Accueil > Sports >

CABBA 1 - ESS 0

L’Entente limite les dégâts
vendredi 10 juin 2005, écrit par : Boutebna N.

Le derby des hauts plateaux, le 14e du genre dans l’histoire des deux clubs, n’a pas dérogé à la règle en drainant une foule immense, bien que les objectifs étaient diamétralement opposés. D’un côté, le Ahly cherchait à consolider sa place qualificative en Ligue des champion arabe tandis que l’ES Sétif voulait sortir de la zone des turbulences.

Les Bordjis ont, dès l’entame, annoncé la couleur ne laissant aucun répit à la formation sétifienne. De ce fait, les deux Camerounais, comme à l’accoutumée, allaient être de véritables poisons. Younchta (2’) mit à rude épreuve le keeper sétifien Haouchi. Deux minutes plus tard, ce sera le tour de son compatriote Nankop d’inquiéter le portier ententiste. S’ensuivirent les raids bordjis de Khedara (15’), Kesrani (17’) dont le coup-franc magistralement botté fut dévié in extremis par Haouchi. Alors qu’on jouait la 25’, suite à un centre de Mani, Khedara d’un heading obligea le keeper à sortir le grand jeu pour repousser le cuir. Belayadi profita de cette occasion et inscrivit l’unique but de la rencontre.

On assista par la suite à une partie à sens unique où les locaux investiront le camp adverse multipliant les incursions qui auraient pu apporter leurs fruits. Nankop (35’), d’un bolide des 20 yards, a failli faire mouche. La seule réaction des visiteurs durant ce premier half fut à l’actif de Fellahi (41’) se trouvant seul face à Kial, son tir allant dans les décors.

Après la pause, la troupe à Zekri, plus en jambes et déterminée à venir à bout de cette équipe de Aïn Fouara, continua son pressing et s’offrit moult opportunités sans conclure, la plus chaude alerte étant celle de Belayadi (auteur d’une belle prestation) dont le heading trouva la transversale. Face à la furia cubiste, le coach Cheniti incorpora Derraj à la place de Achacha, une substitution qui donna une impulsion à la ligne offensive sétifienne sans pour autant trouver la faille dans la muraille bordjienne. Les Sétifiens dans leur course contre la montre firent preuve de précipitation lorsque Hadj Aïssa (87’), servi sur un plateau par Kechaïri, rata le cadre alors qu’il était seul face à Kial. Le score resta tel jusqu’au coup de sifflet final de M. Haïmoudi.

Nacir Haddad

Quotidien d’Oran


Partager cet article :
4 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°140 :
TAHAT KHABALA HEZZI EHZAMEK

Réponse :

A FORCE DE VOUS ENTENDRE REPETER LE MEME REFRAIN,JE VOUS DIT :SABAH MAA ELDJRANE AACHA IQARQAR.N’EST- CE PAS MONSIEUR JE SAIS TOUT ?

Réponse :

Ce refrain cher monsieur est le seul cri qu’a pu sortir un vieux monsieur trés respectueux a Osmani un jour ou l’entente perdait 3 à zero contre la JSK à setif. Pour moi c’etait un réponse d’une maniere hilarante devant la giffle donnée par les kabyles à setif. Tourner cette humiliation en derision est une maniere sage de réagir de la part de ce monsieur. J’espere que vous comprennez le sens de ce refrain, et assayer de chercher le sens des mots et ne pas réagir comme l’ancien moudjahid qui s’est trouvé un jour ministre. Quelques semaines plutard le ADHEN de el fadjr l’ennerve , il ordonne qu’On enleve le haut parleur dirigé vers sa batisse et EXIGE que l’imam CRIE moins fort pour ne pas deranger son sommeil. Si vous dites cela à n’importe quelle sage personne , il vous repondera que la survenue de surdité chez cette personne serait une bonne chose et pour lui et tout son entourage y compris l’imam. C’est la meme reponse que je vous adresse en esperant une cerveau d’abord recepteur,pouvant integrer (...)

Réponse :

Pour finir j’ai oublié de feliciter l’equipe nationale pour sa prestation, elle demeure incapable de se qualifier non pas pour la coupe du monde mais seulement pour la CAN. ENTRE DECADANCE ET FIERTE MAL PLACEE nous nous trouvons et j’ai peur que nous nous continuons à progresser dans cette vision plus que morbide. La faute des mauvaises resultats de l’entente c’est REVELLI. REVELLI est parti et le MALI nous donne encore une leçon de football 3 à zero. Je souhaite bon courage pour à la Tunisie et le Maroc des maghrebins comme moi qui compris le vrai football. Il ne me reste que fumer un joint pour supporter le choc et je serai trés heureux d’avoir Zorgane comme entraineur au moins il m’epargnerai le temps de les rouler car il a l’habitude . Je sais que ce message est provocateur mais c’est l’expression d’un raz le bol de cette mentalité qui ne veux pas s’observer pour mesurer le drame qu’elle fait et qu’elle laisse une merde pour les generations a (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus