Accueil > Sports >

Égypte - Algérie : Le réveil sera dur en terre des « Pharaons »

vendredi 13 novembre 2009, écrit par : A. Nedjar, Sétif info, mis en ligne par : Boutebna N.

Le fennec ne s’apprivoise pas. Le Sahara, cette terre brûlante ,c’est son royaume,sa terre de prédilection ; comme dans ces terrains chauds de foot.

En refusant le combat sur le terrain de foot pour le porter et le livrer dans la rue contre la jeune et brillante équipe nationale , les égyptiens ont démontré une fois encore leurs complexes et leur peur vis-à-vis des ces valeureux joueurs et supporteurs Algériens. Ces derniers ont de tout temps fait preuve d’exemplarité et de comportements civilisés devant les hordes barbares Égyptiennes avec, souvent la complicité, la bienveillance et la bénédiction des leurs autorités officielles. Conscientes des risques de dérapage, ces dernières auraient-elles laissé faire et pour perdre dans la rue plutôt que dans une saine compétition ? Leur échec latent était prévisible et ne pouvait ne les mener qu’à des situations inextricables et incontrôlables ,dans un pays de 80 millions la où la majorité écrasante de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.
N’est ce pas là une anticipation pour contrer la suite des événements qui se présagent déjà ? Cela suppose et nous suggère qu’ils ont provoqués la petite douleur pour éviter la grande douleur ou le réveil du peuple pouvait être dramatique pour un pouvoir vieillissant et coupé qui se prépare à se recycler en son intérieur pour le maintien de ces « gueux » dans un état quasi incertain.

Par leur courage, par leur résistance, par leur cohésion, par la beauté de leurs gestes techniques, par leur beauté tout court, nos jeunes de l’équipe nationale ont déjà gagné. Ils ont gagné la coupe du monde l’estime, de la considération et la coupe de l’admiration du monde entier.

Il est vrai que le foot et la politique ne font pas toujours bon ménage mais le ménage qui menace le pouvoir Égyptien est vraiment entré cette fois dans une phase active entre une « équipe » gouvernementale en fin de cycle et 80 millions de « joueurs » qui ne pardonneront rien cette fois ci. Immanquablement, la révolution algérienne se serait exportée malgré elle.

En terre des Pharaons, le réveil sera dur, très dur par le retour de flamme pour ceux qui ont provoqué l’allumage de la mèche de la violence.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus