Accueil > Evénements >

Rapprochement MTN et Orascom Telecom

Hausse du ton du gouvernement algérien
jeudi 29 avril 2010, écrit par : A. Nedjar, Sétif info, mis en ligne par : Boutebna N.

D’après les communiqués de différents acteurs qui se sont rapprochés pour convenir de la cession de Djezzy, confirmant les rumeurs qui étaient colportées (voir notre précédent article), le gouvernement algérien serait totalement hostile au projet de transaction entre le groupe égyptien Orascom, détenteur de la licence de téléphonie mobile Djezzy, et le groupe sud africain MTN. De ce fait il vient par la voix d’un communiqué du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, rendu public mercredi après-midi à Alger de souligner que : Toute transaction concernant donc OTA sera nulle et non avenue, et pourrait aboutir au retrait de la licence de téléphonie concédée à cette entreprise de droit algérien”.

La virulence de ce communiqué vient à lui seule à confirmer ce qui se tramait loin des centres de décisions nationaux sur une concession attribuée par l’état algérien.Selon toujours cette source, il appartiendrait à ORASCOM de se rapprocher des autorités pour négocier son désengagement éventuel et qu’en tout état de cause le droit de préemption serait exercé pour toute tentative de détournement des procédures. Le cas échéant, il sera mis en œuvre la procédure d’expropriation des actionnaires actuels de OTA, conformément aux dispositions légales pertinentes” poursuit la source.

Le ministère que dirige M Bessalah rappelle qu’OTA ne peut en aucune façon transférer ses capitaux à l’étranger avant “l’assainissement de sa situation fiscale” et “la clarification du futur de OTA avec ses actionnaires actuels”. “Il revient donc aux actionnaires actuels de OTA de prendre enfin attache avec les autorités algériennes compétentes pour traiter avec elle du devenir de cette entreprise, dans le respect de la législation nationale qui s’applique à cette société du droit algérien”, est-il encore précisé.

Les différents communiqués et prises de positions des autorités économiques et sectorielles nationales n’ont pas semble t il produit les effets escomptées et ont conduit les propriétaires de Djezzy de situer la confrontation sur un terrain international pour une société de droit purement algérien .Le nouvel emballement de cette affaire laisse croire que l’épisode Djezzy est loin d’être achevé.

Les jours à venir nous renseigneraient d’avantage sur les intentions des Sawiris qui, se doutant de ne pouvoir rééditer l’affaire de la cimenterie de M’Sila avancent maintenant sur un terrain miné.

Communiqué du MPTIC paru dans le quotidien le temps d’Algérie , lien : http://www.letempsdz.com/content/view/36851/1/


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus