Accueil > Evénements >

Adolescence et délinquance en débat

dimanche 19 juin 2011, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

A l’occasion de la journée de l’enfant africain, la direction de l’action sociale de Sétif a organisé une journée d’étude portant sur le thème « l’enfant et la délinquance », animée par des spécialistes dans le domaine, au niveau de l’école des jeunes aveugles de Sétif.
Abordant le sujet de cette journée, Melle Bellel fairouz a affirmé que « Un enfant livré à lui-même est confronté, dans la rue, à différentes sortes de périls dont l’usage de drogue, un premier pas vers la délinquance lorsque celui-ci n’est pas décelé à temps par les parents. ».

Dr Kolli Wassila a mentionné de son coté que « Au fur et à mesure que l’enfant avance dans l’âge, ses problèmes se multiplient et les craintes des parents vont crescendo. Il faut dire que, par les temps qui courent, les enfants et les adolescents sont exposés aux plus grands risques. Les parents, constamment préoccupés par le quotidien et absorbés par les différentes obligations qu’exige la vie, n’ont plus assez de temps pour surveiller leur progéniture qui est, par conséquent, livrée à elle-même. »

Le lieutenant de police Merzougui Hasna a fait part dans son intervention sur les raisons qui poussent les adolescents et surtout les enfants à la délinquance ; « Généralement, le passage vers la délinquance commence par des mauvaises fréquentations entretenues à l’insu des parents qui accordent peu ou pas d’importance à la vie de leurs chérubins croyant que tout va pour le mieux. Il n’est certes pas question de jouer au gendarme, d’étouffer le gosse en lui signifiant qu’on ne lui fait pas assez confiance, mais il ne faut pas non plus faillir à son rôle parental en prétextant une trop grande implication professionnelle ou sociale. » A-t-elle mentionné.
Dans son exposé, Salhi Khalissa a attesté que « L’éducation, l’élément le plus difficile dans la constitution d’une famille, semble dans ce cas et dans bien d’autres parfaitement défaillante. Notons que, dans notre société, les enfants vivent plus dans la rue que dans leur maison. Ce qui favorise la toxicomanie et la délinquance. La démission des parents est un facteur largement observé dans les cas de délinquance de mineurs. Ces derniers, totalement absents, ne se rendent même pas compte du changement survenu dans le comportement de leur enfant ».

Des interventions très bénéfiques qui ont suscité de chauds débats animés par une assistance nombreuse, en témoignent d’ailleurs la qualité exceptionnelle des coopérations de la part de spécialistes et nombreux parents présents à cette journée d’étude.

A noter qu’en marge de cette manifestion commémorative, une opération de distribution de pas moins de 137 lunettes pour enfants démunis des localités éloignées de la wilaya de Sétif ainsi que des fauteuils roulants pour enfants handicapés et des accessoires auditifs a été menée conjointement par la DAS et la fédération des parents d’élèves de la wilaya de Sétif. Une action très appréciée et qui entre dans le programme d’action élaboré depuis des mois par cette active féderation.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus