Accueil > Evénements >

Appel à communications pour le 1er Colloque International sur l’Aménagement Urbain

mercredi 22 avril 2015, écrit par : Boutebna N.

Le Département de Biologie et Écologie Végétales de l’Université Sétif 1 organise du 27 au 29 octobre 2015 en collaboration avec l’Université du Maine de France, le Premier Colloque International sur l’Aménagement Urbain à l’heure des rétroactions écologiques : Biodiversité, métabolisme urbain, changements climatiques, injustices environnementales ... Vers une seconde nature des villes.

Le comité d’organisation de ce colloque lance à travers notre site un appel à communications. Ceux qui souhaitent y participer, peuvent soumettre avant le 15 mai 2015 leurs contributions en ligne sur le site du Colloque : http://www.univ-setif.dz/SETIFECO2015/.

En savoir plus, :
Tél : 00.213.36.62.01.48
Fax : 00.213.36.62.01.09
E-Mail : dbev@univ-setif.dz // Setifeco2015@univ-setif.dz


Partager cet article :
5 commentaire(s) publié(s)
intellosavate :
Une décharge à chaque coin de rue , des produits made in intox , il n’y a pas mieux ....
citoyen :
De quel aménagement urbain parle-t-on ? A voir l’intitulé du colloque et les axes de cette manifestation, il va surement s’agir de l’aménagement dans les pays développés.La ville en effet dans ces contrées est à l’age de la société post-industrielle avec ses problématiques urbaines spécifiques.En sommes- nous là, et avons-nous les mêmes problèmes urbains dans une société qui n’a pas encore pénétré dans l’age industriel ? Je crains qu’une fois de plus on va ruminer dans ce colloque des thèmes et des problématiques étrangers à nos préoccupations .C’est bien beau d’organiser des rencontres universitaires mais c’est plus utile et plus logique de coller à la réalité algérienne . L’université algérienne doit se raviser et se pencher sérieusement sur le déphasage qui caractérise son rapport à son environnement, et nos universitaires doivent faire les efforts nécessaires pour éviter le mimétisme et (...)
merouche charaf éddine :
salam oulikoum- il éxiste diférent végétaux qui en des nom gréque chaque plante en des vertue médicinale et peuve étre manger et utiliser dans la fabriquation de parfun et pour fabriquer du fil et sertain arbres peuves faire venir des variéter d’oiseaux qui mange des moustique et otre insécte et son des indicateur de la qualiter de l’air et de la polutions et peuve aider a diminuer les gaz d’échapement et se nourise de sa mais il faut quil coréspande au climats et a la terre et diminue les taux de chaleur l’été a sétif comme dans le réste de l’algérie mieux que d’utiliser des produit chimique venue de chine qui peuve étre cancérigéne pour l’homme pour l’agriculture et le flétox .
merouche charaf éddine :
salam oualikoum - pourqoi pas importé des chauffe souris d’europe il se régale d’insécte en tout genre comme les crickets et sauterelle se qui arangerait bien les agriculteur qui font du blé et otre a coter de sétif mieu que d’utiliser des produit chimiques venant de chine .et pourqoi pas faire planter du safran éxiste y a til des culture du safran en dehor de la ville de sétif qui se trouve en altitude avec se climat qui coréspond a se type de culture c’est sertaineman possible et trés rentable le prix en gramme avoisine les 30 euro a 40 euro soit 30.000 euros le kilos
Liberté :
En France, nous en sommes aux jardins partagés : les habitants défrichent les espaces laissés vacants dans les espaces urbains. l’espace laissé vacant devient collectif pour le bien commun avant qu’un projet ne se monte. Comme ça aussi, les espaces ne restent pas livrés aux incivilitées : décharges publiques, WC publics, stationnements encombrants, et autres … les personne voisines à ces espaces font pousser ce qu’ils veulent : na’na’, qosbor, tomates, et autres. Chacun apporte ce qu’il peut : planches, graines, eau, composte, … Pour le composte, déterminer un espace accessible par tous au bord du jardin, creuser le sol, déposer que les déchets comme pelures de légumes, de fruits, du marc de café, mauvaises herbes (pas de pelures citrons, ni d’oranges, ni de bananes), que des choses qui se décomposent bien, et de temps à autres mettre des branchages coupés en petits morceaux. Mettre de la paille, si c’est trop humide, si c’est trop sec ajouter de l’eau. Laisser suffisament décomposer les vers se chagent (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus