Accueil > Sports >

Le pari risqué de Serrar

dimanche 26 juin 2005, écrit par : Nedj

En matière de recrutement, le club phare des Hauts-Plateaux sétifiens défraye la chronique. Avec les seize recrues, Ziaya, Saïdi (ESG), Raïs (MCEE), Lahmar (USB), Amrane (MCA), Deffnoun (USC), Younès et Hadi Adel (USMAn), les frères Bouadam (USMS), Zarabi (RCK), Hemmami et Boutemdjet (ASK), Keïta et Diallo (Nadi Djazira D’Abou Dhabi) et Abdelali (Niort), annoncées comme quasi acquises, l’Entente est sur le point de battre un record jamais égalé jusque-là par un autre club algérien.

Selon Serrar, le président d’un club qui mise plus sur les joueurs du cru, ce volet n’est toujours pas fermé. Mezaïr (CRB), Daoud Sofiane (MCO) et quatre Camerounais sont convoités par le boss ententiste. A cette cadence, Serrar aura recruté une trentaine de joueurs en deux saisons. Cette démarche, qui inquiète certains et enflamme d’autres, soulève les interrogations des initiés qui demeurent pragmatiques et n’attendent donc que la vérité du terrain. « Le président, qui veut donner un grand coup, a besoin de soutien. Ce n’est pas du tout évident d’enrôler des joueurs comme El Hadi Adel, Lahmar, Deffnoun, très cotés », nous dit Omar, un socio convaincu. Nabil ne cultive, quant à lui, pas un optimisme béat : « Le recrutement tous azimuts qui s’apparente à la constitution d’une PME n’est pas la solution idéale. Il présente de nombreux risques. Pour réussir un tel projet, Serrar aura besoin d’une équipe dirigeante, omniprésente et d’un budget digne d’une entreprise. Sans cela, son plan est voué à l’échec... » Les questions d’adaptation, de cohésion et de gestion d’un groupe de joueurs, qui ne voudraient en aucun cas chauffer le banc, n’ont pas été omises par notre interlocuteur qui ne s’emballe pas. Contacté, pour de plus amples informations, Serrar est d’un autre avis : « Celui qui ne tente rien n’a rien », dit-il en préambule. « Pour réussir, il faut prendre des risques. A chaque exercice, le club dépense pour une formation boiteuse entre 8 et 11 milliards. Cette saison, on a décidé de joindre l’utile à l’agréable avec en sus la même enveloppe budgétaire qui nous permet de monter une bonne équipe susceptible de jouer les premiers rôles devant ramener le public et inciter les sponsors à nous soutenir. Que les gens se rassurent, l’Entente possède les moyens de sa politique », enchaîne le numéro un ententiste, qui tenait à préciser que le nouveau coach Hocine Zekri a été associé à 80 % dans le choix des joueurs recrutés.

Source : El Watan


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
bazer :
la frenesie des recrutements faits par serrar est tres suspecte.Serrar,à mon avis,est plus un manager de joueurs ,que president d’un club.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus