Accueil > Sétif profond >

La Direction de l’Education de la wilaya en a décidé la supression : Tamazight en danger de disparition à Sétif

samedi 15 novembre 2008, écrit par : B. Hakim, La Dépêche de Kabylie, mis en ligne par : Boutebna N.

’enseignement de tamazight et son aire d’influence se rétrécissent comme une peau de chagrin chaque jour un peu plus à travers les régions amazighophones. Après sa suppression programmée dans deux CEM au niveau du chef-lieu de Bouira, c’est au tour de la direction de l’éducation de wilaya de Sétif de procéder à son éviction dans le système éducatif. Pourtant-tamazight est enseigné depuis 1995 dans certaines communes, à l’instar de Béni Ouartilane où Hamdad Larbi vient de faire les frais de la bêtise et de la bureaucratie pour être versé dans l’enseignement de l’arabe en guise de remerciements pour ses bons et loyaux services passés à enseigner tamazight treize ans durant !

Apparemment, cette décision unilatérale de la direction de l’éducation de Sétif n’est motivée que par la volonté délibérée d’éradiquer tamazight dans la région ! Pour preuve, son manque d’intérêt envers cette matière et ses enseignants. Pourtant en 1995, Sétif comptait plus de 15 enseignants. Aujourd’hui force est de constater que l’unique enseignant qui a résisté jusque-là vient d’être, à son tour, mis fin à ses fonctions. Le collectif des enseignants de cette région ne compte pas baisser les bras et se dit prêt à entamer des actions légales pour faire aboutir ses revendications à savoir la réhabilitation de tamazight et sa réintroduction à l’école, le problème de l’inexistence de l’inspecteur de la matière et la surcharge du volume horaire. D’ailleurs une plate-forme de revendications vient d’être remise à la tutelle ce lundi. De son côté, la très active association des enseignants de tamazight de Béjaïa - Tidmi- a organisé, avant-hier lundi, une journée de protestation au niveau de la DE pour dénoncer l’ostracisme dont fait l’objet tamazight. Les enseignants venus nombreux des différentes régions du pays ( Bouira, Tizi Ouzou ; Sétif, Alger, Boumerdès…) sont plus que jamais déterminés à-défendre (leurs) intérêts et ceux de cette discipline scolaire, let ne (pourront( demeurer passifs face au déni et aux violations flagrantes des droits les plus élémentaires qui s’offrent en spectacle désolant à (leurs) yeux-. Ils dénoncent également, dans la foulée, la stratégie de pourrissement adoptée par le Ministère de l’éducation nationale par-l’ouverture des postes budgétaires au compte-goutte et la fermeture d’autres déjà existants à l’instar de Sétif ainsi que l’absence de stratégie de généralisation de l’enseignement de tamazight". Les protestataires apportent ainsi leur soutien indéfectible à leurs collègues de Sétif et les assurent de leur soutien jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications. “Le combat continue", affirme malicieusement Brahim.


Partager cet article :
19 commentaire(s) publié(s)
setamir :
C’est logique ! Quand la déliquescence gagne un secteur ses responsables, souvent incompétents, piétinent, tâtonnent, puis cherchent des « boucs émissaires » en prenant des décisions absurdes. Avec 50 à 60 élèves par classe et les retards dans les projets d’extension à quoi s’attendre si ce n’est qu’à des stupidités sans en mesurer les conséquences. Le motif du manque d’enseignants dans cette matière et un mensonge. Car si on veut bien les chercher, on les trouve. J’en connais, à Sétif, qui sont diplômés d’Université d’Europe en langue Tamazight. Alors ?
Commentaire n°19237 :
Un dialecte se voit disparaitre , mais une langue vivante se developera sans faire d’efforts ; Dommage cette belle langue n’est pas prise serieusement en charge par ses utilisateurs ;

Réponse de dadi :

belle langue mais elle ne fait pas l’unanimité dommage.

Réponse de alditas :

Bonsoir ! S’il y a mondialisation galopante, je pense que c’est utile de la faire accompagner d’une culturalisation universelle tout en pensant algérien par souci d’équilibre social et évoluant dans un monde environnemental en crise dimensionnelle. Les langues berbère, arabe et française méritent d’être encouragées dans l’intérêt du pays et de celui de ses citoyens sollicitateurs. Rien n’empêche normalement l’introduction au choix de l’élève premièremment les labgues vivantes comme l’anglais, l’italien, l’espagnol et l’allemand puisque l’union de la Médiérranée est lancée avec la présence de l’Algérie.

Réponse :

Un grand dommage pour ce dialecte . J’aime bien l’apprendre ; ;MAIS HELAS !!!.
Dubliner :
Je ne suis pas contre la tamazight, mais je pense que nos enfants en 2008 ont plutot besoin d’une langue etrangere,mieu que de soufrire dans les pays anglophonne comme c’est le cas de bcp d’Algeriens malheureusement ( ni francais,ni arabe,ni tamazight leurs donne secours...

Réponse :

tout à fait d’accord avec vous. Vaut mieux concentrer les efforts sur des langues étrangères utiles pour tout le monde. quant à tamazight, c’est un dialecte régional qui fait partie de notre culture et se transmettra par générations comme ce fut le cas jusque là. Il n’a pas besoin d’être enseigné, ce n’est pas une langue utile pour le progrès scientifique. Faut pas disperser les efforts.

Réponse de sans pitié :

Economiquement parlant, apprenez le chinois ça serait plus utile à l’avenir que le dialecte Tibakhssicine et Denneg Denneg.
badro :
ouledna elarbia welfrancais rahoum hekmine maahoum gatt , kifech habbitou entouma el fehmine tajoutiouelhoum el amazighia.wallah chi aadjeb !!!.
massinissa :
Tamazight premierment est une langue, comme dit le poete les langues sont égale et on la même histoire et si dans un pays une langue se positionne mielleure que l’autre c’est le peuple de la langue dominante est méprisant. tamazight est pour son peuple qui la défent et qui on donner leurs vie pour elle , matoub, 130 martyrs de kabylie, les enfants du boycotte scolaire de 1995, etc... Tamazight ne peut avoir tous ce qu’elle merite que par l’autonomie de kabylie, comme ça elle va être national et officiel et on demande pas au arabes de l’étudier ou de la prendre en charge mais ces enfants qui vont la develloppé. qui aime ou déteste les anti-amazigh. vive tamazight et vive la kabylie autonome. attention a la censure, publier mon opignion si vous respecter la (...)

Réponse :

Rester en france vous etes plus autonome ; La kakabilye est déja ALGERIENNE . Qui reve beaucoups fera des cauchemares .

Réponse de la conscience :

monsieur, arretez de politiser le fait de ne pas enseigner le tamazigh a l’école. le tamazigh n’est plus une langue comme vous essayer de nous le faire croire. jusqu’a cette instant il n’y a pas un consensus sur la manière d’écrire le tamazigh. alors y-a-t-il une écriture ou plusieurs transcription du tamazigh ? est-il plus judicieux de l’écrire en arabe, en francais ou en tifinagh ? et pourquoi le choix ? y-a-t-il une grammaire, une orthographe et un vocabulaire assez riche pour permettre a l’Algérie de sortir de son sous-développement intellectuel et culturelle ? des nations à quelques heures de vol cherchent a communiquer avec des extraterrestres avec tous les moyens technologiques et vous vous voulez nous renvoyer a plus de 2000 ans a l’arrière. réveillez vous monsieur ! sachez monsieur que les gens qui ont initié le boycott de l’école en kabylie (Béjaia, Tizi et Bouira)ont inscrit leurs gosses dans les Wilayas avoisinantes et c’est un fait vérifiable monsieur ! quand au autres dérives (...)
COUGAR73 :
Salam 3alaykoum, La réforme doit toucher en 1er lieu à la qualité de la formation, la compétence des enseignants qui enseignent mais aussi en 2nd lieu aussi à la qualité de vie des étudiants, un étudiants soucieux matériellement ne va pas s’impliquer ou être optimum dans ses études et on risque d’aller vers des échecs en nombre d’étudiants.Il est donc impératif aussi de veiller à la qualité de vie estudiantine(chambre,cantine, salle d’étude,bourse...).D’un autre côté, ceux qui jouissent d’une qualité de vie estudiante irréprochable mais ne travaillent est un autre problème qui est réglé à ce moment là par une série d’avertissements,de sanctions et au final d’exclusions...Tout simplement ! Aussi, d’un autre côté, il faut restaurer l’enseignement bilingue en algérie.L’élève doit pouvoir avoir choisir d’étudier soit entre le français ou l’arabe..N’oublions pas que l’Algérie marche de manière calquée sur la France sur le point de vue des structures admnistratives et de son fonctionnement étatique à quelques exceptions (...)

Réponse de massinissa :

Da l’mouloude mameri nous a laissé des trésors, la gramaire bernere ( tajrumt n’tmazight) et une transcription ouverte au devellopement et a l’universalité mais les anti-amazigh font de l’amalgame pour l’écrire en arabe ( c’est nouveau) juste pour faire des bâton dans les roues pour l’aneantir et la disparaitre. sachez les anti-amazigh que le train a démarré et que le peuple amazigh s’est reviellé et le chemain de l’autonomie est tranché. les kabyles peuvent plus continuer a vivre dans le dénis identitaire et dans les emeutes tout le temps pour revendiquer leurs drois les plus elementaires ( être respecter dans le pays pour qui on payé chèere son indipendance) et se voir méprisé les bras croisé, il n’est pas de démocratie et pas de respect pour les amazighs en algerie. Alors la seul solution qui reste aux kabyles c’est bien l’autonomie. (...)

Réponse de VERT :

Mr Massinissa. En toute franche verité, est-il necessaire d’etre autonome pour que la region Kabyle sorte de la situation sociale actuelle. je pense que les pays arabes sont autonomes des uns par rapport aux autres, et ils sont toujours sous-dev, alors laissons les choses telles quelles sont ne serait-ce que pour le sacrifice des chouhadas ( colonnels Si elhaues à coté de Amirouches) Allah yarhahoum
TAHAR DE MAOKLANE :
C EST UN VERITABLE SCANDALE , APRES ON S’ETONNERA QUE LES BERBERES S’ELOIGNENT DE PLUS EN PLUS DE LA REPUBLIQUE . AU LIEU DE CELA ON NOUS OBLIGE A APPRENDRE LA LANGUE DES EMIRS ET AUTRES PHARAONS D’EGYPTE ,..CE DONT ON SE FOUT ROYALEMENT.PAS GRAVE POUR MES ENFANTS J’AI CHOISI SE SERA : FRANCAIS-ANGLAIS ET ITALIEN.INUTILE DE PERDRE SON TEMPS A APPRENDRE L’ARABE ...

Réponse de massinissa :

Monsieur personne ne t’oblige a ensiegner tamazight a tes enfants, mais nous les amazighs c’est notre longue maternel, on l’aime et elle tres belle et riche et c’est notre identité et âme, si tu l’aime c’est pas ton problème mais nous on l’aime . c’est nous qui veulent l’ensiegner a nos enfants et la faire develloppé, arrêtez de nous méprisé, fakou. arrêtez votre bla bla, sois disant dielect m^me l’arabe il l’arabe libanais, irakien, l’arabe d’alger, de oran il sont tous differents. ce longuage de l’unité est dépassé et par le temps et par les evenements, vos méthodes pour nous aneatir on les connaît et on est bien revieller. Vive thamazgha, gloire au martyr du juste et vive la kabylie autonome.
Ukerdis :
De part sa position géographique entre la Kabylie et les Aurès, Sétif a toujours été le trait d’union entre les deux langues natives du peuple algérien : tamazight et arabe populaire. Renoncer à l’enseignement de tamazight, c’est renoncer à son passé et à son âme. Alors que Sétif devrait garder son leadership dans le respect des différences et du bilinguisme qu’elle assumait très bien, voilà qu’elle cède à une vision séctaire.

Réponse de TAHAR DE MAOKLANE :

C EST BIEN LA DEFENSE DE LA LANGUE TAMAZIGHT QUE J AI PRISE DANS MON MESSAGE CI DESSUS ? MR OU MME MASSINI...QUELQUE CHOSE ,N’A RIEN COMPRIS AU FILM . DOMMAGE ...MAIS BON FAUT BIEN RESPECTER LES LACUNES DES UNS ET DES AUTRES ...!!

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus