Accueil > Sétif profond >

« Hier , c’était à ...Sétif », le nouveau calendrier de l’association des anciens élèves des lycées Kerouani & Gaid

lundi 1er janvier 2018, écrit par : Boutebna N.

L’association des anciens élèves des lycées Kerouani & Gaid vient d’éditer un calendrier 2018 sous le thème « Hier , c’était à ...Sétif ». En effet ce calendrier illustré par une centaine de photos de l’antique Sétif, va rappeler aux nombreux nostalgiques quelques bons souvenirs et surtout ils auront l’occasion à travers ces belles photos de revisiter leur ville.


Partager cet article :
16 commentaire(s) publié(s)
Ammar Bouzouar :
C’est surtout la nostalgie de l’enfance qui resurgit au crépuscule de la vie, sinon dans la bagne d’Alcatraz (pardon, le lycée Mohamed Kérouani), la vie était très dure, surtout pour les internes. Réglé comme une prison,tout était exécuté à heures fixes. De plus on ne pouvait voir qu’un carré de ciel et les vitres étaient peintes pour nous empêcher de voir au dehors. Et qui se souvient des gifles fracassantes des gardiens de la prison (pardon, des maîtres d’internat) tels que Chekroun et autres Bahtou, etc.? Le Directeur de la prison (pardon, du lycée) Mr Lakehal était d’une grande sévérité et aussi inaccessible qu’un ministre.
yaamarbouzouar :
Vous , vous exprimez bien , pas fautes d’orthographe , la prison vous a bien forger , espece d’une bonne génération ,,,bonne éducation et formation , Aujourd’hui , le niveau est trop bas , la liberté , le virtuel sauvage en plein classe , Ah , le beau vieux temps de la prison ,,
Noir c’est noir :
@ Ammar Bouzouar Oui la discipline était peut-être carcérale comme vous le décrivez mais quand on voit comment sont régi les établissements scolaires aujourd’hui, le laisser-aller général, les directeurs sans autorité, les enseignants qui font ami-ami avec les élèves pour voir la paix, les élèves qui n’ont plus de respect ni pour personne ni pour leurs études, on se demande si une bonne discipline ne forge pas des hommes et des femmes qui savent les enjeux et les objectifs. La réponse est entre les deux : pas de sévérité mortifère et pas ce laisser aller qui camoufle toutes les incompétences, un juste milieu difficile à trouver car demandant du doigté de l’intelligence de la compétence et surtout croire en ce que l’on fait comme le croyait le personnel et les élèves y pas si longtemps (...)
le lyceen :
salut les copins du lycee, Ce qui peut etre vrai pour les internes ne l’est pas pour les externes.En effet,on a pas ete privé de liberté et encore moins d’ enthousiasme. Les journees passees au lycee etaient tres agreables surtout à la salle de dessin avec le prof Mr Cherbonel ou à la salle de sport avec Mr Talaa à la cour sud.Quelle belle periode ! A cette occasion, je rend un vibrant hommage aux membres de l’association à sa tete Mr Gasmi et Mr Tir.
Ammar Bouzouar :
@ Noir c’est noir. Je suis pleinement d’accord avec vous. Mers propos tendaient surtout à en finir avec la légende qui veut que la vie quotidienne dans le lycée Kerouani était très agréable et de tout repos. Non, on y bûchait toute la journée, on était surveillé par des pions très sévères pour la plupart d’entre eux et les cours étaient dispensés par des professeurs compétents mais non moins sévères. Comme je l’ai déjà dit, durant une semaine on ne voyait de l’extérieur qu’un carré de ciel bleu. Chaque jour qui se levait était un jour de peine de plus à venir, et quand on était consigné, c’était le ciel qui nous tombait sur la tête. J’ai cité Chekroun parce que ses gifles étaient mémorables : une seule de ses baffes nous faisait tournoyer sur nous-même. Il y avait bien sûr des surveillants généraux et pions relativement gentils genre Tyr, Abdelhamid Kara, etc. Mais c’était un autre monde où l’enseignement était de qualité et ne peut être comparé à celui au rabais (...)
zoubir de sétif :
Je ne garde que de bons souvenirs du lycée, je suis sorti de ce lycée quadrilingue. Ce qui m’a bcp aidé dans ma vie. Ensuite parti à l’étran, j’ai étudié une toute autre langue. Que de bons souvenirs et une solide formation.
anadesetif :
bonjour ! bonjour à tous ceux qui ont fréquente le lycee mohamed kerouani ainsi qu à toutes celles qui ont frequente le lycee malika gaid ! je voudrais répondre a vous au pseudo : amarbouzouar qui fut élève interne à kerouani : avec tous mes respects pour vous monsieur, sachez que vous aviez sans le savoir, apparemment , la terrible chance de vous trouver dans un lycée réputé d une grande renommée mondiale, un établissement qui a enfanté des générations haut de gamme en terme de savoir et hissé d une trempe de compétence irréprochable, inégalable dans l accomplissement de ses missions ; ce lycee qui semble vous avoir laissé de sombres souvenirs et que son directeur était tres severe , sachez qu il a enfanté de trés hauts cadres de l ALGERIE DONT PLUSIEURS MINISTRES et cela sachez aussi que c est grace à la haute compétence professionnelle de ce directeur ou de feu mon pere allah yarehmou monsieur LAKEHAL en sa qualité de proviseur conjuguée à celle de sa vaillante équipe. Avant de terminer (...)
zoubir de sétif :
Comment faire pour avoir ce calend.
zoubir de sétif :
Comment faire pour avoir ce calendrier, ( je suis à l’étranger ). Merci si quelqu’un peut m’informer. Bonne journée à tous et Salem à tous les anciens d’eug Albertini ou de Mohamed kerouani.
Ammar Bouzouar :
@anadesetif --- La terrible chance de me trouver dans le lycée ? Je vous dois tout mon respect, mais il s’agit d’un mythe qu’il faut démolir ! Kerouani était le SEUL lycée et collège à plus de 100 km à la ronde, à cette époque post-indépendance, on n’y accédait pas par la chance mais par le mérite, alors qu’auparavant, il fallait, en plus du mérite, que sa famille ait une certaine proximité avec l’administration coloniale surtout en milieu rural. Chaque cours du 1er au 2° cycle ne comptait pas plus de 4 à 5 classes, soit 100 à 120 élèves pour toute la wilaya de Sétif d’alors plus Jijel. Donc n’y accédaient que les meilleurs élèves des écoles primaires.
Ammar Bouzouar :
@anadesetif (suite)--- Donc n’y accédaient que les meilleurs élèves des écoles primaires. Pour preuve : en 1965, j’ai été le seul élève admis à l’examen de 6ème dans ma commune d’origine ( comme précision, là où travaillait votre grand-père si Mr Lakehal est votre père) Ajoutez à cela que l’enseignement de qualité qui y été dispensé conjugué au fait dans un territoire qui faisait 10000 Km2 voire plus, et jusqu’au début des années 1970, il n’y avait que ce seul lycée et collège, la plupart de ceux qui y sont issus seront forcément des hauts cadres et des ministres. Cela ne diminue en rien le mérite du lycée et encore moins le mérite personnel de feu Mr Lakehal, au contraire, mais il y avait une mise au point à faire en ce qui concerne la discipline un peu spartiate qui y régnait, je l’ai faite, c’est (...)
anadesetif@amarbouzouar :
mes respects monsieur !je viens juste vous remercier pour la reconnaissance de la qualite de l enseignement prodigué a votre époque et dont vous avez beneficié du fait que vous etiez la dans ce lycée et integré grace à vos bons résultas acquis dans le patelin meme ou exerçait feu mr lakehal mon grand pere ;en 1965 à ce que je sache les enseignants algériens ne se ramassaient pas à la cuillerère , hélas, du coup il fallait bien cavaler pour les recruter et d ailleurs, ce fut grace aux coopérants ( et moi meme j en ai eus) que l enseignement fut sauvé, ceci pour vous dire que la tache d un proviseur n était pas de tout repos ; bien au contraire. Quant à la rigueur qui régnait au lycée, svp de grace , soyez objectifs et témoignez qu elle était absolument nécéssaire ( regardez comment sont gérés les établissements de nos jour en l absence d autorité) cette autorité n avait rien d hitlerien elle avait pour corollaire le respect dans son ensemble et rien de plus c était l un des rouages indispensable au bon (...)
Sagados :
Que c’était beau Sétif ....,avant la pollution....
lebon :
En 1961 j’étais parmi vous car le devoir républicain m’y avait envoyé. Les seules balles que j’aie tirées le furent au stand de tir. A Sétif j’ai aimé une jeune fille qui m’adressait des sourire qui m’aidaient à vivre. Qu’est-elle devenue ? Lors de mon départ je lui fis un salut militaire pour lui dire que n’étant qu’un militaire je retournais vers la Métropole. Jolie je te dois tes espoirs de vie ;Sais tu que je n’avais pas le droits de parler aux civils ? Je ne pleure pas mais j’aimerais la revoir . Qu’on se le dise. J’ajoute qu’entre le 4 et 11 avril je serai entre Alger à Sétif et lors j’aimerai parlér avec un Algérien jeune ou vieux pour lui raconter ce que j’ai vu et recueillir ce que l’on vit aujourd’hui dans votre Pays ; Contact : philaelebon@orange.f
KHELFI :
Que de souvenirs dans ce lycée,après l’indépendance,ce jour Dimanche 11.2.2018,nous a quitté Touati Abdelkader,ancien élève,pharmacien,Allah yarahmou.
TALBI Mustapha Kamel :
M. Abdelkader TOUATI, un brave homme, de la race des seigneurs nous a quitté en laissant un grand vide auprès des rares amis qui lui rendaient visite, à la pharmacie où il réapparaissait après le calvaire de la chimio-thérapie qu’il subissait tous les trois mois en France. A tous ceux qui l’ont connu ou côtoyé au Lycée Eugène Albertini, NOTRE FIERTÉ, qui porte maintenant le nom du jeune étudiant le chahid KEROUANI parti au maquis à l’appel du F.L.N., je leur demande une prière pour le défunt ainsi qu’une pensée pour ceux, nombreux, qui nous ont quitté. N’oublions pas qu’une grande majorité de l’Elite de ce pays est sortie de cet Etablissement qui a droit à notre reconnaissance à tous pour la qualité de l’enseignement qui nous a été dispensé et les perspectives qu’il nous a offert. Pour terminer, je demande à tous ceux qui liront ce billet de rejoindre l’Association très active, sous la présidence de si Gasmi, qui a organisé de nombreuses rencontres thématiques, animées par des sommités, dans des domaines (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus