Accueil > Sports >

ESS 2 - CSC 0 : Bourahli complique davantage la situation du Chabab

samedi 22 avril 2006, écrit par : Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

Face à une Entente peu inspirée et tardant à trouver ses marques en première période, les Constantinois, tenus pourtant par l’obligation du résultat pour échapper à la relégation, ont montré, à Sétif, des faiblesses criantes qui ne sont pas de nature à les rassurer ou à dissiper l’inquiétude des « Sanafirs ». Un doublé de l’inévitable Issaâd Bourahli plonge désormais le doyen des clubs de l’est algérien dans une situation quasi inextricable. Les hommes de Hanniched ont pourtant fait illusion en début de rencontre, puisqu’ils ont été les premiers à se montrer dangereux, à l’image de Djabelkheir qui ne parvint pas à trouver le cadre alors que la défense locale l’avait « oublié » sur le côté droit (20e min.). Devant une équipe sétifienne bien présente mais incapable de tirer profit de sa mainmise sur les débats, les « Vert et Noir » font mine de montrer les crocs (belle échappée de Naâmoune difficilement annihilée par les défenseurs de l’ESS, à la 30e minute, puis raté de Djabelkheir consécutif à un service en or de Naâmoune, à la 37e minute), mais sombrent aussitôt dans un jeu sans inspiration et beaucoup trop timide pour inquiéter réellement l’arrière-garde locale.

Les Sétifiens retrouvent leur football au fil des minutes et se montrent plus agressifs en fin de première mi-temps, ratant de peu l’ouverture du score à la suite d’une incursion de Hadj Aïssa ponctuée d’un astucieux « extérieur » en direction de Bourahli, devancé de justesse par Gahche (40e min.). Sur leur lancée, les hommes de Belhout « s’approprient » le second half et parviennent, après trois essais sans frais de Bourahli (53e min.), Hadj Aïssa (55e min.) et Fellahi sur coup franc (63e min.), à ouvrir la marque par le renard des surfaces qui transforme sans difficulté à l’entrée des 16 yards, un service millimétré de Hadj Aïssa (67e min.).

Complètement sonnés par cette réalisation, les gars du Vieux Rocher laisseront le champ libre à leurs adversaires qui ne se feront pas prier pour doubler l’addition par le même Bourahli qui profite d’un service de Yekhlef pour crucifier l’infortuné Belhani d’un tir au ras du sol (86e min.).

Les carottes étaient définitivement cuites pour un CSC beaucoup trop timoré pour échapper à la défaite, et surtout à une relégation dont les contours se sont nettement dessinés à Sétif.

Adel Mahmane


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus