Accueil > Sétif profond >

Ait Khellad : Répression d’une manifestation contre le détournement d’un lycée vers un autre village

mercredi 12 octobre 2011, écrit par : Salim ITOUCHENE, Setif.Info, mis en ligne par : Boutebna N.

Le village d’Ait Khellad situé dans la commune d’Ait Noal Mezada (nord-ouest de Sétif) a connu aujourd’hui de fortes manifestations réprimées dans le sang par les forces de l’ordre.

Des centaines de villageois (plus de 700 suivant le comité du village) ont manifesté leur colère suite au détournement d’un projet de lycée vers le village voisin (Mezada). Les autorités publiques ont longtemps tergiversé sur l’emplacement du lycée. Les données démographiques et les opportunités de développement de la région tendent toutes à élire le village d’Ait Khellad pour abriter le lycée de la commune.

En effet Ait Khellad est le plus grand des trois villages constituant la commune d’Ait Noual Mezada, il représente à lui seul près de la moitié des habitants de la commune. Aussi, le village est traversé par la route nationale numéro 75 reliant Sétif à Béjaia, ce qui lui confère des attraits pour désenclaver la commune.

Après l’annonce du transfert du Lycee du lieu dit Tizi Ilmane (Ait Khellad) vers Mezada il y a deux jours, les citoyens du village d’Ait Khellad n’avaient d’autre moyen pour faire entendre leur colère et indignation que de bloquer la route nationale n° 75.

Les citoyens ont bloqué la route depuis ce mardi vers 6h du matin, il est à noter que le blocage s’est déroulé dans un civisme remarquable et pacifiquement grâce à la vigilance et à l’organisation du comité du village. Les autorités publiques n’ont répondu à cette manifestation qu’aujourd’hui vers 9 heures du matin en recourant à un dispositif sécuritaire démesuré pour disperser les manifestants et ré-ouvrir la route.

Devant la détermination des manifestants à faire entendre leurs cris de détresse, les autorités publiques n’avaient d’autre réponse que l’usage exagéré de la force : un escadron a été dépêche sur place depuis 9 heures du matin. Des bombes lacrymogènes ont été tirés sur les manifestants et une trentaine d’entre eux ont été arrêté.


Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus