Accueil > Sétif profond >

Serdj El Ghoul : Une école pour 3 élèves !

lundi 16 janvier 2012, écrit par : Boutebna N., mis en ligne par : Boutebna N.

Serdj El Ghoul (Daira de Babor) est une commune située au Nord, à 50 Km de Sétif. Elle a été le théâtre de plusieurs assassinats sanglants durant la décennie noire qu’a connu notre pays.

Même si la vie a repris au chef-lieu de la commune , les douars et les mechtas restent pratiquement désertés. Les maisons et les terres sont abandonnées aux animaux sauvages qui ont vu leur nombre s’accroitre dangereusement. Cet exode rural en masse touche de nombreuses familles. Ces dernières se retrouvent le plus souvent maintenant à se loger dans des maisons de fortunes ou carrément dans des bidonvilles dans les villes avoisinantes de Babor, Ain El Kebira et même El-Ourica.

C’est l’exemple de douar Ouled Ali qui comptait il y a quelques années une centaine d’habitants. Aujourd’hui, il ne subsiste plus qu’une seule famille de 5 personnes dont 3 enfants. Cette famille a préféré le maintien sur les lieux face aux risques passés et en raison de l’attache aux terres ancestrales malgré l’isolement.

Cependant,nous apprenons que l’école primaire que compte ce douar n’a pas fermé ses portes. Elle exerce à ce jour avec un enseignant chargé de la scolarité des seuls enfants de la famille demeurée en place.
C’est une belle leçon de l’institution de l’éducation nationale , qui se maintient sur place pour le retour des anciens habitants, nous l’éspérons !


Partager cet article :
24 commentaire(s) publié(s)
Scarlett :
La vie triomphe toujours de la barbarie et de l’obscurantisme, Serdj El Ghoul (Daira de Babor,) est un hymne à la résistance contre l’oppression. Merci à cette famille et à cet instituteur, Votre école est celle de la vie, du courage, de la démocratie, de la fierté, Je m’incline devant vous, Salamalikoum,
Massinissa :
Notre pays ne réserve pas des écoles pour quelques élèves.La vérité c’est qu’a la direction de l’éducation on gonfle le nombre de postes et on prends le salaire de ces enseignants fictifs.Si on effectue une enquête sur toutes les écoles qui n’ont pas de directeurs et ou on a chargé quelqu’un pour les gérer on trouve qu’il est attribué un poste budgétaire à celles-ci et que ce sont les femmes de quelques hauts placés de la direction de l’éducation qui perçoivent cette prime de direction tout en restant à la maison.Monsieur boutebna essayez d’avoir la carte scolaire de cette école et vous trouverez le nombre exact d’enseignants nommés pour cet établissement ,vous allez vous évanouir.
Commentaire n°120295 :
très belle histoire une leçon pour la vie
nacer bensemra :
c,est la vie qui renait a serdj el ghoul meme si c,est pour un eleve ,il faut maintenir l,ecole ouverte
23 :
Il faut encourager le retour et non fermer l’école....
Mériem :
Cette région elle a subi bien des maux des assassinats aux vols et rackets pendant la décennie noire le résultat a été en effet un exode rural massif souvent des familles louant un garage sans aucune commodité pour survivre aux hordes sauvages de Babor comme la région de Djebel Boutaleb et bien d’autres malheureusement... toutes l’Algérie en portent les traces MAINTENANT il faut faire face et combler en positif ce que le malheur a détruit dans tant de régions : les écoles mais aussi le transport régulier, de l’aide pour le développement économique qui ramèneront les gens chez eux au lieu de vivre dans des bidonvilles et engorger les villes pour le logement, les emplois, l’informel ... @ MASSINISSA Sachez une petite chose par rapport à ce que vous dites : un(e) enseignant(e) n’est pas chargé(e) seulement d’une école de 3 élèves ! Il y a en réalité un arrangement des horaires, une modulation de l’emploi du temps pour que qu’il ou elle puisse prendre en charge plusieurs écoles où il y a peu d’élèves (...)
Scarlett :
MASSINISSA Ce n’est pas manquer de respect à ces instituteurs que de soutenir ce qu’ils font, mais comment scolariser des enfan,ts dans des zones désertiques ? Salam
Massinissa :
@Meriem Si vous savez pour l’avoir vu moi je sais pour l’avoir vécu .je suis un retraité de l’enseignement j’ai passé 30 ans dans les douars et montagnes à l’époque ou il n’y avait ni eau ni électricité ni routes .on ne mangeait qu’une fois par jours ,des fois de la galette seulement.on n’osait même pas demander aux habitants tellement ils étaient eux même démunis.et c’était dans les djebels de l’ Aurès.Les kilomètres on les parcouraient à pieds.on ne rentrez chez nous que pendant les vacances ,on s’éclairait à la bougie ..Je sais que des enseignants prennent en charge plusieurs écoles ,moi même je l’ai fait .un certain temps j’avais cinq cours dans des écoles différentes étant enseignant de français.tu as raison ,maintenant je suisl’aise derrière mon clavier bien au chaud en ces temps de pluie et de froid mais pas chez moi je suis dans un cybercafé parce que avec ma retraite de 18000 dinars et une famille nombreuse j’arrive pas a avoir un pc.Je ne manque pas de respect à ceux que je considère comme mes collègues (...)
khélifa albeurri :
Salama 3alaikoum, Votre vécu et votre témoignage m’ont beaucoup touché. Incha allah rabi ifareudje 3alaikoum ! Il est vrai qu’avec 18000 da, il ne faut pas faire de folies... Toutes ces magouilles sont écoeurantes ! Mais vous devez savoir que bien mal acquis, ne profite jamais ! Surtout ceux qui bouffent la sueur des autres...
Commentaire n°120372 :
sur cette belle histoire et leçon de la vie je propose qu’on organise un telethon en faveur de notre amis massinissa pour qu’il puisse se connecter de chez lui bien au chaud !!!
scarlett :
Massinissa : Excusez moi de ma remarque, Vous êtes quelqu’un de bien et vous êtes un Héros anonyme, Sérieusement, vous devriez écrire un livre sur votre travail, les conditions dans lesquelles vous avez travaillé, où cela se passait, ce que vous enseigniez ect..... Je m’incline devant vous, Salamalikoum,
scarlett :
J’aimerai bien faire quelque chose pour Massinissa : ????????
ben ali :
le mythe de la ville a poussé a l’exode l es populations des campagnes -ce n ’est pas seulement un probleme de securité- mais pour ceux qui restent encore chez eux fidele a leurs racines l’etat doit assurer les memes services qu’ailleurs -peu importe le prix ...si il y a des detournements de fond par des postes fictif ,il faut les denoncer ...le silence et la complaisance nous rend complice de ces agissements .
Mériem :
@ Massinissa Toutes mes excuses si je vous ai vexé mais il y a tellement de dénigrement des enseignants sur ce site venant de personnes qui ne savent absolument pas ce que ce métier a de difficile, la part de sacrifice et de don de soi que cela demande quand on a un peu de conscience pour le faire - d’ailleurs comme tous les métiers et toutes les professions, quand on n’a pas la conscience suffisante pour le faire, on le fait mal- OUI, il faut aller voir ces enseignants qui font des kilomètres dans la boue et le froid de l’hiver, dans la poussière et la chaleur des mois chauds pour se rendre compte la réalité de cette profession - j’ai moi-même travaillé en extérieur pendant quelques temps, j’ai croisé des enseignant(e)s du primaire et du moyen, les courses haletantes qu’ils doivent faire, l’essoufflement physique et financier qu’ils subissent...bref...si j’ai parlé de coin au chaud croyez-moi c’est parce qu’il est si facile derrière un clavier (pendant que le chef lit son journal ?) (...)
Commentaire n°120408 :
moi aussi je suis prof monsieur massinissa et quand vous vous faites gréves moi je travaille, c’est pourquoi j’ai pas 1 mais 2 ordinateurs et portables ! cordialement
noureddine benmehenni :
salamo alaykoume moi personalment je felicite a toutes les enseignents/es .qui on passer des annes tres dures dans leures vie dans des ecoles loin de leures maisons ,la seulements les gents quils on des experiences dans se domaine il peu temoigner la soufrence quils on passer dans des ecoles son chaufage son eaux son transport donc asi enseignents ils meritents un grandes respecte et comme on dit a l´epoque sidi il reste toujour sidi . si mon opinion au sujet salamo alaykoume
selena :
bravo à tous les honnetes gens qui peinent et suent afin de manger du pain blanc,au tibet ,pays du dalai lama,des enfants et leurs peres traversent des rivieres gelees au peril de leur vie ,et font des tragets de disaines de kilometres pour enfin acceder au village ,où se trouve l’ecole dans laquelle ils peuvent etudier et trouver le seul instituteur plein d’enthousiasme à la vue de ces momes qui souffrent à la recherche du savoir,grace auquel la pauvreté ne sera plus chez eux
Massinissa :
@ anonyme-120408 En ce temps la on ne connaissait pas les gréves on a débuté avec un salaire de 490 dinars ,les gréves étaient interdites et on était fiers.Comme l’a dit sœur Meriem:l’avantage que nous avons et c’est notre honneur et notre dignité, c’est de rencontrer nos élèves qui nous saluent avec le sourire, c’est la conscience en paix du travail bien fait .mais à ce que je vois ce n’est pas votre cas ni envers vos enseignants ni envers vos élèves.Peut-être que vous êtes l’un des miens.Amicalement.
Commentaire n°120432 :
@noredine : un grand bonjour a ton prof de français
Mériem :
@Nourredine Pas la peine de la jouer avec vos fautes volontaires, ceux qui maîtrisent le français aujourd’hui ont la quarantaine passée pour la simple et bonne raison qu’ils ont fait un primaire bilingue avec 10 à 12 heures de français par semaine au programme MAIS des lois sont passées par là, des PRESSIONS de qui nous savons tous( -mais nous nous taisons par complicité et si encore les élèves, en échange maîtrisaient l’arabe ! - ) sont arrivées : résultat les élèves font 4 à 5 heures par semaine de français en commençant en 3éme année ! Le miracle, ça n’existe pas !(sauf pour ceux qui ont la chance d’avoir une famille en éveil )les analphabète bilingues doublés d’intégristes en herbe c’est le système qui les produit pas les enseignants qui appliquent OBLIGATOIREMENT les programmes imposés et vous pouvez le croire on essaie d’arranger, d’éveiller, d’apprendre à réfléchir...dur dur Un exemple : les bêtises anti-scientifiques toutes plus énormes les unes que les autres où le charlatanisme le (...)
Commentaire n°120463 :
Qui est Scarlett - omniprésente sur Sétiinfo... Faudrait lui donner une rubrique, elle a tant de choses à nous dire et à nous apprendre
hadj ahmed :
@ scarlett, Tu n’as pas à rougir de tes idéaux nobles que nous souhaitons atteindre et qui apaiseraient notre désir de justice et de paix universelle. Un grand salam à toi .
Scarlett :
La Force de la vérité est qu’elle dure.
AmmarB. :
Salam Alikoum, pour une visite virtuelle de la region : http://www.panoramio.com/photo/43966230 une oportunite d’or pour investir dans le tourisme, l’agriculture, barrages, ...etc

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus