Accueil > Sétif profond >

Exode rural à Sétif : L’aspect agricole de la région menacé

mercredi 11 mars 2009, écrit par : F. Senoussaoui, Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

es élus de l’APW de Sétif ont, dans un rapport rendu public dernièrement, tiré la sonnette d’alarme quant à l’exode rurale constaté au niveau de certaines régions de la wilaya.

En effet, une lecture des données et statistiques officielles laisse apparaître un mouvement massif de la population des communes qui ont été “terrorisées” durant la décennie noire vers les grandes agglomérations de la wilaya. L’étude des locataires du siège de l’APW, qui a mis l’accent sur les principales causes de cet exode, a noté que l’aspect de wilaya agricole a tendance à disparaître, car 58% des habitants, soit 850 099 âmes, se concentrent dans les grandes villes, à savoir Sétif et El Eulma avec 46% de l’ensemble des habitants de la deuxième wilaya du pays.

Par ailleurs, 5 chefs-lieux de commune, à savoir Aïn Oulmène, Aïn Azel, Aïn Arnat, Aïn El Kébira et Bougaâ, comptent 23% des habitants de la capitale des Hauts-Plateaux. Le reste de la population, soit 31%, vit dans les 53 communes restantes. Selon le même rapport, les zones secondaires comptent 258 701 habitants (17% de l’ensemble des habitants). Les conclusions des rapporteurs de la commission chargée de l’urbanisme et du logement ont déduit que la wilaya tend vers la vie dans les grandes agglomérations. “Contrairement à l’esprit même de la politique du développement durable et du renouveau rural, si cette situation persiste, Sétif ne sera plus une wilaya agricole.” Telles sont les conclusions des élus de l’APW. Par ailleurs, il est à noter qu’en 2008, le taux de croissance de la population a connu une baisse de plus de 15% par rapport à1998.
Le nombre de logements inoccupés a dépassé les 66 600, contre 45 294 logements en 1998.


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°24822 :
il faut organiser une exode en sens inverse. Les paysans doivent abandonner la ville et retourner à la terre.
AKALILO :
ma famille d’agriculteurs a été l’objet d’expropriation de ses terres au profit de l’extension de l’aéroport .ces paysans qui vivaient des ressources agricoles se sont retrouves du jour au lendemain citadins et sont venus grossir les rangs des chomeurs dans les cafés. avec un peu de reflexion ,les terres aux mains des EAC, abondonnées, auraient pu acceuillir ces vrais paysans et éviter cet exode forcé. CA va etre la meme chose avec l’autoroute et surtout le barrage de Maouoene .n’est il pas grand temps de reflechir et de trouver des solutions pour ces expropries agricles ET CET EXODE FORCE ?
Commentaire n°25836 :
l agriculture ne raporte pas grande chose dans notre paye alors les gent sont obliger de survivre comme ils le peuvent

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus