Accueil > Sports >

USMA 2 - ESS 0

Dziri-Eneramo, la force fatale !
samedi 19 novembre 2005, écrit par : Nedj

Face à une accrocheuse formation de l’Entente de Sétif, l’USM Alger a réalisé, jeudi, une victoire difficile mais méritée eu égard à la domination de ses joueurs. Après une première mi-temps très disputée au cours de laquelle les Algérois ont été plus percutants en attaque, en témoignent les occasions ratées de Metref (4’ et 38’) et Eneramo (7’ et 43’), contre une seule opportunité dangereuse de Bourahli (5’), les Usmistes ont réussi à forcer les choses en seconde période. Sous la pression du jeu et surtout d’un public chauffé à satiété, les Sétifiens finirent par céder à la 70’.
À l’origine de ce coup de grâce, le revenant Dziri Bilal, véritable inspirateur de cette formation usmiste, qui profita d’un joli travail de l’excellent Eneramo. Ce dernier s’infiltre en puissance sur le flanc droit avant de servir dans l’axe Dziri qui parvient à semer son vis-à-vis d’un joli geste technique avant de fusiller Mezaïr. Un but qui est tombé à point nommé pour faire estomper le doute du côté usmiste, d’autant plus que quelques minutes auparavant, l’USMA évoluait à dix, suite à l’expulsion de son capitaine Zeghdoud après deux cartons jaunes. Acculés par cette réalisation, les visiteurs réagiront vite, créant le danger dans le camp adverse.
L’on assista dès lors à un fort pressing de l’Entente qui faillit faire mouche, notamment par l’intermédiaire de l’omniprésent Bessaïd qui passera à deux doigts d’une égalisation certaine. Et au moment fort du réveil de l’ESS, un contre anodin de Eneramo sera synonyme de mort subite du... match. Embusqué au milieu de deux défenseurs ententistes, à plus de 40 mètres des bois de Mezaïr, l’attaquant nigérian parvient à dribbler ses deux gardes du corps avant d’aller battre tranquillement Mezaïr dans les temps morts de la rencontre. L’affaire était entendue, l’ESS abdiqua devant plus déterminé que soi.

Biskri : “mes joueurs ont bien réagi”

Pour le coach Mustapha Biskri, “la victoire de l’USMA est méritée car les joueurs ont prouvé qu’ils avaient les moyens de jouer beaucoup mieux et de faire pression sur l’adversaire. Je pense que nous avons assisté à une réaction de nos joueurs qui ont dominé et ne se sont guère découragés pendant tout le match en dépit de l’expulsion de Zeghdoud. Nous avons gagné le match tout en étant réduits à dix, et c’est la preuve que nous étions plus acharnés. Il faut dire que quand vous avez un joueur de la trempe de Dziri, toujours aussi jeune malgré son âge, et une force de la nature comme Eneramo, les chances de gagner sont plus grandes”, indique-t-il. Et d’ajouter : “Pour ce qui est de l’adversaire, je pense que nous l’avons empêché tout simplement de développer son jeu en bloquant, par exemple, un joueur comme Bourahli.”

Hadj Mansour : “Le nul aurait été plus équitable”

En dépit de ses deux défaites consécutives face au MCA et à l’USMA, le coach Hadj Mansour est maintenu dans le staff technique, a-t-on appris de sources proches de l’ESS. Ce dernier s’est montré déçu par l’issue de la rencontre car pour lui, “le match nul aurait été plus équitable. Nous avons commis des erreurs défensives que nous avons payées cash et nous n’avons pas su être efficaces devant les buts adverses”.

Djaballah a signalé des incidents

Les Sétifiens ont vécu un sale après-midi, jeudi dernier, au stade de Bologhine. Outre, en effet, les jets de divers projectiles envers le banc des remplaçants, Kamel Lafi, le président de section du club phare des Hauts-Plateaux, a été interpellé, nous dit-on, par les services de l’ordre après une altercation avec un de leur agent et ce, juste après le coup de sifflet final de l’arbitre Djaballah. D’ailleurs, pour cette raison, le boss ententiste, Abdelhakim Serar, est resté à la capitale pour tenter de trouver une issue. Finalement, selon une source digne de foi, tout est rentré dans l’ordre puisqu’on a appris que cette affaire a été réglée. Ceci dit, plusieurs joueurs ententistes ont été victimes de certains pseudo-supporters usmistes. C’est le cas de le dire concernant le portier Hichem Mezaïr qui s’est accroché avec un stadier après l’ouverture du score, ou encore Salim Lahlouh, qui a reçu un projectile alors qu’il s’échauffait. L’arbitre du match, M. Djaballah, a, du reste, signalé ces incidents dans la feuille de match, ce qui pourrait valoir une suspension au stade de Bologhine par la LNF.

F. R. S. B., Source : Liberté


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus