Accueil > Evénements >

Nouveautés de la loi relative à l’apprentissage modifiée et complétée en 2014

lundi 29 septembre 2014, écrit par : Rachid Sebbah

L’apprentissage, formation alternée entre le milieu professionnel et l’établissement de formation, est désormais ouvert à tous les jeunes algériens, garçons et filles, dont l’âge varie de 15 à 35 ans. C’est l’une des principales nouveautés de la loi n°14-09 du 9 Août 2014, publiée au journal officiel n°49. Jusque-là, les candidats âgés de plus de 25 ans n’avaient pas droit à ce mode de formation ; ils étaient orientés vers la formation résidentielle ou à distance.

Cette nouvelle disposition de la loi relative à l’apprentissage vise un double objectif : d’une part, l’élargissement des chances de formation en milieu professionnel pour les jeunes de la tranche d’âge 25 à 35 ans afin de permettre à un plus grand nombre d’entre eux d’en bénéficier du mode de formation par apprentissage, d’autre part, former la main d’œuvre qualifiée dont l’économie algérienne a besoin pour son développement.

Par ailleurs, cette nouvelle loi fait obligation aux organismes employeurs de désigner les maîtres d’apprentissage et les maîtres artisans chargés d’encadrer les apprentis au sein de l’entreprise et instaure une indemnité au profit de ces derniers. C’est une façon de valoriser les tâches de maîtres d’apprentissage et de les stimuler à bien prendre soins des apprentis dont ils ont la charge d’encadrement ; l’impact attendu est sans doute l’élévation de la qualité de formation.

Pour information, l’apprentissage confère aux apprentis plusieurs avantages, notamment une formation pratique sur le tas avec encadrement assuré par des professionnels en activité, un grand éventail de spécialités, un présalaire progressif, l’assurance contre les accidents de travail et un diplôme d’état reconnu, permettant l’insertion rapide dans le monde du travail.

Les organismes employeurs ayant des apprentis, la loi leur octroie des avantages tels que la prise en charge par les CFPA et instituts du présalaire servi aux apprentis durant les six premiers mois de stage, l’exonération de certains impôts et taxes, l’assurance des apprentis à la charge de l’Etat, etc.

Enfin, les facilités d’accès à l’apprentissage et les stimulants financiers et matériels accordés par l’Etat sont-ils suffisants pour attirer un plus grand nombre de candidats apprentis ? Il serait probablement utile d’engager une vaste campagne d’information auprès des jeunes et de leurs parents afin de les convaincre de la nécessité d’apprendre un métier pour assurer l’avenir.


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°226818 :
Pour quoi limiter l’âge ?....a moins de former de très jeunes délinquants et des délinquants aguerris....
Africaine et laique :
La limite d’age pour la formation, l’apprentissage et le perfectionnement ne devrait pas exister. Les personnes de plus de 35 ans, s’ils en ont la volonté et l’envie, devraient pouvoir y accéder librement.
Rachid.S :
Il ne faut pas confondre le mode apprentissage avec les autres modes de formation. Pour l’apprentissage, l’âge requis pour suivre un stage, c’est 15 à 35 ans. Pour suivre un stage en mode résidentielle (théorie et pratique au niveau des CFPA et des INSFP) ou en mode à distance (par correspondance ou virtuel), l’âge exigé est 16 ans et plus. Donc pour les gens qui ont plus de 35 ans, ils peuvent bien acquérir un métier en suivant un stage en formation résidentielle ou à distance. Ne pas confondre formation et perfectionnement. Le perfectionnement est ouvert à tous les travailleurs sans limite d’âge. Les établissements de formation professionnelle offrent beaucoup d’opportunités en matière de perfectionnement tant à titre individuel (cours du soir, formation femme au foyer) qu’à titre collectif (formation conventionnée avec des entreprises et des employeurs). Certaines formations sont de longue durée et débouchent sur un diplôme d’état, d’autres de courtes durées et sanctionnées par une attestation (...)
ali :
En fin d,aprentissage leur recretument au lsein de cette entreprise doit etre automatique
Yazid_2_setif :
FORMER POURQUOI FAIRE ? Si notre cher pays dépend exclusivement de l’import-import, le tout baignant dans une anarchie et corruption globale et couronné par une incompétence des responsables, et une injustice sociale flagrante.
ben ali :
une tres bonne nouvelle -je pense qu’il faut sensibiliser un maximum autour de cette information et je suis meme pour rendre obligatoire la formation pour beneficier des dispositif ansej ou logement ! le pays souffre du bricolage dans tous les domaines -nous devons si ce n’est faire disparaitre ce bricolage au moins en ameliorer la qualité en dispensant une formation a une generation en mal de formation dans les metiers manuels... c’est la premiere fois que je lis quelque chose de positif pour l’avenir du pays ;si bien evidemment derriere cela il y a les structures et les formateurs.Il faudra egalement ameliorer la remuneration de ces stages de formations quitte a faire une depense supplementaire -on voit des jeunes a qui l’on propose 3000 dinars par mois (meme pas le prix du transport !)-des jeunes formés ,c’est un pays qui avance ,c’est mieux que de donner l’ansej pour faire faillite 1 an apres ou se marier avec l’argent (...)
basta :
au lieu de s’attacher à consolider la formation par apprentissage en appuyant fortement son organisation et son encadrement ( maîtres d’apprentissage, suivi pédagogique, renforcement de relations entreprises/centre de formation) sans parler du rôle que devrait avoir un organisme comme le FNAC, on s’attache à réformer des aspects dont on est incapable de justifier, objectivement et par des mesures scientifique, l’impact et l’importance. Quelle études à permis d’aboutir et ces nouvelles mesures ? a t on même l’avis fondé de chef d’établissements ou de chefs d’entreprise ? Si les initiateurs de ce mode de formation avaient mis des limites d’ages , c’est sur la base de ’ce qui se fait dans le monde et surtout pour éviter le travail déguisé . A t on des conclusions et des recommandation de la part des institutions qui ont compétence à veiller aux respects de règles de travail et d’emploi ? Est on en train de compenser un vide sidéral qui est celui de la formation continue des adultes ? ce n’est pas pareil ! Il (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus