Accueil > Evénements >

Scandales en masse à Sétif dans le secteur de l’Urbanisme

samedi 6 juin 2015, écrit par : Boutebna N.

Les habitants de Sétif interpellent l’intervention de Monsieur le Wali au sujet des permis accordés à la construction des bâtiments et des promotions immobilières au sein de nombreuses cités résidentielles.

« Sétif Info » avait soulevé ce problème en 2010 au sujet d’un certain promoteur connu à Sétif sous les noms de « Magraoui » et « El-Bariki » concernant la construction des immeubles à plusieurs étages à Boumarchi, l’une des prestigieuses cités résidentielles de la ville de Sétif.

Le centre-ville historique de Sétif, appelé communément « bled » est touché également par cette anarchie urbaine où de nombreux immeubles de l’ère coloniale sont démolis. Des nouvelles constructions à plusieurs étages y sont érigées sans aucune considération à notre patrimoine. A lire avec des photos : Le centre-ville historique de Sétif tombe en ruine.

Après la défiguration architecturale du centre-ville et de la cité « Boumarchi », c’est autour des cités des « Cheminots » et d’« El Gasria » qui connaissent aussi ce phénomène d’anarchie urbaine. Pas moins de 20 chantiers de construction y sont en cours et disposent à priori des permis de construire selon les panneaux affichés et la taille des grues géantes installées.

L’identité des personnes impliquées dans la délivrance de ces permis de construction devrait être connue sur une simple enquête même si certains noms sont déjà prévisibles.

Par ailleurs, les cités résidentielles de « Lahchama » et « El Hidhab » sont dépassées par ce problème puisqu’elles sont transformées depuis de nombreuses années en véritables zones d’activités. De nombreux ateliers de menuiserie, de tôlerie, de soudage et de stockage de matériaux de construction de tout genre y activent en toute impunité. On se demande si on peut les qualifier de « clandestins » puisqu’ils travaillent au vue et au su de tout le monde y compris les agents de l’ordre et les autorités locales.

Les habitants se demandent aussi des questions au sujet des critères utilisés pour l’attribution des terrains situés sur la RN5 en face de la cité des 1000 Logts, au sujet des lots de terrains détournés dans les années 1990 sur le futur boulevard qui devrait relier le CHU de Sétif à la cité El Bez et encore au sujet du partage de la zone industrielle.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus