Accueil > Evénements >

Université Ferhat Abbas : Rencontres scientifiques Rennes-Sétif-Strasbourg

mardi 13 octobre 2009, écrit par : A. Nedjar, Sétif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

omme il le fut annoncé précédemment , les membres des délégations mixtes des enseignants et chercheurs des universités de Rennes et de Strasbourgs chargés d’animer les journées scientifiques du 10 au 14 octobre 2009, sont arrivés à Sétif par vol direct de Paris tout au début de l’après midi du vendredi 09 septembre2009.

Installés dans un hôtel du centre de la ville, ces délégués furent accueillis à l’aéroport par un comité représentant l’université de Sétif avant qu’ils ne soient directement dirigés à l’hôtel où ils furent reçus sur le Perón de cet établissement par la remise de dattes et des fleurs conformément à la tradition.

Sitôt installés et, après avoir pris part à une sympathique collation dans les salons du dernier niveau de cet établissement d’où ils pouvaient bénéficier d’une splendide vue plongeante sur la ville, après l’échange des présentations d’usage, ces hôtes furent conviés à une visite guidée du musée de Sétif. Chemin faisant ils s’attardèrent quelque peu au square ‘Baral’. Cette première halte de ce qui fut les thermes et les réservoirs à d’eau de la ville antique de Sétif, offrait déjà une première découverte pour certains pour ce vestige ancien attestant d’une traçabilité lointaine de ce que fut la vie dans cette ville.

Il est juste à déplorer la présence de ces grosses et affreuses tuyauteries métalliques qui serpentent à travers cet édifice pour venir dénaturer ces lieux historiques.

Au musée, la visite des lieux a duré plus de deux heures .Le guide , en archéologue avisé s’acquitta valablement de sa tache en étalant et en déroulant devant ces visiteurs un voyage de plus d’ un million et demi d’histoire de la région .Du site préhistorique de Ain Lehnech à l’époque moderne en passant par L’époque de rois Numides, de l’occupation Romaine, à l’arrivée de vandales, en passant par la présences des Byzantins, l’arrivée de Arabes ,l’époque Arabo musulmane, l’émergence de la Dynastie des fatimides ainsi que des dynasties berbères locales ou la présence timide des turcs dans la région jusqu’à l’occupation coloniale du pays par les français ,à l’arrivée de ces derniers et la réalisation des contours initiaux modernes de la ville de Sétif ,rien ne fut laissé au hasard .Tout était étayé par la présence de vestiges archéologiques, témoins de cette histoire multi millénaire. Ébahis, les visiteurs furent admirablement surpris et étonnés par cette grande fresque déclinant la vitalité historique du pays et de la région dont ils n’avaient nulle connaissance pour la plus part malgré leurs grandes éruditions dans les sciences, les techniques et les connaissances diverses modernes et anciennes. Quelqu’un avoua même que l’on nous voyait souvent à travers un prisme volontairement déformant et réduit à des connaissances de natures fausses et même trempeuses.
Ce que nous avons observé ici est absolument fantastique et atteste d’une épopée historique très riche et dense. Nous avons hâte d’aller propager ces « découvertes » déclarèrent certains qui appuyaient rageusement sur les housses de leurs appareils photos numériques qu’ils ne pouvaient utiliser pour fixer ces grands moments dans l’enceinte du musée.

Le département numismatiques et les monnaies de l’époque de Massinissa avaient de quoi séduire et éblouir. Les preuves qu’ils apportent de la présence d’une civilisation et d’une société avancée du temps où, en dehors du pourtour du bassin méditerranéen, nombreux européens vivaient encore dans des grottes nous avoua l’un des visiteurs !

La visite, se poursuivit, tard dans l’après midi. Elle s’effectuait en présence d’ouvriers chargés de grands aménagements des lieux.

Malgré, les travaux en cours que des ouvriers menaient en parallèle, les dirigeants, du musée eurent cette délicatesse de découvrir en l’honneur de cette délégation les protections qui recouvraient certaines œuvres .Le clou de la visite fut encore la découverte de ces sublimes et admirables fresques de mosaïques représentant le retour de chasse de Bacchus et le bain de Venus.

Longtemps dans la soirée, la discussion ne tournait qu’autour de cette visite extraordinaire ne cessait-on de répéter.

M Lahcen Ouhabe directeur de recherches à l’université de Rennes l’un des initiateurs et promoteur de ces rencontres et travaux était sollicité de partout Il s’acquitta brillamment de sa tache de réunir à Sétif ces rencontres jamais égalées en qualités et en nombre à ce jour entre nos universités

« Qui boira de Ain Fouara reviendra » dit un vieil adage, beaucoup ont promu de refaire le voyage cette fois ci en familles.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus