la deuxième place après le FLN au Parlement, a appelé à-préserver" et à-consolider" les réalisations accomplies sous la direction du président Bouteflika dans les différents domaines.

"C’est pourquoi, nous appelons, à la demande des militantes et militants du RND, le président Bouteflika à poursuivre la marche à la faveur d’un nouveau mandat", a soutenu le secrétaire général du parti, Abdelkader Bensalah.

La plus grande partie des candidats, par contre, se trouve dans le camp des indépendants. L’ancien chef du gouvernement, Ali Benflis (2000-2003), candidat malheureux de la présidentielle de 2004, s’est dit-animé par le devoir national" de prendre part à la prochaine élection présidentielle, affirmant que son programme reposait essentiellement sur la création d’emplois et la lutte contre la corruption.

Parmi les autres candidats indépendants ayant affiché leur intention de participer à l’élection présidentielle figurent également l’ancien chef de gouvernement, Ahmed Benbitour (1999-2000), le romancier Mohamed Moulessehoul (Yasmina Khadra), l’ancien ministre délégué au Trésor (1991-1992), Ali Benouari (vivant en Suisse), ainsi que le juriste et ancien parlementaire Sadek Tamache, Mohamed Hamani, ancien militant du FLN, le général à la retraite Mohand-Tahar Yala et deux candidats vivant en France Rachid Nekkaz et Benkoussa Kamel.

Alors que le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et le MSP ont décidé de boycotter l’élection, le Front des forces socialistes (FFS) n’a pas encore tranché sur sa participation. Mais il a estimé que la prochaine élection sera-fermée" et que l’ouverture du champ politique ne saurait se faire en trois mois pour aboutir à un scrutin-pluraliste, libre et régulier".

Le MSP et le RCD boycottent, le FFS, l’ANR et le PLJ pas encore déterminés

Le RCD a estimé que la prochaine présidentielle-censée consacrer la rupture avec les pratiques frauduleuses en cours depuis 1962, est encore une fois compromise".

Pour sa part, le MSP a justifié sa décision de boycott par l’absence d’une-réelle chance" de réforme politique à travers la présidentielle, ainsi que par, ce qui a expliqué, le-monopole" de la présidentielle par le pouvoir en place et la-négligence" des revendications de la classe politique.

Le parti de l’Alliance nationale républicaine (ANR) a annoncé, en ce qui le concerne, qu’il tranchera dans-deux semaines" au plus tard la question du soutien de l’un des candidats.

Le conseil national avait chargé le bureau national de l’ANR de suivre le dossier de la présidentielle, de prendre la position-adéquate" et de soutenir-le candidat de la stabilité et de la continuité", rejetant l’appel lancé par les partisans du boycott et de-l’aventurisme".

Même démarche au sein du parti de Mohamed Saïd, le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), qui n’a pas encore décidé de la forme de sa participation à la prochaine présidentielle, mais s’est déclaré contre toute forme de boycott.

Le parti a indiqué qu’il prendra le temps-nécessaire" pour décider s’il doit présenter son propre candidat ou en soutenir un autre.

Le dernier délai de dépôt des dossiers de candidature pour l’élection du président de la République est fixé, rappelle-t-on, au 4 mars 2014 à minuit, en vertu du décret présidentiel n°14-08 portant convocation du corps électoral et de l’article 137 de la loi organique relative au régime électoral.

Les postulants à la candidature auront, à partir de la date de publication du décret relatif à la convocation du corps électoral, 45 jours pour le dépôt de leurs dossiers, selon les dispositions de l’article 137 de la loi organique.

Pour briguer un mandat présidentiel, les candidats seront tenus, conformément à l’article 139 de la loi de janvier 2012, soit de présenter une liste comportant au moins six cents (600) signatures individuelles de membres élus d’assemblées populaires communales, de wilayas ou parlementaires réparties au moins à travers vingt-cinq (25) wilayas, soit de réunir les signatures d’élus locaux ou nationaux, les candidats ont la possibilité de collecter 60.000 signatures individuelles d’électeurs recueillies à travers au moins vingt-cinq (25) wilayas.


Partager cet article :
22 commentaire(s) publié(s)
bensouda de france :
notre président a été un bon gouverneur mais il est malade allah i chefi ,il doit laisser sa place a la nouvelle géneration pour de nouvelles ideés et surtout priorité a la santé publique et aux logements
braise :
Si on respectait la constitution, il devrait partir ( car un malade ne peut gouverner un pays) mais on est en Algérie. y a qu’à voir tous ces excités qui veulent le voir rempiler uniquement pour leurs propres intérêts et privilèges. et voilà qu ’on nous ressort le fameux refrain de la stabilité, NUL N’EST INDISPENSABLE, lAlgérie j’en suis sûr vivra mieux sans Bouteflika à sa tête. Il est au POUVOIR Depuis 1962 avant ma naissance cinquante après il est toujours là cela ne suffit pas. On aurait normalement le même niveau de vie que la Corée du Sud qui était loin derrière nous et sans pétrole, ils mourraient de faim à la fin de la guerre de Corée et regardez où nous sommes et où ils sont. C’est une abîme qui nous sépare pourquoi ? à cause de mauvais chefs qui n’avaient pas l’envergure pas de vision. 700 milliards de dollars dépensés en 3 mandats de Bouteflika .dont la moitié au moins a fait le bonheur de ces rentiers qui demandent le 4 èm mandat ( pour avoir une idée : 300 milliards de $ dépensés entre 1962 et (...)
Liberté :
Monsieur le président Bouteflika, enfin vous allez pouvoir vous reposer et compter sur d’autres élus, j’espère que vous lirez cette supplique : S’il vous plait Monsieur le Président, prenez une retraite largement méritée. Vous êtes l’un des pionniers et fondateur de la démocratie Algérienne. Cependant, tournons la page de la guerre d’indépendance pour faites une place à des personnes civiles qui doivent donner un autre élan à la mentalité Algériens et à la politique Algérienne. Permettez une ouverture vers plus de la moitié de la population. Personnellement, je crois fortement qu’une femme est en capacitée de prendre des responsabilités à la plus haute place d’un gouvernement. Monsieur le Président Bouteflika permettez à l’Algérie de montrer au monde entier que la glorieuse révolution algérienne est en capacité de vivre et de s’appuyer aussi sur sa population de femmes et de ses jeunes. Je vous souhaite sincèrement un prompte rétablissement et une très bonne santé. Accepte Monsieur le Président mon profond (...)
Commentaire n°214415 :
Soixante-douze postulants à la candidature pour l’élection présidentielle et la liste reste ouverte ! Cet engouement exceptionnel est la preuve, non pas d’une vitalité réelle de la classe politique algérienne, loin s’en faut, mais bien d’une dramatique banalisation de la fonction de premier magistrat de la nation.
Commentaire n°214418 :
l’homme capable de préserver la stabilité du pays. Pauvre Algerie. En 2014 on continue de croire a l’homme-providence, le zaim qui peut sauver le pays, sinon c’est le deluge. C’est le meme argument qui revient depuis 1962. Ce vieillard en chaise roulante, incapable d’assurer la propre stabilité de son ...corps, est exposé comme un faire valoir par une bande de vautours qui ne se rassasie jamais des richesses qu’elle a amassé depuis que cet obsédé du pouvoir a pris les commandes du pays. Et dire que lui meme a reconnu que sa generation Tab djanan youm.
merouche charaf eddine :
voter benkoussa kamel méme si c’est pas sur quil fera quelque chose en algérie si il devient président mais au moin il a des dipolomes en frances et montréal et reconnue sur le plant internationales et il et pas millitaires et il et jeunes .
all92 :
c est faux ,c est a travers la planète ( ,les candidats ont la possibilité de collecter 60.000 signatures individuelles d’électeurs recueillies à travers au moins vingt-cinq (25) wilayas.)
all92 :
pour info Mr Benkoussa Kamel.ne vie pas en France mais a Londres et Genève.
Pôvre algérien :
Ce qui me révolte, ce n’est pas les agissements des charognards qui revendiquent le 4ème mandats -c’est de bonne guerre parce que d’un bâtard on peut s’attendre à tout-mais la naïveté et la crédulité de la majeure partie des citoyens qui manquent d’un minimum de discernement.Sachez que tous ce qui appellent au 4ème mandat sont les ennemis de l’Algérie et du président. ils ont peur de rendre des compte aux algériens.
Rostom :
Carnaval fi dechra nta3 sah
wafa hino :
Vous en souvenez la période ou nous étions entrain de nous massacrez on a besoin d’un président comme boutaflika qui a créer pas mal de belles choses pour cette Algérie comme encaisser les dettes qui ont alourdis l’avancement de notre économie et surtout la sureté pas des gents qui aime trop le tapie rouge excusez-moi mais ont veut des responsables conscients et soucieux wou allah yahfedh l’algérie.
Commentaire n°214490 :
et voila un nouveau superman pour ce qui croient aux mille et une nuit ce mr benkoussa kamel
مواطن بري :
يا من تطبلون لمن تقولون انهم علماء في الخارج و ترون فيهم زورو و سيبرمان كفاكم
Commentaire n°214492 :
Il faut penser à importer des clapiers.....
Commentaire n°214504 :
@ Povre algerien ..sache que la majeure partie des Algeriens savent ce qu’ils font .En 1982 ils ont supporté les Allemands contre la france et ils ont supporté l’Italie contre l’Allemagne analyse bien et tu trouveras la reponse à tes inquiétudes .ASSAID YA3RAF WIN MARAGHE ADABA je ne sais pas si tu comprendras ce vieux dicton de chez Nous.
Commentaire n°214511 :
Bouteflika n’a pas été un bon gouverneur, comme certains le soutiennent sur ce site et ailleurs. Il nous a apporté un capitalisme sauvage qui n’obéit pas à la règle de la concurrence industrielle et économique mais à celle de l’allégeance et du clientélisme. A cause de lui, l’Algérie a fait un bond de 50 ans en arrière. Toutes nos structures ont régressé : l’administration, l’école, la justice, la santé etc. La société civile est devenue une jungle sans repères où la loi du plus fort se fait sentir chaque jour un peu plus que la veille et où la corruption est devenue le seul moyen de communication entre les personnes. Point d’orgue de tout ce tumulte, des algériens qui s’entretuent sans raisons valables accentuant ainsi une division que même le colonisateur l’a pas réussi à créer. Bouteflika ne sait pas gouverner mais faire de la politique, c’est à dire manipuler les opinions et jouer sur les émotions pour s’attirer les faveurs des électeurs. Une fois l’élection passée, il devient amnésique ; pire il fait le (...)
WIFI :
@wafa hino : Le WAFA c’est pas le sigle d’un parti islamiste crée par taleb ibrahimi que le régime algérien a refusé de légaliser parce qu’il a à travers le WAFA tenté de remettre en selle l’ex-Front islamique du salut dissous. boutaflika qui a créer pas mal de belles choses pour cette Algérie ???? bouteflika ou bouffe frique a englouti en comptant les dépenses de fonctionnement de l’état plus de 1000 milliards de dollars sans savoir été capable de créer ne serait ce que 5 % de croissance industrielle ou d’avoir impulsé une politique de dynamisation de l’outil de production. Même nos hopitaux sont des mouroirs. Il a tant confiance au système de santé qu’il a géré au cours de ses 15 années de règne sans partage qu’ils se fait soigner en France décrite comme décadente, colonialiste, raciste..... Vous en souvenez la période ou nous étions entrain de nous massacrez ???? Que signifie ce : nous étions entrain de nous massacrez . ????? Que signifie ce NOUS. Ce NOUS est lourd de sens, plein de sous (...)
Commentaire n°214544 :
WIFI J’adhere a votre constat mais la ou vous mettez les pieds dans le plat quand vous gobez la propagande du regime a propos du parti de Taleb El Ibrahimi que c\est un tremplin pour le FIS. Croyez vous serieusement que Taleb est aussi bete et manipulable de Taleb ??
imène messaoudi :
A quelques mois seulement de cette échéance majeure du scrutin du 17 avril, les présidentielles dz n’emballent pas grand monde malgré le branle-bas, les préparatifs en cours ..il ya comme un goût de réchauffé ! les candidats pratiquement les mêmes ( des abonnés ) à part les binationaux, l’écrivain y.Khadra, l’opposition (?? ) les mêmes boycotteurs..le programme des candidats : on ne sait pas trop, les grandes lignes peut-être.. le système politique dz est structuré, immuable depuis des décennies : il ya l’état -la vitrine- et l’état parallèle - l’arrière- boutique- qui est le centre névralgique de la prise de décision..le 18 avril, sans surprise, sans éclat le candidat élu sera un enfant du système, l’homme du consensus, membre de la famille patriotique ( el oussra ethawria)..le président sera celui qui va assurer la stabilité, la cohésion et la continuité..des présidentielles sous le signe de la continuité.. voila le (...)
ztayfi berri :
a merrouche et cie vous vous trompez il n ya pas mieux que hamraoui .....toumi.....lotfi double canon reflechissez bien
Commentaire n°214938 :
Quand vous vous attaqué au FIS , c’est au peuple Algérien que vous déclarez la guerre puisque c’est ce peuple qui lui a accordé sa confiance et c’est le FIS qui l’a incarnée .Soyez démocrates au moins et reconnaissez sa puissante mobilisation .Mais la France officielle a refusé de reconnaitre le score en faveur du FIS et c’est ce même pays qui a fait barrage à cette alternative islamiste et nationaliste. Le défi , c’est d’autoriser ce qui reste du FIS à participer aux présidentielles et vous serez encore une fois surpris du résultat .Chiche !
Commentaire n°214969 :
Le FIS est l’expression même de la dictature et de la régression. Le peuple avait été induit en erreur et l’a démontré lors des élections à l’époque. Le score des législatives a été nettement inférieur à celui des communales, signe, s’il en fallait un, du désenchantement de la population au regard du désastre des majaliss echoura et du clientélisme barbu dont ont fait preuve les élus FIS. Entre distribution de terrains et d’appartements entre Ikhoua et corruption, active et passive, le FIS n’a pas brillé par son intégrité. S’en est suivie la décennie noire, du fait et encouragée par le FIS, qui a meurtri le peuple Algérien et l’a asservi aux hydres de la corruption et de l’obscurantisme. Dire que le FIS doit revenir sur la scène politique, c’est déclarer la guerre une 2ème fois à ce peuple qui en a marre. Le FIS est l’antithèse de la démocratie et ses dirigeants l’avaient affirmé à l’époque : la démocratie une et une seule fois. C’est à dire qu’une fois élue, ils établissent leur état autoritaire et tyrannique (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus