Accueil > Sports >

CABBA 1 - ESS 0

L’Entente limite les dégâts
vendredi 10 juin 2005, écrit par : Boutebna N.

Le derby des hauts plateaux, le 14e du genre dans l’histoire des deux clubs, n’a pas dérogé à la règle en drainant une foule immense, bien que les objectifs étaient diamétralement opposés. D’un côté, le Ahly cherchait à consolider sa place qualificative en Ligue des champion arabe tandis que l’ES Sétif voulait sortir de la zone des turbulences.

Les Bordjis ont, dès l’entame, annoncé la couleur ne laissant aucun répit à la formation sétifienne. De ce fait, les deux Camerounais, comme à l’accoutumée, allaient être de véritables poisons. Younchta (2’) mit à rude épreuve le keeper sétifien Haouchi. Deux minutes plus tard, ce sera le tour de son compatriote Nankop d’inquiéter le portier ententiste. S’ensuivirent les raids bordjis de Khedara (15’), Kesrani (17’) dont le coup-franc magistralement botté fut dévié in extremis par Haouchi. Alors qu’on jouait la 25’, suite à un centre de Mani, Khedara d’un heading obligea le keeper à sortir le grand jeu pour repousser le cuir. Belayadi profita de cette occasion et inscrivit l’unique but de la rencontre.

On assista par la suite à une partie à sens unique où les locaux investiront le camp adverse multipliant les incursions qui auraient pu apporter leurs fruits. Nankop (35’), d’un bolide des 20 yards, a failli faire mouche. La seule réaction des visiteurs durant ce premier half fut à l’actif de Fellahi (41’) se trouvant seul face à Kial, son tir allant dans les décors.

Après la pause, la troupe à Zekri, plus en jambes et déterminée à venir à bout de cette équipe de Aïn Fouara, continua son pressing et s’offrit moult opportunités sans conclure, la plus chaude alerte étant celle de Belayadi (auteur d’une belle prestation) dont le heading trouva la transversale. Face à la furia cubiste, le coach Cheniti incorpora Derraj à la place de Achacha, une substitution qui donna une impulsion à la ligne offensive sétifienne sans pour autant trouver la faille dans la muraille bordjienne. Les Sétifiens dans leur course contre la montre firent preuve de précipitation lorsque Hadj Aïssa (87’), servi sur un plateau par Kechaïri, rata le cadre alors qu’il était seul face à Kial. Le score resta tel jusqu’au coup de sifflet final de M. Haïmoudi.

Nacir Haddad

Quotidien d’Oran


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus