Accueil > Sports >

USM Setif : Club cherche président désespérément

La formation sétifienne est depuis plusieurs semaines déjà dans l’impasse
lundi 10 août 2009, écrit par : Farid ROUIBAH. L’Expression, mis en ligne par : Boutebna N.

n attendant, en effet, que la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya de Sétif désigne la date du déroulement de l’assemblée générale élective pour élire un nouveau président après le retrait de confiance du désormais ex-numéro 1 de l’USM Sétif, M.Azzouz Arab, la formation chère au défunt Ferhat Abbas se trouve dans une situation pour le moins qu’on puisse dire, des plus délicates.

En effet, à quelques jours seulement du lever du rideau du championnat de la D2, le Doyen des clubs de la capitale des Hauts-Plateaux n’a pas encore de président.

Pire, des cinq candidats ayant postulé à la présidence du club, seul Malik Ayachi est resté en course pour prendre en main les rênes de l’USM Sétif.
Toujours est-il qu’aux dernières nouvelles, même ce dernier a décidé de se retirer devant une situation des plus imprévisibles.
La seule alternative sur laquelle les fans des Grenats nourrissent beaucoup d’espoir, demeure la proposition du comité de sauvegarde de l’USMS, créé il y a quelques mois. Ce dernier, par l’entremise de l’un des initiateurs, ce comité et porte-parole, Rachid Oussaci vient de faire une proposition au nom de la majorité écrasante des membres de l’assemblée générale du club qui demandent à confier la présidence du club à Lamnouar Belaleït ou à Azzouz Ayadi.

Deux ex-dirigeants ayant fait leur preuve dans la gestion du second club de la ville antique de Sitifis.

« Deux personnes qui ont le profil et les moyens pour sortir le club du marasme dans lequel il se débat depuis quelque temps », nous dira M.Oussaci. Et d’ajouter : « L’heure est grave. Le club est dans une situation difficile. Nous ne voulons pas qu’une équipe comme l’USMS connaisse le même sort que d’autres équipes qui ont disparu de la scène après voir fait le bonheur du football algérien ».

En attendant, la balle est désormais dans le camp des services de la direction de la jeunesse, lesquels selon certains observateurs, sont dépassés par les événements, sinon comment expliquer cette lenteur pour mettre fin à cet imbroglio.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus