Accueil > Sports >

Finale de la coupe de la CAF : Le Stade Malien remporte le trophée continental

Le réalisme des « stadistes » et le regret des sétifiens
samedi 5 décembre 2009, écrit par : De notre envoyé spécial à Bamako : Khalil Hedna, mis en ligne par : Boutebna N.

ire que l’entente a des
regrets au terme de cette manche retour de la finale de la coupe CAF serait
peut-être un doux euphémisme. Mais une certitude, les sétifiens ont ressassé
toute la nuit du samedi au dimanche les occasions franches manquées durant les
dernières minutes de la deuxième période et surtout la fébrilité affichée par
les joueurs désignés pour les tirs au but face à un Soumbeyla Diakité
majestueux. Période au cours de laquelle ils ont eu des opportunités pour
refroidir les ardeurs des maliens. Mais le réalisme n’était pas dans le camp
des Noirs.-On pouvait bien s’en sortir, on a été gêné par la chaleur et
l’état de la pelouse mais c’est le foot" explique Raho Slimane. Des propos
remplis d’amertume qui en disent long sur la déception du capitaine de
l’entente.

La première phase de cette
finale fut caractérisée par un jeu sans âme concentré au milieu du terrain avec
des contres qui se comptent sur les bouts des doigts. Hormis la véritable
occasion pour le compte malien signé Issiaka Eliassou et ce bolide qui a vu le
cuir s’écrasé sur le poteau droit de la cage de Feradji, le reste du temps ne
fut que du pousse ballon de part et d’autre.
Après les citrons, le coach
Mechiche garda la même formation mais le schéma tactique prôné fera l’affaire
des aigles de « Sotuba » qui réussiront à faire porter un danger
permanent dans la surface setifienne obligeant ainsi l’arrière garde de
Ferradji à commettre plusieurs fautes, d’ailleurs c’est sur une gaffe
monumentale du capitaine Raho, Bakari Coulibaly exploita une balle perdue et reussira
à tromper la vigilance du portier
setifien d’une belle manière à la 53’ de jeu. La pression malienne continua des plus belle et deux minutes après
l’arbitre siffla un penalty pour les Blancs du stade suite au fauchage de Ousmane
Bagayoko dans le périmètre setifien. Le même Bagayoko fera justice lui-même en
inscrivant le second but libérateur pour son équipe. La réponse sétifienne se
fut immédiate, notamment par après la rentrée de Hadj Aissa et Djediat mais la
totalité des occasions qui se sont présentés aux attaquants sétifiens vouèrent
tous à l’échec par excès de précipitation et surtout par manque de
concentration dans le camp adverse avant même d’approcher les bois de Soumbeyla
Diakité toujours aux aguets, en témoignent le tir sans puissance de Hemani à la 65’, le ratage
de Djediat 86’ et surtout cette opportunité de Hemani bien servi par Hadj Aissa à deux minutes
du coup de sifflet final de M. Maillet Eddy. La partie se termina sur ce score
de parité pour les deux phases de cette finale et les deux formations ont été
départagées par le recours aux penalty qui, grâce à la bonne forme du gardien
malien, le trophée continental souri aux maliens à la grade déception des
setifiens, qui il faut le dire, n’ont pas montré cette volonté habituelle dans
ce genre de compétitions.

A signaler le fair-play et
l’esprit de sportivité qui ont régné sur le terrai et en dehors du stade de Modibo
Keita.

ILS ONT DIT...

- Ali Mechiche (entraîneur de
l’Entente) : ‘’ que voulez-vous que je
vous dise. Je pense sincèrement qu’on méritait un sort bien meilleur. On s’est
bien préparer depuis notre venue ici au Mali pour ce match. On a bien gérer la
première mi-temps, seulement en seconde période, nous avons été surpris par un
but puis un autre deux minutes après. Une situation que ne s’attendait guère
qui m’a empêcher de faire des changements. On a repris le jeu en main en ratant
quelques bonnes opportunités de scorer. Sincèrement, j’estime qu’on aurait pu
mettre au moins un but. Cela dit, une défaite reste une défaite. C’est
difficile de digérer d’autant plus que c’est un titre continentale qu’on a
louper au final ‘’ nous a-t-il dit non sans évoquer son avenir devant les voies
qui se sont élevées pour son départ après cette déconvenue ‘’ écoutez, si je
suis le problème, je prêt a partir ‘’ nous a-t-il affirmé non sans ajouter
qu’il été surpris par la présence de nombreux gens autour de l’équipe alors que
dans d’autres circonstances il n’y avait personne indique t-il un peu plus loin.

- Sadio Baba Cissé :-Le match s’est joué sur des détails. Car les
Algériens ont négocié leur match durant la premier phase mais en seconde partie
nous nous sommes battu et c’est comme ça qu’on a pu remporter le trophée.
L’entente est une bonne équipe mais nous étions les meilleurs sur le terrain".

Cheick Diallo (staff
technique du Stade) :- En premier
mi-temps je ne sais pas ce qui est arrivé aux joueurs, je me demande est-ce
l’émotion de jouer la finale domicile ou bien l’effet de la pression pour
remonter au score concédé à l’Aller. Toutefois nous nous sommes ressaisi en
deuxième période pour marquer des buts et les joueurs sont allés le coeur à
l’ouvrage. La réussite était de notre coté et nous avons pu remporter cette
coupe tant attendu par nos supporters".

- Bakari Coulibaly :"Dés l’entame du match, nous avons été gênés par le
regroupement des setifiens dans leur camp, mais grâce à Dieu nous avions pu remonter
les buts et négocier le reste. Le trophée continental est notre ambition pour cette
année et malgré les difficultés que l’entente nous a créée sur le terrain nous
avions su rebondir, c’est aussi ça la force des grands."

- Ambane Francis :"C’est vraiment triste de perdre une finale par des
tirs au but. Ce n’est pas bon pour notre moral, mais le destin a voulu terminer
de cette façon la double confrontation. Nous nous sommes battu pour garder
cette suprématie réalisée à Sétif, mais le manque de réussite nous a en quelque sorte handicapé sur cette pelouse. C’est vraiment regrettable mais la vie
continue.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus