Accueil > Sports >

Entente de Sétif : Les choses sérieuses commencent

jeudi 19 juillet 2007, écrit par : Kamel Beniaiche, El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

Pour les champions en titre, les vacances sont bel et bien terminées. Raho et coéquipiers reprennent, aujourd’hui, les entraînements. La première séance de la journée est synonyme de prise de contact entre le nouvel entraîneur et les joueurs.

Le public fera, quant à lui, connaissance avec l’effectif cuvée 2007/2008, à partir de 18h, au niveau du chaudron qui affichera sans nul doute complet. Contrairement à l’exercice précédent, l’Aigle noir, qui a libéré pas moins de 14 joueurs, Bourahli et Touil entre autres, remplacés par 10 nouveaux engagés pour ramener un plus, évoluera avec un effectif de 25 éléments. Avant de prendre le chemin de l’Hexagone, le 30 juillet les partenaires de Maïza feront tout au long de cette phase du biquotidien. Ce premier cycle, qui sera interrompu le 25 juillet par la cérémonie qu’organise Djezzy à l’honneur des champions d’Algérie et détenteurs de la dernière édition de la Champions league arabe, sera ponctué par un match d’évaluation, et ce, 48 heures avant le départ des Ententistes vers la région rennaise. Ils vont certainement prendre attache avec les dirigeants du Stade rennais, ayant chargé Kreach Kadec, pour fixer la date de la rencontre amicale devant opposer les deux formations, dans le cadre du jumelage des villes de Sétif et Rennes. L’on apprend par ailleurs que ART, parrain de la Champions league arabe, n’a toujours pas honoré ses engagements financiers sachant que le chèque de 1,5 million de dollars n’a pas encore été versé aux Sétifiens qui font actuellement face à une crise financière. La position du parrain de la compétition irrite quelque peu la direction de l’Aigle noir.
Mohamed Aoun s’en va

Le mouvement sportif de la capitale des Hauts-Plateaux, qui vient de perdre l’un de ses serviteurs, est en deuil. Mohamed Aoun, l’ex-directeur général de l’OPOW de Sétif, très connu et estimé par les sportifs de la région, et des basketteurs notamment, a, sans crier gare, pris congé de ce bas monde. La triste nouvelle, qui s’est répandue telle une traînée de poudre, a beaucoup affligé ses proches et ses amis qui étaient très nombreux à accompagner Mohamed à Sid-El Kheir, sa dernière demeure. Jovial, bon vivant, blagueur, ce cadre ayant donné 40 ans de sa vie au sport, en général, et au basket en particulier, laisse déjà un grand vide et un lourd héritage pas facile à porter par la famille du basket sétifien qui doit beaucoup à Mohamed. L’ombre et la silhouette de Mohamed, un homme au grand cœur, planeront longtemps au-dessus de la cité Bel-Air, où il a toujours vécu, jusqu’au jour où il a été rappelé au Seigneur. Avec la disparition de Mohamed, un grand serviteur, n’ayant pas eu droit à une « reconnaissance » à la mesure des services rendus, l’antique Sitifis vient de perdre l’un de ses meilleurs fils.

Kamel Beniaiche, El Watan


Partager cet article :
2 commentaire(s) publié(s)
salah :
qui ne connait pas mohamed aoun ,nest pas setifien ,un garcon de ma generation,un homme simple,jovial et bon vivant ,fils de la ville de bel air ,adieu l’ami sans jamais te cotoyer ni te parler,pour moi tu fasais partie intégrante de la ville de setif ,un monument du sport,il seras irremplacable car y’a pas comme lui qui se devoue a sa passion le sport,rabi yarahmek ya mohamed

Réponse de djaber dib :

je suis un handballeur et arbitre de la ville setif et je connais bien med aoun c’est un grand amis maleuresement j’ai pas pu assister a son enterement et je demande allah yarhmou et allah fi aoun sa famille,rabi thebette adjre koul- almohssinine (djaber dib de provins 77160 frnace) ma salam ina lilah oua ilyhi rajioune

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus