Accueil > Evénements >

Foncier industriel à Sétif : Bouchouareb interpellé

vendredi 14 août 2015, écrit par : Liberté

Au moment où le gouvernement peine à trouver des terrains pour abriter les projets d’investissement et où les dossiers restent dans les tiroirs des responsables locaux, des dizaines d’hectares de terrain dans les zones industrielles de la wilaya de Sétif restent inexploités.

En effet, selon des informations en notre possession, pas moins de 110 hectares de terrains industriels nus dont 40 ha à Sétif et 70 autres à El-Eulma détenus par des entreprises publiques endettées restent inexploités. Des industriels en quête de terrains pour implanter des projets importants interpellent le premier responsable du secteur pour se pencher davantage sur ce dossier, assainir cette situation et mettre en concession ces terrains. “C’est une situation qui ne doit pas perdurer. Nous avons confiance en la personne du ministre de l’Industrie qui a le savoir-faire et les moyens pour régler, une fois pour toutes, ce problème et mettre ces terrains à la disposition des véritables industriels. Ces derniers ont les moyens de transformer cette zone en un fleuron de l’industrie du pays”, nous dira un professeur universitaire.

Par ailleurs, nous avons appris que, selon une estimation non officielle, plus de 50% des terrains attribués en 2006 ne sont toujours pas exploités. Certains bénéficiaires d’assiettes de terrain ont clôturé les terrains sans pour autant commencer les travaux de réalisation de leurs unités de production. Pis encore, certains d’entre eux proposent à la “vente” lesdits terrains, et d’autres cherchent des associés pour le financement de leurs projets, a-t-on appris de plusieurs sources. “Certains bénéficiaires n’ont rien à voir avec l’industrie et l’investissement et ils ont eu des terrains qui, après une dizaine d’années, restent inexploités. Nous nous demandons où est le comité de suivi”, nous dira un investisseur en quête de terrains pour implanter plusieurs projets.

Il est à rappeler que les instructions des hauts responsables dont le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors de sa dernière visite à Sétif, étaient claires. “Il faut encourager l’investissement, attribuez les terrains, mais faites le suivi après. Celui qui n’honore pas ses engagements doit restituer le terrain. Certains connaisseurs voient que les mécanismes d’octroi doivent être revus”, avait-il, alors, lancé à l’adresse des responsables locaux. De l’avis de certains investisseurs, “pour éviter les spéculations et les retards dans la réalisation des projets, il est préférable de demander aux prétendants des attestations d’accompagnement de la banque ainsi qu’un accord de principe”.


Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus