Accueil > Sports >

Kheireddine Madoui, coach de l’ESS : « Nous ferons tout pour remporter le trophée et apporter la joie au pays »

lundi 6 octobre 2014, écrit par : Gherib Dj.

Rencontré à quelques heures seulement de la rencontre qui a opposé son équipe au MO Béjaïa pour le compte de la 6e journée du championnat national, et qui s’est soldée par un score de parité (1 à 1), le jeune coach sétifien, qui a réussi là où les plus chevronnés dans ce métier d’entraineur ont échoué, a bien voulu nous parler de l’exploit de son team en atteignant la finale de la Ligue des champions africaine.

Vous devez être l’entraîneur le plus heureux en ce moment. N’est-ce pas ?
Oui, bien sûr. Ce n’est pas tous les jours qu’on a la possibilité de voir son équipe atteindre ce stade dans la prestigieuse joute africaine. C’est en effet un exploit historique. On doit cependant rendre hommage à tous ceux qui ont contribué à cette victoire, surtout à Lubumbashi, où notre formation a fait un grand match en dépit de ce qu’elle a subi avant et après la rencontre. Je salue la détermination et le courage de mes joueurs. Il ne faut pas oublier qu’on avait affaire à une équipe (le TP Mazembé) qui compte parmi les plus grosses cylindrées du continent. On a réalisé un parcours de champion et on espère confirmer en finale.

L’équipe a été invincible dans cette édition de la CLA jusqu’à cette défaite à Lubumbashi en match retour de la demi-finale ?
On a été effectivement invincibles pendant 13 matchs et nos meilleures performances ont été réalisées à l’extérieur de nos bases. On a malheureusement souvent peiné dans notre jardin. Cela est sans doute dû à la pression qui règne souvent au stade du 08 Mai 1945, mais aussi à l’arbitrage. Il convient de que notre mission n’a guère été facile, noter devant des clubs comme l’Espérance de Tunis (finaliste de la dernière édition de la LCA le CS Sfax détenteur de la CAF), le Ahly Benghazi et le TP Mazembé qui ne sont plus à présenter. Il fallait investir dans la fougue et la volonté de nos éléments qui ont cru en leurs capacités et ont ainsi fait la différence. Le bilan est donc plus que positif.

Pourtant, personne n’a misé un sou sur cette équipe au début de la compétition ?
Oui, et je comprends le jugement de ceux qui ont estimé que l’effectif existant était limité et avait peu, voire pas du tout, de chance de concurrencer les équipes engagées dans la compétition africaine. D’autant que notre équipe a été métamorphosée avec le départ de nombreux éléments de l’ancienne ossature, à l’instar de Gourmi, Karaoui, Ziti et Nadji. Je pense que nous avons toute de même réussi à les remplacer en faisant appel, selon les besoins exprimés de l’équipe, à Younés, Ziaya, Megateli ou encore Benyettou. Il fallait donc qu’on fasse, un travail sérieux notamment sur le plan psychologique, pour booster les joueurs et les convaincre que le groupe a les moyens d’aller très loin dans cette compétition, surtout après avoir battu au tour préliminaire les Camerounais de Coton Sport. Maintenant, l’ESS est en finale. Rapellons au passage qu’aucun club algérien n’a atteint ce stade de cette épreuve africaine dans sa nouvelle formule. Il va falloir se concentrer pour arracher le titre et apporter de la joie à tout le peuple algérien.

Quelle idée faites-vous de votre adversaire dans cette finale, en l’occurrence le Vita Club du Congo ?
C’est un grand club. Je dirais même que c’est le meilleur du fait qu’il soit en finale. Il est vrai que le TP Mazembé bénéficie de plus de qualités techniques individuelles, mais le Vita Club est plutôt soudé sur le plan du jeu collectif. C’est une équipe dotée de 10 joueurs internationaux, et ce contrairement à notre formation qui n’en dispose que d’un seul, en l’occurrence le Gabonais Ze Ondo. Il convient également de rappeler aussi qu’elle a vaincu tous ses adversaires arabes et maghrébins : Zamalek, El-Hillal CS Sfax, en aller retour. Par conséquent on doit s’en méfier de cette équipe et bien étudier son système de jeu. On a l’avantage de jouer le match retour chez nous à Blida. Il faut cependant d’abord savoir négocier celui de la phase Aller à Kinshasa.

Le match sera domicilié au stade Mustapha Tchaker le 1er novembre prochain. Un commentaire ?
Je pense que pour cette mission historique, c’est tout le peuple algérien qui est derrière l’équipe sétifienne. Les fans, ce jour-là, viendront sans doute de plusieurs régions du pays pour soutenir l’équipe dans ce stade lequel répond aux normes FIFA. J’espère qu’on aura tous les atouts de notre côté pour fêter le sacre en cette date mémorable du 1er novembre, chère à tout les Algériens (60e anniversaire du déclenchement de la lutte de libération nationale, ndlr). Raouraouaa instruit les instances fédérales de laisser le club sétifien choisir les dates des matchs de championnat qui lui conviennent le mieux pour éviter de perturber la bonne préparation de la finale de la CLA. En effet, les responsables de la FAF et ceux de la Ligue nationale nous ont permis d’aménager le programme des rencontres en championnat national pour éviter la fatigue du groupe, d’où la demande du club de renvoyer la rencontre contre JS Saoura après le match de la finale de la CLA. Sinon l’équipe sera contrainte d’effectuer trois longs périples successifs ;à Oran (ASMO), Bechar (JSS) et Kinshasa (Vita Club).

L’Etat semble ne pas lésiner sur les moyens pour aider Sétif dans cette mission historique ?
Tout à fait. En plus de l’avion spécial accordé à l’équipe pour son voyage à Kinsasha, nous avons l’accord d’effectuer un premier stage pratique à l’école Nationale des Sports Olympiques d’El Bez (Sétif) quatre jours avant le départ vers la capitale Congolaise, puis la mise au vert de l’équipe au niveau du centre sportif national de Sidi Moussa avant le match retour.

Un dernier mot ?
Je saisis l’occasion pour souhaiter une bonne fête tous le peuple Algérien et musulman. Inchallah on va tout mettre en œuvre pour remporter le trophée africain et injecter la joie et le bonheur dans les cœurs de tous les algériens.

Entretien réalisé par Dj. Gherib pour le Jeune Indépendant


Partager cet article :
9 commentaire(s) publié(s)
jeha :
Interview honnete et sincère d’un homme honnete et sincère....
Algérien :
Bonne chance à El Kahla ou Baydha Ne sous estimer pas votre adversaire. Faites une bonne préparation. Et la coupe InchaALLAH pour l’ESS et l’Algérie toute entière.
desintoxiqué du foot :
surtout pour remplir les poches des joueurs et des dirigeants et anesthésier le peuple. vous n’avez rien à envier aux dealers et trafiquants de drogues
prudence er fermete :
bonne chance tout le peuple est et sera avec vous sauf les journalistes de la Tv et certains quotidiens qui ne voient que le mca et l`usma svp : fermer toutes les potes a sarra un dicton bien de chez : Alli rah wa walla wach nim banna khalla celui qui est partie et qui revient quel délice laisse - t-il ?
krimo :
MADOUI LA FORCE TRANQUILLE ALLAH IFARHAK Wé FARHENA GOULOU AMINE
tha :
Merci MADOUI pour toute la joie que tu as apporter a setif , ta jeunesse et celle de ton effectif sont un grand espoir pour notre ville , ton equipe mouille le maillot et pour cela, que ce soit dans la victoire ou dans la defaite , les veritables supporters de l’ess seront toujours derriere toi ;et on comprend beaucoup mieux maintenant , pourquoi Geiger et Velud tenaient tant a toi,enfin , il faut aussi remercier Hammar ,qui apres toutes les bourdes qu’il a faite a cru en toi et t’a laisse en place
merouche charaf eddine :
aid mabrouk et bonne chance a l’ess sétif et si il gagne la finale de la champions league africaines face a l’as vita club congolais sa serait la grande classe et pourqoi pas deux club magrébin l’ess sétif en algérie et tétouan au maroc pour représenté le football africains a la coupe du monde des clubs fifa au maroc 2015 .et peut étre le déclique a sétif en algérie pour la constructions d’un grand stade de 50.000 places avec gazon naturel et constructions d’un centre d’entrainement et de formations sport étude en dehors de la ville comme un vraix club profféssionelle en afrique avec comme entraineur pour la formations différente personne comme kamel adjass et nacer adjissa et issad bouharli et d’otre ensien joueur éxpérimenter qui serait intéréser par c’est poste et qui en tout donner a se club pourait aporter beaucoup dans la formations des jeunes joueurs vue leur éxpérience internationales sa c’est une quéstion de politique du club et sa coute moin cher que de faire venir des étranger et pourqoi pas (...)
Rostom :
L’entente en finale champion’s league africaine juste pour vous dire que le réve n’es pas americain mais bel est bien Algérien
bouzid :
Mr MADOUI, devrait faire un régime et surtout du sport. Il est beaucoup trop gros, pour un coach de footbal, et en plus il encore jeune. Il doit avoir moins de 40 ans.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus