Accueil > Evénements >

L’incivisme des conducteurs de Sétif rend la circulation de plus en plus difficile

samedi 27 septembre 2014, écrit par : Boutebna N.

La situation est préoccupante au sujet du civisme dans notre pays. Il se définit par le respect des lois et des obligations de la citoyenneté qui s’enseigne, se cultive et se pratique.

Le civisme est la qualité propre à la pratique des actes civilisés et modernes. La formule « respecter le code de la route », par exemple, signifie que le civisme est d’abord un acte qui tient compte de la relation aux autres. C’est ce qui manque malheureusement à Sétif.

La ville Sétif n’est pas une grande ville comme celle d’Alger. Elle est connue pour ses grands boulevards. Cependant, les embouteillages sur nos routes prennent des proportions alarmantes. De l’avis commun des citoyens et automobilistes, ces interminables bouchons qui bloquent la circulation routière empoisonnent la vie des conducteurs car ils sont devenus le plus important facteur de stress.

Pour palier à ce problème, les gestionnaires de la ville de Sétif ont transformé plusieurs intersections sous forme de « rond-points » afin de faciliter la circulation des véhicules. Devant chaque rond-point, le conducteur doit « céder le passage » à celui qui est déjà engagé grâce aux panneaux de signalisation du code de la route implantés.

Malgré ces efforts, les conducteurs sont souvent bloqués aux nombreux rond-points de la ville comme ceux de la cité des 1014 logements, de la cité des 1006 logements et pire encore, celui de la cité Lahchama malgré la présence des agents de l’ordre. La raison est toujours liée à l’incivisme des usagers de la route. Chacun essaye d’user la force devant l’autre pour finir bloqué dans ces rond-points. Généralement, cette situation ressemble à celle du « chat qui morde sa queue ». La même situation d’incivisme est observée pour le non-respect de la « priorité à droite » pour les conducteurs des grands boulevards. De cet attachement maladroit, naît une « incivilité ambulante » et la prolifération d’actes de loi de la jungle.

La faiblesse de l’Etat en matière d’éducation civique d’une part et de suivi pour le respect des lois, d’autre part, dans tous les domaines du vivre-ensemble, éducation, urbanisme, commerce, environnement, transport et bien d’autres, pose un grave problème, car les citoyens seront livrés à eux-mêmes.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus