Accueil > Sétif profond >

EAU POTABLE : L’ADE renforce ses capacités

lundi 12 novembre 2007, écrit par : A. Tiour, l’Authentique, mis en ligne par : Boutebna N.

Les dernières pluies qui se sont abattues sur Sétif et sa région ont été d’un apport appréciable pour le remplissage du barrage de Aïn Zada qui a vu ses capacités augmenter de 2 millions de m3. Ce dernier est passé de 99 millions de m3 à 101 millions sans compter le ruissellement des eaux .

Selon M. Amroune Mourad directeur de la zone de l’Algérienne des eaux (ADE), englobant les wilayas de Sétif, Bordj Bou-Arréridj et Béjaïa, ces pluies ont permis également la recharge en eau des nappes phréatiques permettant la remise en service de quelques forages, notamment des localités de Aïn S’fia, Aïn Romaine. Fermatou et Aïn Trick pour l’alimentation en eau potable.

Si L’ADE a eu des difficultés à gérer des problèmes de tension, il n’en demeure pas moins qu’elle n’a enregistré aucun cas de maladies transmissibles, telles que les MTH, comme ce fut le cas, les années précédentes. Dans le souci de se rapprocher des citoyens pour un travail de proximité et pour mieux gérer le problème de l’eau, denrée rare et précieuse de nos jours, l’Algérienne des eaux a acquis au cours des deux dernières années plusieurs véhicules utilitaires, des engins appropriés, des camions ainsi que des motos-pompes. Ses effectifs en personnel ont été doublés dans les unités de Sétif, B.B.A et Béjaïa.

Afin d’améliorer la gestion de cette ressource au niveau de la station de refoulement de Mahdia, il a été procédé à la création d’un centre de production pour mieux maîtriser la production sous ses différents aspects techniques. La station de traitement de Aïn Zada, élément stratégique pour les deux wilayas de Sétif et B.B.A va connaître dans les prochains jours la création d’un laboratoire équipé, nous dit-on, de matériel ultrasophistiqué qui remplacera l’actuel, datant de près de 20 ans.
Dans le cadre du rapprochement de l’ADE des citoyens et l’application d’un programme de réhabilitation des infrastructures de proximité, une agence commerciale a été inaugurée le 1er novembre dernier à l’occasion de la célébration de cette date historique pour M. Méchia Abdelkrim, directeur général de l’ADE qui a effectué une visite de travail et d’inspection dans la zone de Sétif.

Pour faire face à la demande toujours croissante et en prévision des deux et trois années à venir, notamment avec l’ambitieux programme de l’habitat de l’Etat, l’ADE a pris ses devants en créant un second centre de distribution d’eau qui prendra en charge la moitié de la ville de Sétif avec beaucoup plus de moyens humains et matériels. Il est à rappeler que la ville de Sétif reçoit quotidiennement 45.000 m3 d’eau et ce, depuis 17 ans, alors que la population ne comptait à peine que 150.000 habitants par rapport à aujourd’hui ou elle a plus que doublé avec aucune goutte d’eau en plus, si ce n’est grâce à la rationalisation et une meilleure gestion pour ne pas laisser les populations sans cette denrée plus que nécessaire à la vie.

Après Oran, Chlef et Ouargla, très prochainement Sétif sera doté d’un important laboratoire régional, dont la première pierre a été posée par M. Bédoui Nouredine, wali de Sétif, à l’occasion du 1er-Novembre. La spécificité de cette nouvelle infrastructure réside dans le traitement et l’analyse des métaux lourds par processus d’absorption automatique. En un mot, les métaux existants dans les eaux, notamment les eaux de surface vont être détectés, analysés, puis traités grâce à ce nouveau système. Le laboratoire sera implanté au niveau du centre de distribution de la cité des 1006 logements. D’ici une année, l’ADE devra alimenter les nouvelles cités d’El Hidhab et de Gaoua qui, à elles seules engloberont des milliers de nouveaux logements inscrits dans le cadre du programme d’habitat.

A ce propos, le directeur de la zone de l’ADE a tenu à nous préciser : « de par l’assiette choisie située sur une colline, c’est un point noir pour ramener l’eau. Les plateaux de Gaoua et d’El Hidhab, près de 50.000 habitants, devaient initialement être alimentés par la source de Aïn Kahla qui débite malheureusement que 22 litres/seconde, ce qui est insignifiant. Une partie du déficit est comblée par l’eau de surface de Aïn Zada et le problème restera toujours posé. Dans un premier temps, les habitants recevront peut- être l’eau une fois chaque trois jours ».
Il est à noter que l’unité de Sétif compte 129.783 abonnés, dont un abonné peut desservir plusieurs habitants. Pour les trois zones on compte 259.393 abonnés.

Pour son excellent travail accompli depuis février 2005, où il a donné plus de poids et d’importance à son entreprise passant de l’anonymat à la maîtrise de la distribution de l’eau potable. M. Amroune a été félicité et distingué en recevant un tableau d’honneur des mains du DG de l’ADE.


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°7088 :
malheureusement une tres grande quantité d’eau se perd dans les rues , Bougaa en est un exemple frappant , j’invite les responsables a faire un tour , sillonner les rue de la ville pour constater d’eux meme .
M.A Bladi :
L’eau est considérée comme l’élément vital à la vie, nous devons prendre nos conscinces pour gérer convenablement cette denrée rare et précieuse que rien ne peut subsister sur cette terre sans qu’il y’aura cette matière.Pourquoi aujourd’hui nous vivons une crise et manque des produits alimentaires et notamment les vivres périssables, pour la simple raison du à l’absence constatée de cette eau durant les périodes souhitées.Donc le danger est imminent si on sait pas gérer ceete eau et la dernière éspèce à eteindre ça sera l’homme, lui même.
Staifi :
Selon Thalès « l’eau donne la vie à tous les autres élément ». Préservez cette source de vie.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus