Accueil > Sports >

USM SÉTIF

Mekhloufi, Arribi, Kermali...
lundi 20 juin 2005, écrit par : Nedj

Le statut actuel de l’USM Sétif, qui évolue en Inter-régions Est, et qui a échappé de justesse à une relégation dans les profondeurs de la hiérarchie du football national, ne traduit pas les faits d’armes historiques du club à la tunique « grenat » ni son parcours passionnant.

Créée en 1933 à l’initiative d’une poignée de passionnés, dont Miloud Saâdna, Laïd Chorfi, Abdellah Ghedjati et Abderrahmane Khodja, l’USMS dut d’abord faire face à l’hostilité du pouvoir colonial, qui eut rapidement vent des accointances du club avec les animateurs du mouvement nationaliste. Un « F » fut imposé au milieu du sigle de l’équipe qui prit l’appellation d’Union Sportive Franco-Musulmane de Sétif. Cela n’empêchera pas le club de pratiquer un football chatoyant, résolument porté sur l’offensive comme en atteste le nombre incroyable de buts réussis en une seule saison (98 !) par Amor Haddouf, un avant-centre dont le sens du but n’a jamais été égalé.

La principale caractéristique du doyen des clubs sétifiens reste cependant la formation de joueurs surdoués. C’est, en effet, dans les rangs de l’USMS que Rachid Mekhloufi (en catégorie juniors déjà), Abdelhamid Kermali, Mokhtar Arribi et, plus près de nous, Guettafi, Griche, Khalfa, Saoud et autres Reggad et Bendjaballah ont fait leurs débuts.

Chacune des générations de footballeurs qui ont évolué à l’USMS a connu ses heures de gloire. Mekhloufi, Kermali et Arribi ont connu la carrière que l’on sait, en France, avant de rallier, en 1958, la glorieuse équipe du FLN ; Kermali, de retour de Lyon, a même failli, avec Guettafi, Mekkidèche et Souna, disputer la première finale de la Coupe d’Algérie face... à l’ESS ! Malheureusement pour le tout-Sétif qui attendait une finale entre les deux « frères ennemis », le Mostaganémois Ould Bey leur planta un but assassin dans les dernières secondes de la demi-finale qui les opposa, à Alger, à l’Espérance de Mostaganem. Mouyet, le solide gardien usmiste, héros des deux confrontations face à Blida et au WA Tlemcen en demi et en quart de finale, et tous ses jeunes camarades ne rêvent que d’une chose : remporter la Coupe et la dédier à leurs glorieux aînés. L’ASO est avertie...

Adel Mahmane, Source : Quotidien d’Oran


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus