Accueil > Economie >

Méga-Khourda pour un hyper marché !

Un réseau bien huilé
mardi 10 novembre 2009, écrit par : A Nedjar Sétif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

el est le titre que nous avons voulu « accrocheur » à l’image de la publicité de la ‘FOIRE’ de Sétif qui réuni en ce moment les soi-disant « productions » de la Jordanie, de l’Iran, de la Chine, du Pakistan, du Vietnam, du Maroc de la Syrie et la présence bien timide de quelques producteurs locaux. Pour compléter ce tableau des « mirages » il ne manquerait que la « soie » authentique de Samarkand style étincelant, format virtuel.

Conscient de la faiblesse de notre appareil économique et surtout du contrôle de la qualité, ces étrangers venus pour la plus part en « visites touristiques » s’assurent et assurent eux même de l’écoulement de leurs produits.

Nous nous sommes livrés à une longue promenade à travers de nombreux stands d’expo-ventes. Qu’en est-il exactement ? Ce ne sont à notre sens que les transpositions des marchés de proximité, des marchés hebdomadaires ou le transfert de boutiques se trouvant en ville pour proposer des produits que nous trouvons tous les jours au bas de nos immeubles.

Quelques étudiantes croisées auprès d’un stand de ‘produits cosmétiques et de beauté’, jubilaient pour la modestie des prix. Elles ignorent superbement qu’elles payent les faux produits et la contre façon au risque cette fois de leur véritable santé lorsque par exemple DOVE devient LOVE et toute une variété de produits sans indications aucune et sans signalisation comme le stipule la loi.

Les services de la santé doivent s’intéresser sérieusement à un certain stand qui , à l’image d’une grande officine pharmaceutique, étale toute une variété de produits habilement empaquetés dans des petites boites d’emballage suggestifs pour proposer de lutter contre tous les maux et toutes sortes de maladies, au vu et au su de tout le monde. Si ces produits sont indolents et ne présenteraient aucun risque sanitaire, leur achalandage et leur présence sont encore de véritables tremperies pour les personnes valides mais surtout pour les vrais malades ou les hypocondriaques qui trouveraient ici un refuge ou une couverture pour refuser les véritables soins donnés en cliniques ou en hôpitaux.

Même l’image du président de la république n’est pas épargnée du reste pour la voir accrochée bien en évidence sur le haut de la devanture du palais des expositions comme pour nous suggérer une fois de plus la bienveillance des autorités sur cette foire et ses produits quelconques, parfois dangereux, qui se jouent de notre véritable production a nous qui a été laminée par le conteneur et ses lots de mauvais traitements de notre économie d’une façon générale.

Dans tout bazar, un stand Iranien présente un gamme de bijou artisanaux de haute facture pour en être des produits authentiques d’un art et d’une tradition et sauve quelque peu la petite mise qui reste du sérieux et de la nature de ce genre de manifestation qui n’a d’intérêt que d’aggraver la situations des commerçants sédentaires qui eux payent bien leurs impôts locaux .

Entre ceci et cela, il ne subsistera un jour que nos estomacs pour consommer car nous avons déjà perdu nos têtes pour y réfléchir ou pour observer ce flot de carences nous ronger d’avantage.

Dans les travées de cette foire, nous rencontrons beaucoup de personnes. Elles ne sont là le plus souvent que pour exulter de leur pseudo joie afin de dominer leur frustration par rapport à leur difficulté d’acquérir d’autres produits de qualité devenus hors de prix pour la satisfaction de ces besoins devenus inévitables et incompressibles.

L’économie de marché n’a jamais été synonyme d’économie de bazar ! A la foire de Sétif tout est faux : faux commerçants, faux produits, faux clients ; fausses espérances, faux, faux, faux, faux. En attendant, place à la Khourda !


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus