Accueil > Sétif profond >

Conservation des forêts à Sétif : Lancement d’un programme de prévention

lundi 22 octobre 2007, écrit par : APS, mis en ligne par : Boutebna N.

Un programme visant à protéger les forêts de pin d’Alep des dégâts dus, notamment, à la chenille processionnaire a été lancé à travers plusieurs forêts de la wilaya de Sétif, indique-t-on à la conservation forestière.
Le programme en question concerne 35 sites répartis à travers les surfaces forestières des communes de Hammam Sokhna, Tella, Taya et Boutaleb, au sud du chef-lieu de wilaya, particulièrement exposées à cet insecte qui provoque un affaiblissement important des arbres, précise- t-on de même source. L’action entreprise consiste à traiter, dans une première étape, quelque 10 000 hectares sur plus de 100 000 hectares de forêts de pin d’Alep, ajoutent les services de la Conservation des forêts qui ont opté pour le ’’traitement microbiologique avec arrosage aérien pour lutter contre la chenille processionnaire’’ qui détruit, souligne-ton, des espaces forestiers importants chaque année. Cette méthode nécessite, selon les mêmes services, l’utilisation d’épandages aériens eu égard au relief fortement escarpé des sites ciblés par cette opération. Par ailleurs, la Conservation des forêts a entamé, dès le début du mois d’octobre, un programme soutenu pour le reboisement intensif de 4 100 hectares de forêts constituées essentiellement de pin d’Alep. Cette opération concerne des sites répartis sur les territoires des communes de Beni-Fouda et de Djemila, au nord du chef-lieu de wilaya, ainsi que Salah-Bey et Aïn-Oulmène, au sud. Il s’agit, souligne-t-on encore, de renouveler le couvert végétal et de lutter contre l’érosion du sol. Au moins 12 550 hectares de forêts sont ciblés dans la wilaya de Sétif, durant la période 2005 - 2009, par des opérations de reboisement qui verront la mise en terre de 2 500 plants par an. Les incendies avaient détruit cet été près de 7 500 hectares de forêts dans la wilaya de Sétif.


Partager cet article :
4 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°6411 :
et si un jour un parc d’attraction a la foret de znadia ?
Ahmed :
La perte du patrimoine forestier a causé d’énormes dommages aux paysages, a augmenté les processus d’érosion des sols, a favorisé la désertification de certaines régions et aggravé la qualité de l’air. Le cri d’alarme lancé partout dans le monde est malheureusement resté sans réponse. Aucune initiatives pour stopper la dérive de l’environnement aucun projets concrets pour la récupération du patrimoine forestier dont l’objectif est non seulement d’implanter de nouveaux arbres, mais aussi de se préoccuper d’éducation à l’environnement et de favoriser en même temps le développement socio-économique des populations en réduisant la pauvreté des régions rurales. Les intervenants en reboisement doivent agir toujours de concert avec les communautés rurales, pour les impliquer dans l’opération et les inciter à une participation active qui améliore leur condition, en affectant par exemple à quelques familles la gestion des pépinières et le soin des plantations. L’activité déployée dans le milieu éducatif est aussi (...)
tafet19 :
Parler de la déforestation et de la désertification c’est autrement des sujets très délicats et très sensibles. C’est une affaire de grands spécialistes. Mais pour les communs que nous sommes ,cela relève de la vie, de notre propre vie. Les spécialistes de ces biotopes nous dirons que ce sont les seuls et uniques refuges pour de nombreuse espèces de la faune et de la flore. Cela fait parti de l’équilibre de la nature en constante évolution depuis des milliers d’années, voire des millions d’années. Nous constatons malheureusement que cette évolution se fait maintenant à contrario dont le seul et unique responsable reste l’HOMME. A l’école, au scoutisme, au lycée et partout ailleurs, les légendaires et grands chantiers du CPRA(Chantiers populaires de reboisement) furent notre grande école. L’enthousiasme qui nous caractérisait n’avait d’égal que la foi que nous avions pour la restauration et le développement de nos forêts qui avaient subies les affres de la guerre. Je m’en enorgueillie (...)
Mourad 69 :
je rejoint totalement Tafet19 ainsi que Ahmed sur leur commentaires, je suis très triste pour le peu de forêt que nous avons. Je teneais cependant à préciser que le problème majeur était une fois de plus une qustion d’homme. Le souci d’être et de vivre dans un environement vert, dense en vegétation n’existe pas dans la mentalité de la plus par de nos concitoyens et nos hommes politiques, ceci n’est pas une priorité. Je vous donne un exemple qui m’oblige à penser ainsi, cela fait à peu près 10 ans qu’un nouveau programme agricole à été mis en place, il consiste à doner l’autorisation à des agriculteurs ou autres à forrer les sols à des profondeurs allutinante, pour pouvoir en sortir de l’eau. Résultats des champs de pomme de terre à perte de vu, une affaire très juteuse pour les propriétaire, la n’est pas le problèmes. Depuis toutes ces années que l’on assèche notre terre par le fond, comment est-il imaginabl que personne n’est pensé à planter des arbres autour de leur exploitation de pomme de terre et (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus