Accueil > Sports >

ES Sétif

Zekri vise une place sur le podium
dimanche 17 juillet 2005, écrit par : Nedj

C’est dans le décor naturel et boisé d’une petite forêt située en contrebas de Chouf Lekdad, dans la périphérie ouest de Sétif, que les Sétifiens ont effectué dernièrement leur seconde séance d’entraînement.

Les quatre kilomètres qui séparent les lieux du centre-ville n’ont pas empêché plusieurs dizaines de supporters de faire le déplacement pour voir de près leurs protégés, en particulier les nouveaux, El-Hadi Adel, dans ce contexte, ravissant largement la vedette. C’est significatif de l’estime dont jouit, à Sétif, l’ex-goléador de l’USM Annaba.

Très significatif même, car du beau monde, il y en avait au milieu des arbres de Chouf Lekdad : Younès (ex-USMAn), Ziaïa (ES Guelma), Amrane (MCA), Benchadi (CABBA), Raïs (MC El-Eulma), Zeroual (USM Khenchela), Defnoune (US Chaouia), Boutemdjat (AS Khroub), Bouadam (USM Sétif)... En tout, 17 nouveaux joueurs que rejoindront incessamment l’ex-clubiste Maïza et probablement le prometteur Hocine Fenier (CSC), Zarabi et Bousofiane (RC Kouba). Si l’on y ajoute les « rescapés » de l’exercice écoulé (Derradj, Hadj Aïssa, Achacha, Lahlouh et autre Benchaïra), et les trois Africains que le coach devra choisir parmi quatre Camerounais et deux Maliens, l’on se fait une idée plus précise des ambitions de l’Entente pour la prochaine saison.

Sous l’œil attentif du nouveau coach Hocine Zekri, les joueurs entreprennent, en rangs serrés, leur petit trot sous les commandes d’un Malik Zorgane gagné par un zeste d’embonpoint mais au port intact. Zekri attend patiemment que les joueurs s’éloignent avant de nous faire, tout sourire, un petit signe amical qui voulait sans doute dire « voilà, maintenant je suis à vous ». Affable et plutôt loquace (ce qui n’est pas évident chez tous les entraîneurs), l’entraîneur sétifien est visiblement heureux de se retrouver à la tête de l’ESS : « sans vouloir offusquer aucune des équipes où je suis passé, c’est la première fois que je me sens, au plan de l’environnement, des structures et des installations, dans un club de football, au sens plein du terme ». Les objectifs du club pour la saison prochaine, ou ses propres ambitions en tant que coach, c’est à peine s’il consent à en parler : « vous savez, il aurait été beaucoup plus facile pour moi de vous parler de nos objectifs si je disposais de l’ensemble de l’effectif, ce n’est pas le cas pour le moment ». Les atouts que Zekri n’a pas encore entre les mains, ne l’empêchent cependant pas d’avouer qu’une place dans le podium (entendez parmi les trois premiers du classement), à l’issue de la saison 2005/2006, ne serait pas sans lui déplaire, et serait, à tout le moins, conforme au plan de redressement de l’Entente, que le président du club, Abdelhakim Serar, entend mener à moyen terme.

La pression qui entoure le club (et qui fit déguerpir une flopée d’entraîneurs), ne semble pas incommoder outre mesure le nouveau coach ententiste, même si une simple séance d’oxygénation à plusieurs kilomètres de la ville attire autant de monde. C’est à peine s’il ne va pas jusqu’à la souhaiter : « Vous savez, la pression est toujours là, avec ou sans le public. C’est vrai que trop de pression nuit et peut même conduire à une explosion, mais d’un autre côté, elle nous permet de nous remettre constamment en question et de rester en éveil ». Il souhaite récupérer tout l’effectif avant le départ en stage de préparation à Vichy (France), le 26 juillet prochain. Hocine Zekri lance un appel aux supporters et insiste sur le rôle qu’ils doivent tenir tout au long de la saison : « nous allons tracer des objectifs pour le terrain, mais nous aimerons aussi que notre public soit au diapason. C’est important, car un bon comportement de nos supporters permettra aux joueurs d’évoluer sereinement et de donner le meilleur d’eux-mêmes, et permettra aussi à l’équipe de jouer tout aussi sereinement à l’extérieur, car elle forcera, grâce au comportement fair-play des spectateurs, le respect des autres ».

En tous cas, l’équipe qui est en train de prendre forme du côté de Sétif, a fière allure et paraît capable de valoir bien des satisfactions. En entraîneur avisé, Zekri insiste toutefois sur l’aspect collectif : « je ne suis pas là pour faire briller des joueurs, mais pour faire briller l’équipe. Un joueur, pour aussi talentueux qu’il soit, ne vaut que par les qualités qu’il met au service de l’équipe ». Un avenir proche dira si l’ESS, cuvée 2005/2006, aura recruté des étoiles qui luisent juste pour faire joli, ou formé une équipe capable (enfin !) de redorer un blason « Noir et Blanc » quelque peu terni ces dernières années.

Adel Mahmane, Source : Quotidien d’Oran


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus