Accueil > Sétif profond >

Bir El-Arch en panne de développement

dimanche 8 juin 2008, écrit par : Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

algré les multiples actions de développement entreprises dans la localité de Bir El-Arch, en terme du PCD et du PDC, cette daïra forte d’une population de plus de 27.000 âmes, demeure en proie devant l’absence de projets d’investissement créateurs de richesses. En somme les projets pilotés dans cette localité portant sur des réalisations d’AEP, de branchements au gaz et de travaux de bitumage des routes et de construction de logements participatifs et sociaux. Autrement dit, il s’agit, en gros, de projets de normalisation de la vie en milieu urbain.

Les 100 locaux commerciaux dont ont bénéficié les communes de cette daïra, en l’occurrence El-Gualdja et Bir El-Arch, chef- lieu, ne semblent pas être à la mesure de donner le coup de manivelle pour la mise en route de la machine économique locale. Et pour cause, les jeunes diplômés de la région ont, en majorité, préféré quitter les lieux en quête de chances plus prometteuses notamment vers la localité d’El-Eulma où l’intense activité commerciale offre d’avantage d’opportunités.

La gent masculine dont le taux dépasse les 69% des habitants est, dans sa majorité, composée de chômeurs et de sans métier, le travail de la terre n’intéressant que peu cette nouvelle génération. C’est dans les cafés et les alentours du lycée et du CEM que cette jeunesse passe le plus clair de son temps.

Les terres arables de cette région sont presque toutes abandonnées ou plutôt déviées de leur vocation. Les parkings servant d’abris aux véhicules de casse et aux vieux engins poussent comme des champignons pour occuper des dizaines d’hectares où jadis leurs exploitants y plantaient des variétés de céréales demandées sur le marché.

Située sur l’axe de la RN5, cette daïra possède, pourtant, des atouts susceptibles de la hisser à un rang plus heureux. Lors d’un récent entretien, le maire de Bir El-Arch a parlé des difficultés auxquelles se heurte sa commune, notamment devant le manque de ressources propres à l’APC. « Nous avons beaucoup d’ambitions pour assurer une mue de notre ville, mais il reste qu’hormis les programmes dont nous bénéficions et qui portent beaucoup sur le développement, nous ne disposons pas d’autres sources de financement », dira le P/APC et d’enchaîner : « le projet du marché aux bestiaux que nous souhaitons implanter sur le sol de notre commune aurait pu nous apporter une bouffée d’oxygène mais malheureusement l’aval ne nous a pas été accordé ».

D’autre part, l’implantation d’une zone d’entrepôt et d’activité sur les terres de cette daïra est un atout qui aurait pu conférer à cette localité la possibilité de se hisser à un pôle de choix dans le système des échanges commerciaux, le long de l’axe reliant la wilaya de Sétif aux restes des régions de l’Est. L’unique zone destinée à l’activité commerciale que les services de l’APC avaient allouée, à l’époque, à des particuliers n’a pu donner lieu à une quelconque prospérité, du fait que les espaces bâtis ne sont jamais entrés en exploitation.

Entre insuffisance de moyens financiers et absence d’aides bancaires, les acquéreurs ont dû déchanter très tôt et le passage des années a, finalement, eu raison de ces infrastructures en dégradation avancée. Hormis les deux nouveaux sièges d’APC et de daïra récemment mis en service, cette daïra n’a bénéficié d’aucun type d’implantations d’infrastructures ou d’équipements publics et ses habitants sont tenus d’aller jusqu’à la daïra d’El-Eulma pour les besoins de services administratifs et autres.

Dans ce décor, sur le plan économique, les rares diplômés qui y résident n’ont trouvé d’autre parade que de recourir à la formule du filet social ou à des débouchés temporaires au niveau de l’APC. Toujours est-il que cette catégorie de citoyens s’emploie du mieux qu’elle peut, en attendant qu’une brèche s’entrouvrira pour que ces jeunes diplômés aillent en quête à de meilleurs auspices vers d’autres cieux.


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
M.A citoyen :
Il faut aller au fond de lachose, POURQUOI CES GEUNES diplômés veulent quitter leur ville natale pour aller vers d’autres cieux ? Tout simplement n’ont pas été pris en charge convenablement en terme de rémunération d’une part, et la non consédération de leur niveau d’autre part. En ce qui concerne les terres arables transféréés en îlots, c’est une cattastrophe écologique contre nature, où va l’Algérie avec cette mentalité caractériée par la corruption et le vol car certainement ces îlots seront distribuées à une catégorie aisée de la société qui sont mordus d’argent, pour eux la fin justifié les moyens. Nous sommes devenus un people sans scrupule où chacun de nous cherche que son intérêt, je m’en foutiste pour les autres A l’issue de ce que je viens de le dire, l’Etat est mis en cause et non le people, parceque la loi et la justice appartient à l’Etat et l’Etat seul.Donc ce que je demande à l’Etat de faire un pas en arrière pour revoir sa politique et faire une preuve de vigilance avant qu’il soit trop tard. Je suis (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus