Accueil > Sports >

El yazid Dib à la librairie du Tiers-Monde à Alger

mercredi 9 mars 2011, écrit par : Nabil, mis en ligne par : Boutebna N.

Notre ami et collaborateur El yazid Dib signera son dernier ouvrage
« Le témoin obscur » paru à Edit.co à la librairie du tiers monde place Emir Abdelkader Alger le samedi 12 mars 2011 à partir de 14 heures 30.

Il présentera aussi son ouvrage au café littéraire ce samedi 26 mars à 15h au théâtre de Sétif.

El yazid Did sera à Sétif pour la même circonstance au mois de mai à l’occasion du 3e salon du livre de Sétif.


Partager cet article :
8 commentaire(s) publié(s)
Godasse :
Un régal a vous lire Mr DIB. En vous paraphrasant je dis :... Pour un fonctionnaire écrire parait une routine,vous écrivez autrement qu’un fonctionnaire:pour une quete de liberté...Bon courage...Cordialement !
Zenga Zenga :
Oueld blad sah,
Commentaire n°93661 :
bon vent et bonne mer mais prix abordable SVP
Commentaire n°93681 :
Concentrez vous sur les romans, et évitez les analyses politiques car vous ratez souvent votre coup et vous perdez en crédibilité. Un conseil gratuit.
hadj ahmed :
La litterature contribuera certainement à nous élever que l’on soit auteur ou lecteur . Félicitations .
setifois :
monsieur el yazid, vous avez un style un peu difficile. vous usitez des vocables un peu obsoletes de la langue de moliere, mais vous acellez par contre dans les nuances et la metaphore. à vous voir samedi 26 à setif. enfin je viendrai vous rendre visite à alger ce samedi, si la marche ne ... bye
Commentaire n°93802 :
Mr Dib je vous conseille de rester dans votre style romantique et d’éviter les analyses superflus de la politique qui nécessite plus d’imaginations et d’efforts..
D.Benchenouf :
J’adore lire mon ami El Yazid, parce que son expression ne se trouve pas seulement entre les lignes, mais embusquée sous chaque mot, où elle pousse le caprice malicieux, à se grimer, comme si elle cherchait à égarer davantage, plus qu’à se dévoiler. Où les mots sont comme un oignon de tulipe, pelure sur pelure, qu’il faut patiemment effeuiller patiemment, si on veut découvrir le sens qui palpite doucement, comme un coeur d’oisillon inquiet. Il est vrai que vouloir s’exprimer lorsqu’on est haut fonctionnaire, dans un pays comme l’Algérie, il n’est plus de choix pour dire ce qui bouillonne et déborde , que d’être ésotérique, où l’allégorie se drape de métaphore, et enfourche l’allusion. En somme, non initié, circulez ! Il n’y a rien à lire...

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus