Accueil > Evénements >

Levée de l’état d’urgence en Algérie

jeudi 3 février 2011, écrit par : A Nedjar. Sétif info, mis en ligne par : Boutebna N.

Prenant le relais de nombreuses personnalités, partis politiques et associations des droits de l’homme qui plaidaient pour sa levée, Sétif info en a fait largement écho dans sa livraison du 23 janvier, et rejetait le refus injustifiable maintenant les restrictions imposées par l’état d’urgence.

« Nous n’allons pas lever l’état d’urgence », soutenait dans une déclaration le 2 Février devant la presse ,en marge de la dernière séance de la session d’automne de l’APN, M Yazid Zerhouni, vice premier ministre répondant à la presse. Il répétait obstinément qu’il était exclu pour l’instant d’envisager la levée de l’état d’urgence en Algérie prétextant que ce dernier est un mécanisme qui permet une coordination entre les forces de sécurité et l’armée.

M Yazid Zerhouni vient d’être sévèrement démenti par le président de la république qui a indiqué que l’état d’urgence, en vigueur depuis 1992 sera levé dans un très proche avenir.-Aussi, pour mettre un terme à toute polémique infondée sur cette question, je charge le gouvernement à s’atteler, sans délais, à l’élaboration de textes appropriés qui permettront à l’État de poursuivre la lutte antiterroriste jusqu’à son aboutissement, avec la même efficacité et toujours dans le cadre de la loi" ,a déclaré le chef de l’état à l’issue du conseil des ministres tenu ce mercredi 3 Février 2011.

Ainsi, que reste-il à M Yazid Zerhouni comme prérogatives au sein du gouvernement et surtout comme crédibilité, lui qui par le passé, avait, par des mesures souvent inappropriées ou des déclarations incendiaires ,mis à mal le droit à l’exercice politique et associatif. Il menait en outre une politique de caporalisation de toutes de toutes les franges de la société .Sa dernière trouvaille consistait à ficher toute la population à travers un gros répertoire dédié au passeport biométrique mais dont les requêtes pouvaient être certainement aussi d’un autre usage qui pouvait toucher à la sécurité de l’état.

Marchant à contre courant de l’histoire et des luttes des peuples M Yazid Zerhouni devrait songer à prendre sa retraite.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus