Collision entre un bus et une voiture pres d'El Maouane au Nord de Sétif : 16 blessés dont deux graves
Accueil > Sétif profond >

Premier colloque culturel sur les Beni Yala à Guenzet

mardi 22 avril 2008, écrit par : El Moudjahid, mis en ligne par : Boutebna N.

’est à Guenzet, ce beau pays des Beni Yala, qu’aura été fêtée, cette année, la Journée du savoir marquée à cet effet par l’organisation du premier colloque culturel consacré à cette génération qui a produit tant d’hommes de science, de culture ainsi que des hommes et des femmes profondément animés de cet esprit nationaliste. Cette région montagneuse fut le creuset du djihad et du militantisme. Dans cette région d’où émergèrent de nombreux “oulémas”, forgés sans doute au cœur de cette école “Oukari” édifiée il y a déjà quatre siècles par Cheikh Akli Okari, les Beni Yala furent alors et aussi ce berceau de l’islamité que consolidèrent Cheikh Abdelhamid Benbadis, que l’on se plaît à rappeler avec beaucoup de fierté pour s’être déplacé dans cette région, mais aussi de Cheikh El-Fodhil El-Ourtilani, Cheikh El-Hachemi Belmouloud ou Cheikh Saïd Salhi pour ne citer que ceux-là, sans oublier Sidi El-Djoudi.
Guenzet Ath Yala, c’est aussi l’exemple vivant d’une contribution sans faille au mouvement national, depuis Arezki Kehal au Cheikh Youssef Yalaoui et tous ces martyrs qui se sacrifièrent alors pour Dieu et la patrie, leurs noms sont encore gravés dans les mémoires de tous ceux-là, frères de combat qui ont rejoint les maquis de l’Algérie, pour contribuer à la glorieuse Révolution de Novembre.

Malika Gaïd, fille de Timengacht, tombée au champ d’honneur à la fleur de ses 20 ans, Hafri Rabah, Zouaoui Lahcen, comme d’autres grandes figures des Beni Yala, à l’instar de Mohamed Bouguerra, Debbih Chérif, Isaâd Abdelkader, Makhlouf Zenati, Maâchi Abdelmadjid, Ouahil Nadjia et Bakhouche Rabah resteront à jamais les illustres témoins de cette région dont le patrimoine culturel n’a d’égal que tous ces secrets cachés, puisés dans le nationalisme et l’authenticité.

C’est sans doute pour mettre en exergue tout ce patrimoine dans la mise en œuvre d’une importante dynamique culturelle que les responsables de l’APC de Guenzet ont procédé à l’organisation de cette première rencontre, placée sous le patronage du wali de Sétif et qui aura fait salle exiguë pour accueillir tous ces enfants de Guenzet-Beni Yala, émanant de tous les coins du pays mais aussi de nombreux citoyens et surtout de nombreux jeunes attachés au terroir. Dans cette salle du centre de formation professionnelle de Guenzet où prenaient place également le président de l’APW, le secrétaire de wilaya des moudjahidine, d’anciens ministres, les députés et sénateurs ainsi que d’anciens cadres supérieurs de l’Etat et autres éminents conférenciers, le président de l’APC interviendra pour dire ses remerciements à cette assistance et souligner l’importance que revêt une telle rencontre qui si elle passe par la valorisation de ce patrimoine n’est pas moins sans constituer un moment intense pour nous rappeler cette œuvre glorieuse de nos moudjahidine et glorieux martyrs dans l’œuvre de Libération de la patrie.

M. Bedoui Noureddine, intervenant à son tour, abondera dans ce même sens pour faire état du rôle joué par cette région des Beni Yala au titre du mouvement national mais aussi à l’issue de la glorieuse Révolution de Novembre.

Il exprimera son profond sentiment de reconnaissance à tous les moudjahidine et rendra un vibrant hommage à tous ceux-là qui tombèrent au champ d’honneur ici et ailleurs sur ce vaste territoire de notre pays pour libérer le pays et permettre à cette génération de l’édification de s’inspirer sans cesse du défi de leurs aînés.
Beni Yala, djihad et militantisme, exemple de fierté, entretenant jalousement ce riche patrimoine de l’authenticité, ajoutera-t-il, avant de féliciter les promoteurs d’une telle initiative et procéder à l’ouverture officielle de ce premier colloque.M. Abdelhafidh Amokrane, ancien ministre des Affaires religieuses, rappellera toute l’importance que revêt une telle rencontre qui coïncide avec la Journée du savoir.
Il mettra à profit cette occasion pour rappeler l’œuvre du Cheikh Abdelhamid Benbadis, celui dira-t-il qui dira : “Je vis pour l’islam et l’Algérie”.

L’intervenant qui ne manquera pas de féliciter le wali pour l’œuvre particulièrement positive qu’il entreprend au niveau de cette grande wilaya du pays qui, soulignera-t-il, est devenue un exemple, même pour notre frère, le moudjahed Abdelaziz Bouteflika.
Il citera enfin 3 symboles forts de cette région des Beni Yala, en rappelant chacun dans son domaine les noms de Arezki Kehal, exemple fort du nationalisme, Cheikh Saïd Salhi, le réformateur, et le poète Rabie Bouchama.

M. Amar Talbi qui transmettra à l’assistance les salutations de M. Abderrahmane Chibane, président de l’Association des oulémas El-Mouslimine, reviendra sur l’histoire des Beni Yala et exhortera les nombreux jeunes présents à s’inspirer de cet exemple vivant de leurs aînés pour relever les défis de l’avenir. La première conférence, qui sera donnée par l’ancien ambassadeur Salah El-Okbi, traitera de l’Emir Abdelkader “héroïsme de la résistance, sublimité de la connaissance et exemplarité de conduite”.

Une manifestation qui sera marquée aussi par une imposante exposition et une cérémonie à l’issue de laquelle le wali sera honoré, avant de se poursuivre par 10 conférences qui seront données par d’éminents historiens et hommes de culture jusqu’à la clôture, hier, de ce premier colloque qui sera marqué par des recommandations tendant toutes en la protection du riche patrimoine matériel et immatériel de la région des Beni Yala.


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
mohand oukarri :
a chaque fois qu’on veut parler des beni yaala.on ne parle que de son histoire glorieuses de ses figures qui ont beaucoup donnés pour l’islam...ce qui est vrai. mais on oubli que ath yaala est en train de mourir.il n’ya aucun investissement productif,aucun projet industriel ;agricol ;touristique ou culturel ;rien et rien.. les gens quittent le pays sans retour.les jeunes ne trouvent aucun travail. et à chaque fois on nous parle que de la beuaté de gunzet et de son passé ;mais le present et l’avenir ?il faut en parler et trouver des solutions pour les gens qui sont restés, et l’avenir des gnerations futurs. je reviens à l’histoire et au passé pour vous dire que c’est cheikh mohand oukarri qui a fondé la zaouia au 17eme siecle qui porte toujours son nom ;quant au cheikh si mohand akli oukarri-hammouda-connu dans les années 40 et 50 a la radio chaine 2 pour ses preches ,c’est lui qui a reconstruit el djemaa oukarri et redemarré la zaouia dans les annee 70, detruite en 1955 par l’armée (...)
Commentaire n°13216 :
JUSTE POUR VOUS DIRE QUE AIT YAALA CEST DES JEUNES MOUSLMANS ET KABYLES ET FIER DE L’ETRE GUENZET FIDELE A LA JSK
yamineasga :
les jeun es de beni yaala sont pas besoin de fete et du couscous mais ils ont besoin du travail et du gaz de ville et de bonne route.....merci
mg :
Guenzet nith yaaala si en continue commça : il deviendra une salle des fetes.avec des portails 1 a zemourah 1 a boufaroudj 1 abeni ourthilane. les orgnaisateurs ont oublies qu’il n’y aura pas peut etre de 2 eme colloque guenzet sera vide...par l’exode... on a besoin d’un colloque sur le devellopement, rural.sur l’eau,amenagement, route,gaz de ville,securite, protection civil,clinique... dentiste,le travail surtout etc.... D’accord nous sommes des gens instruit et une bonne education islamique. avec tout mes respets soyons serieux... ya si mohand ouhafi

Réponse de AYAALAOUI :

Ce coloque à mon avis a permis de faire sortir cette région de l’oubli, ce n’est pas tous les jours que le wali se déplace a guenzet ! avec dons son sac plein de pprojet a court, moyen et lon terme : Route vers guergour, ith halla, ithn laalam à elargir et goudronner.Transfert de l’eau à partir du barrage de bousselam, arrivée trés prochaine du gaz naturel. C’es les cles du developpement. Mainteneant ceux a qui on demende d’être serieux c’est les riches industriels de la région qui ne veulent rein investir pour donner du travail à leurs frêres..... ya si MG .
staifia :
enfin, el Hamdoulah, on parle de Guenzet, c’est plutôt rare alors que c’est un paysage magnifique Macha’Allah, vive Guenzet !!!
lahcene el berchi :
pourquoi on a pas parle de SIDI AL HUSSAIN BEN MOHAMED ASSAID ACH CHARIF AL OURTHILANI(1710-1779). auteur du livre NUZHAT EL ANDHAR FI RIHLAT FADHL ILM ATTARIKH WAL AKHBAR.?

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus