Accueil > Sétif profond >

Commune de Boutaleb : Les multiples facettes de la souffrance

mercredi 9 juillet 2008, écrit par : Azza R. El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

’est le mal-être et l’amertume qui caractérisent Boutaleb, l’une des communes les plus pauvres de la wilaya. Les conditions de vie, très dures, et le manque d’eau sont le lot quotidien de la population ; la prise en charge sanitaire est carrément inexistante, et les enfants scolarisés ont du mal à rejoindre leurs différents établissements.

Située à 80 km au sud du chef-lieu de wilaya, cette commune est la plus démunie et la plus lésée en matière de développement. L’isolement et l’enclavement lui sont imposés par Djebel Boutaleb, bastion des moudjahidine durant la guerre de libération et fief des terroristes sanguinaires durant la décennie noire. C’est durant cette dernière période que la destruction et la violence ont marqué la région, poussant la population à réagir en prenant les armes pour défendre terre et honneur, boutant ainsi les criminels hors de leur localité. La paix revenue, les 10 000 habitants du chef-lieu de commune et des villages aux alentours, tels Boukhalidj, Dar EL Beïda et d’autres, étaient en droit d’espérer une vie meilleure par une amélioration de leur quotidien.

Mais hélas, cela reste du domaine du rêve, car la lutte pour la survie continue, et « la civilisation » n’a pas encore touché la région, et les carences sont innombrables. Concernant le domaine de l’hydraulique, un déficit monstrueux y est relevé ; l’eau potable, malgré les projets existants et les nombreux forages à la recherche du précieux liquide, demeure une denrée très rare, et la population souffre de la soif. Beaucoup pensent que c’est le relief de la région qui est à l’origine de cette sécheresse et estiment qu’un autre forage pourrait être l’issue à ce problème. En attendant qu’une quelconque solution soit trouvée, la population locale continue à avoir recours aux citernes chez les privés, ou à la location de camions pour s’approvisionner en eau potable à partir des régions avoisinantes, Magra (Msila), El Hamma etc.

Il faut signaler que la citerne d’eau dépasse parfois les 1 200 DA. Parler de réseau AEP ou de robinet relève du blasphème, ce n’est que de l’encre sur du papier et belles paroles en l’air. Côté santé, ce n’est pas non plus une sinécure, les habitants de Boutaleb souffrent le martyre pour accéder aux soins. L’unique clinique de la région est dans l’incapacité d’assurer un minimum de service ; le manque d’équipements, de médicaments, et surtout d’encadrement médical en est la cause, malgré les efforts fournis par les employés. Pour se faire soigner, le citoyen est obligé de parcourir de longs trajets. Le volet éducation n’est guère reluisant. Les lycéens et autres collégiens continuent à se plaindre du manque de transport et des déplacements qui n’en finissent pas vers El Hamma pour rejoindre les bancs du lycée. Une action à l’effet de protester contre cet état de fait a été menée par les lycéens, lesquels ont demandé aussi la construction d’un lycée. Quant à l’unique collège de la localité, il croule sous le nombre considérable d’élèves, qu’il ne peut contenir.

Des dizaines de jeunes ont dû « s’exiler », quitter leurs foyers pour rejoindre les centres urbains à la recherche d’un autre moyen de survie, fuyant ainsi la léthargie règnant à Boutaleb. Des familles entières, n’ayant pu endurer la dureté de la vie, ont entamé un véritable exode vers les centres d’habitation des alentours, comme Boukhalidja, Dar El Beïda, Béni Elmay… L’entrave majeure à l’évolution de la région, selon les décideurs locaux, est l’absence de rentrées financières et de la moindre richesse naturelle. La commune ne survit que grâce aux subventions de la wilaya. Les habitants demandent, à l’instar des autres régions, à bénéficier de quotas de logements ruraux. Ils sont dans une attente désespérée d’une quelconque amorce de développement.


Partager cet article :
6 commentaire(s) publié(s)
M.A citoyen :
Dourement touché par le cri de détresse et le désarroi de cette localité dont la population ne connait que l’instabilité et la fuite vers d’autres cieux pour une vie meilleure et s’en sortie de leur misére où le quotidien est devenu trés difficle à gérer.Pourquoi vous laissez les gens dans cette situation déplorable voire marginalisés, où sont-ils les responsables, les élus, le maire et le Wali, faut-il rappeler le rôle de chacun, certainement cette localité a bénificié un budjet d’investissment concernant le développement, mais il manque les hommes honnêtes pour savoir l’utiliser en bon escient.Pourquoi vous laissez les gens aller demander et se plaidre de leurs droits.Un jour, nous allons tous mourire, et chacun de nous va être jugé selon ces actes commises durant les jours de sa vie et beacoup plus les responsables qui sont à la tête d’un (...)
Larbi :
l’article est loin de refleter les derniers developpements intervenus depuis l’arrivée du nouveau Wali. Je suis originaire de Boutaleb et je dois temoigner que le wali a fait bcp de choses pour cette localité y compris la construction d’un Lycee. C’est vrai l’eau reste la source de soufrance de la region mais maintenant avec les moyens dont dispose le pays je pense que Boutaleb ne sera pas oublié. encore une fois je pense que Boutaleb est a l’ordre du jour du Wali et avec l’aide des locaux il pourrait faire bcp de choses

Réponse de boutaleb19 :

Salem : Moi aussi je suis originaire de boutaleb mai a mon ave ce ne pas toi qui payer entre 600 et 1000 da la citerne et il faut attendre cinq a six jour mon ami il ne fau pas pense seulement a soi même il faut aussi pense ou autre mai il ne a pas que le wali chacun pence a son repas
soliman :
djebel boutaleb depens de quel daira ? mon grand pere est ne dans cette region en 1852 presume est ce que l apc peut m etablir un acte de naissance
samir :
Je suis samir et mon arrière grands père il est né a djebel boutaleb c quelqu’un peut me renseigner sur l’origine il s’ appelle a l’epoque lakhder silini se sont déplacé a la region de oued zenati 1890 mon n tel 0552332523
boukemadja :
je suis originaire de boutaleb j ai vecu mon enfance tres bon souvenir ma ville natale mes racines mes grands parents et mes arrière grands parents on vécu la bas j aime cette ville au creux des montagne cette oxygène nul par ailleurs ses autes montagnes et cette oxigene nul par ailleurs boutaleb boukemadja dalila de martigues france.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus