Accueil > Sports >

ESS Infos

ES Sétif - OM Ruisseau
dimanche 15 mai 2005, écrit par : Nedj

Doumbia : « On vaincra la guigne »

Comment préparez-vous le match de l’OMR ?

Dans une bonne ambiance. Il règne un excellent état d’esprit au sein de l’équipe qui travaille beaucoup et bien.

Ne sentez-vous pas une certaine tension à l’approche d’un aussi important match ?

Bien au contraire, le groupe est détendu. Le changement opéré à la tête du staff technique a ramené la sérénité et la joie de jouer du collectif qui est plus que jamais
décidé à se surpasser pour mettre un terme à la guigne qui nous poursuit.

Cette mise au vert n’implique-telle pas une forme de pression ?

Non ! C’est une façon de bien préparer un match important.
Cette mise au vert veut dire que la direction ne laisse rien au hasard. Elle nous permet d’aborder ce virage dans de meilleures conditions.

Etes-vous prêts à affronter l’OMR ?

On s’est préparés en conséquence. Le groupe est motivé. Il est prêt pour relever le défi afin de bien terminer la saison.

Et à titre personnel, comment se présente pour vous ce match ?

Le match est très important pour nous. Je ferai le maximum pour faire plaisir au public sétifien qui m’a adopté. Je voudrais aussi profiter de ce match pour effacer mes
précédentes prestations.

Pensez-vous à la suite de votre parcours avec l’Entente ?

Je ne suis pas maître de mon destin. Je suis lié à l’Entente pour quatre années. Pour l’heure, je ne pense qu’à bien terminer la saison et à renvoyer l’ascenseur au président qui m’a offert cette opportunité. J’aimerai bien rester à Sétif mais le dernier mot revient au boss.

Belhani en médiateur

Les joueurs de l’Entente font, ces derniers temps, un forcing pour convaincre Khaled Laâmèche, qui a quitté le club suite à un désaccord avec l’ex-coach Révelli, de revenir à de meilleurs sentiments. Amar Belhani est entré en contact avec Laâmèche qui a apprécié la position de ses
coéquipiers. La médiation du keeper a été, nous dit-on, fructueuse, puisque Laâmèche s’est engagé à reprendre le chemin des entraînements dès aujourd’hui.

Une séance d’oxygénation

Les Ententistes qui préparent le reste du championnat et plus particulièrement la rencontre de lundi, ont été hier, conviés à une séance d’oxygénation à la forêt de Bousselam située à quelques kilomètres du centreville.

L’Entente s’enferme au Rif

Pour les partenaires de Madoui, le compte à rebours a commencé et afin de s’éloigner de la pression, la direction du club a décidé « d’enfermer » l’équipe à l’hôtel El Rif d’El Eulma, et ce, jusqu’au match de l’OMR. La mise au vert des Ententistes durera 48 heures.

Ferradji et Bengourine pistés

Le keeper de la JSK, Mohamed-Seghir Ferradji, qui n’a pas beaucoup joué cette année, et l’arrière gauche de l’USMBA, Sofiane Bengourine sont, selon une source, sur les tablettes des recruteurs de l’Entente. Le premier cité préfère temporiser avant de rendre une réponse définitive alors que le second est, nous dit-on, intéressé par l’offre des Ententistes.

Zine Madani :« Je ne suis pas un chahuteur »

Le patron de Sofafe sort pour la première fois de son mutisme. Zine Madani qui a été annoncé par différents
organes comme étant quasi partant pour postuler au poste de président de l’Entente qu’il avait occupé au début des
années 90, dément catégoriquement l’information rapportée par certains. L’industriel qu’on a rencontré jeudi, lors du dîner offert en l’honneur de l’USMS, n’a pas voulu
divulguer ses intentions. « Je dois avant tout dire que je n’ai pour l’heure rien décidé. L’information me donnant comme postulant à un poste est dénuée de tout fondement.
Cela dit, ce qui se passe à l’Entente me désole. Les Madani
qui aiment à l’instar de milliers de Sétifiens le club ne peuvent demeurer insensibles à la situation dans laquelle se trouve actuellement l’Entente. Pour le bien et l’intérêt
de l’Entente, les gens qui ont la mémoire courte doivent faire l’économie des maladroites déclarations. Ces anonymes, qui tentent de se démarquer sont dans une grande mesure responsables du marasme dans lequel patauge l’Entente, doivent à mon sens se taire. Je dois en outre dire à ceux qui utilisent mon nom à tout bout de champ que Zine Madani n’est ni un lampiste, ni un bouc émissaire,
ni un chahuteur. Le jour où je me déciderai, je le ferai sans recourir aux intermédiaires. »

Borhane B., Source : Le Buteur


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus