Accueil > Sports >

ES Sétif

Hadj Mansour dévoile son plan
mardi 15 novembre 2005, écrit par : Nedj

Ainsi donc, Saâd Hadj Mansour est de retour à la barre technique ententiste. Le Palestinien qui succède à Hocine Zekri dirige, en effet, pour la septième fois le club des Hauts-Plateaux. Contacté par nos soins pour en savoir un peu plus sur les circonstances de son arrivée, il nous dira qu’il a reçu une proposition de la part du président Abdelhakim Serar avant de conclure avec lui le lendemain. “En fait, tout a commencé vendredi dans la soirée. Serar a pris attache avec moi pour me proposer l’idée de venir prendre en main la barre technique. J’ai donné d’abord mon accord de principe avant de le rencontrer le lendemain, c’est-à-dire samedi pour finaliser. Après une longue discussion, on a trouvé un accord définitif et j’ai donc entamé mon travail”, a-t-il révèle d’emblée. Concernant son point de vue sur la composante sétifienne de cet exercice, l’ancien entraîneur du CSC avoue qu’il existe un effectif de qualité. Néanmoins, il avoue qu’il aura besoin d’un peu de temps pour connaître davantage les joueurs. “Il est vrai que j’ai eu l’occasion de voir l’équipe évoluer à une ou deux reprises. J’ai constaté qu’il existe une bonne composante. Il faut donc continuer à travailler durement et imposer une certaine discipline. Je pense que si tous les joueurs se donnent à fond avec réalisme et professionnalisme, on parviendra par atteindre nos objectifs”, a-t-il enchaîné à ce propos. Au sujet de l’objectif qui lui a été assigné par la direction du club, Mansour avoue qu’il va faire en sorte de hisser le club en haut du tableau, “car au vu de la composante humaine dont dispose l’équipe cette saison, il est certain qu’on visera les premières places du classement. En tout cas, on jouera à fond nos chances et ce, jusqu’à l’ultime journée du championnat”. Et d’ajouter sur ce point : “On visera les cinq premières places au classement.” D’un autre côté, le néo-coach des Aigles noirs a affirmé qu’il ne trouve aucun problème à travailler aux côtés de Rachid Belhout, annoncé il y a peu pour prendre en main la barre technique du club, tout en précisant au passage qu’il sera le premier responsable et c’est à lui de rendre des comptes aux dirigeants. “J’ai eu l’occasion de travailler avec lui lors d’une seule séance d’entraînement. Ce que je peux vous dire, c’est que sur ce plan, il n’y aura aucun problème puisque c’est moi qui serai le premier et le dernier responsable des résultats de l’équipe. C’est à moi, en outre, de rendre les comptes à la direction du club”, a-t-il ajouté. Par ailleurs, à la question de savoir s’il va poursuivre à travailler avec toute la composante de l’effectif des noir et blanc de cette saison, à savoir 31 joueurs, il avoua que cette question a été abordée avec Serar et qu’il souhaiterait travailler avec un effectif réduit, “car il est impossible de travailler avec un tel nombre. Moi, je souhaite avoir entre mes mains 25 éléments. Dans ce registre d’ailleurs, la direction du club a pris ses dispositions puisqu’elle compte prêter certains d’entre eux”, et de conclure : “J’ai eu toujours de bonnes relations avec les supporters sétifiens avec lesquels je n’ai jamais eu de problèmes. J’espère qu’ils continueront à soutenir à fond leur équipe.”

F. R., Source : Liberté

Le challenge est intéressant

Le Palestinien El Hadj Mansour revient aux affaires de l’Entente de Sétif. C’est la troisième fois qu’il est installé à la barre technique des Noir et Blanc.

Le coach, qui connaît bien la mentalité et la maison, se dit pleinement engagé dans la nouvelle aventure.

Comment s’est fait ce troisième retour à l’Entente ?

Le plus normalement du monde. Serrar m’a contacté samedi dernier pour me proposer le poste de coach, laissé vacant, suite à la démission de Zorgane. C’est un honneur et un plaisir de retrouver une nouvelle fois l’un des grands clubs du pays.

Votre nomination intervient à un tournant du championnat...

La mission qui est exaltante et difficile à la fois ne m’effraie pas. J’aurais aimé entamer ma mission dans d’autres circonstances. Prendre les destinées du onze, avant deux importantes rencontres (MCA et USMS) fait partie des risques du métier. On ne doit pas en outre faire d’une étape une fixation, car le championnat est encore long.

Comment avez-vous trouvé le groupe ?

Il est prématuré d’avoir en peu de temps une idée précise sur le groupe qui me semble réceptif. Le premier contact avec le collectif qui a adhéré à notre démarche me pousse à dire qu’il est disposé à aller de l’avant.

Que préconisez-vous pour améliorer la qualité du jeu du onze et l’efficacité d’une timide attaque ?

L’Entente possède des individualités de valeur. C’est par la persévérance et l’engagement total du groupe qu’on arrivera à former un ensemble compétitif en mesure de valoir des satisfactions. Le travail, le sérieux et la détermination de se défoncer sur le terrain finiront toujours par payer.

Etes-vous en mesure d’atteindre les objectifs tracés par le staff dirigeant ?

C’est par la conjugaison des efforts de l’ensemble des acteurs qu’on peut atteindre les objectifs tracés. J’estime que le challenge est intéressant. Le défi mérite d’être relevé d’autant que la direction a mis toutes les conditions pour réaliser une grande saison. Avec de tels moyens, une place dans le trio de tête est à mon sens dans les cordes de l’Entente.

Allez-vous travailler avec Rachid Belhout ?

La langue du football est universelle, M. Belhout, qui est un professionnel au sens propre du mot, ayant de surcroît presque 30 ans d’expérience, peut apporter sa pierre à l’édifice. L’idée de faire équipe avec lui ne me déplairait guère, car je pars du principe que deux avis valent mieux qu’un.

Kamel Beniaiche, Source : EL Watan


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus