Accueil > Sétif profond >

Lemroudj, la rencontre du printemps 2012

samedi 3 mars 2012, écrit par : Rachid Sebbah, mis en ligne par : Boutebna N.

Depuis quelques années, le rite de la rencontre du printemps s’est ancré dans les mœurs des algériens en général et des habitants de Lemroudj en particulier. Au début de chaque mois de mars, les enfants accompagnés de leurs parents sortent le matin de chez eux et se rendent en des lieux se trouvant à l’est et où on y trouve aussi de la verdure.

La sortie pour la rencontre du printemps ne correspond pas nécessairement au premier jour du mois de mars ; c’est généralement le premier vendredi du mois en question, afin de permettre aux enfants scolarisés de participer et de savourer joyeusement ce moment tant attendu. Ce jour là, c’est la promenade pour tous mais avec quelques particularités.

En effet, ça se prépare quelques jours avant le jour J. Les parents achètent du-ghers" (dattes écrasées, appelées aussi mâdjoune) pour préparer la galette dénommée ici-lembardja". C’est en fait une galette composée de deux membranes avec du-mâdjoune" de dattes au milieu. Elle se consomme seule ou avec du lait ou du café par exemple ; elle est délicieuse et sucrée.

Pour les enfants, en plus de cette galette spéciale, on achète à chacun d’eux un petit sac en plastique décoré et spécialement fait pour la circonstance, qu’on remplit de friandises de toutes sortes, d’orange, de jus ou de limonade, .... Bref, les parents en déboursent sans compter pour contenter leurs enfants ; car ce n’est pas toujours la fête et, d’ailleurs, ils ne peuvent pas faire autrement que de suivre la tendance. Ces produits sont consommés en pleine nature lors de la rencontre du printemps.

Avant, il n’y avait pas autant de magasins au village et par conséquent, les gens ne trouvaient que les produits essentiels à leur consommation quotidienne. Ainsi, pour la rencontre du printemps, on préparait du couscous avec une plante appelée ici-adriyis", des œufs durs et de la galette de datte décrite plus haut. Au début du mois de mars, vieilles et enfants sortaient pour aller cueillir des plantes comestibles telles que-ilahlahène,-lvasvas",-thalazazth",
"ivazdhane", etc.

Pour cette année 2012, la sortie s’est faite le vendredi 2 mars. C’est une journée printanière qui est précédée par plusieurs jours successifs de neige ; d’ailleurs, les sommets de montagnes sont encore tous blancs de neige. C’est aussi une journée marquée par l’organisation de trois matchs de football au stade de fekkath qui surplombe le village Lemroudj. Lors de ces trois matchs, les équipes
du Club Sarie Ithri Lemroudj ont joué contre leurs homologues de Rasma, relevant de la daira de Guedjel située au sud de Sétif.

Une fois la ballade terminée, les enfants et leurs parents sont rentrés au village pour se préparer à accomplir la prière hebdomadaire du vendredi, tout en se donnant rendez-vous pour le printemps de l’année prochaine.

Enfin, ce rite de la rencontre du printemps n’est pas fortuit ; il marque le début du réveil de la nature avec tous les atouts qu’il apporte avec lui. C’est d’abord l’annonce de la fin de l’hiver et de ses difficiles conditions de vue (froid, gelée, pluies torrentielles, neige qui bloque la circulation et causent parfois des pénuries de produits de première nécessité, etc). Au printemps, il fait plus beau, les journées sont plus longues, le soleil doux est presque quotidien, la verdure est partout et les agriculteurs peuvent travailler leur terre, etc. En cette période de l’année, l’être humain se sent plus à l’aise d’autant plus que les saisons à venir, été et automne, sont aussi plus faciles à vivre et plus fructueuses que celle de l’hiver.


Partager cet article :
18 commentaire(s) publié(s)
berri ayech fi stif :
en fait cest une tradition purement algerienne donc berbere ya si sebah et cest aussi un phenomene social ou les jeunes filles sortent avec leurs meres et cetait loccasion pour les jeunes celibataires de les voir de loin et demander leurs mains a leurs peres.generalement la demande se fait au primtems quant au mariage il se fait generalement en ete ou en automne.
khélifa albeurri :
Salama 3alaikoum, Ces premiers jours de printemps sont magnifiques au pays, et surtout cette 3éda pour les paniers des petits enfants, l’orange, la m’bardja, l’ambiance, les merveilleux paysages... La m’bardja avec du l’beun, ou du café le matin, huuuuuuuuuummmmmmmmmmm ! Ouallah, c’est trop bon ! J’en ai mangé avant hier...j’ai vidé le panier....
houda :
Ou se trouve encore ce Douar ?Je croyais que cette tradition ne s’observe qu’a BBA,ou ces lieux de sortie comme vous dites se transforment en une ou deux journées en bois de Boulogne,on y fait des rencontres les plus extravagantes qui n’ont rien a voir ni avec les traditions ni avec la religion.Certes ils ont une MBARJAparticuliere a double étages de dattes écrasées (GHARSS) !!!
Commentaire n°128034 :
c’est une tradition ancestrale qui ne date pas que de quelques années comme le laisse entendre le rédacteur de l’article, mais depuis l’antiquité déjà
Mde Paris :
Je suis pour ERRABIË à el MAWANE LAMHARGUA une penséé pour mrs H. POUR SARAM ; EZANADIA ; VIVE LAMBARJA , le bois de VINCENNE MAIS,pas le bois BOULOGNE .
Bachtouti :
A houda Je connais pas ce village mais d’après l’auteur de cet article,il se trouve du cote de draa kebila....et Bois de Boulogne il se trouve ou ?
Ghanou :
C’est vrai ce village se trouve au nord de la wilaya de sétif .exactement dans la commune de Draa kebila .mais cette tradition ancestrale se faite par tous les habitant des vilage entouré de lemroudj. Ain legradj,Bni ourthilane.Bougaa.Ain Roua......aussi à bejaia . meme je crois dans tous les habitants de la petite kabylie.
Commentaire n°128059 :
A SI MDE PARIS EL MAHOUANE OU MAOUANE CE TROUVE AU NORD DE SETIF SETIF LA MISTERIEUSE UNE VILLE POPULAIRE DIVERSIFIER AVEC UNE POPULATION DE TOUT BORD VENU HABITER L’A POUR FUIRE LE TERORISME MAIS AUJOURDH UI ILS ONT PRIS LA PREMIERE PLACE DANS CETTE VILLE ET LE BOIS DE BOULOGNE EN PLEIN PARIS LE STATIONEMENT ATITRE DES PROSTITUERSDE TOUTES LES RACES Y COMPRIS NOS ALGERIENNES ??????
mawene city :
franchement j’ai connu zndia et mawanela ou ndrbioue lgrouses toute les autres descriptions c’est étrange pour moi
Bouzoula :
la fête à la rencontre du printemps à toujours exister dans la région des aith yaala ce jour toute les familles pic nic avec leurs enfants dans la joie et la bonne humeur ce n’est pas une journée de la drague pour houda qui connais le Bois de Boulogne qui ce trouve à paris MlH
houda :
Bachtouti ! Enfin quelqu’un qui sait lire !! merci ! quand aux bois de Boulogne il me semble qu’il se trouve dans Paris l’équivalent de notre Znadiya ou autres Tarhates. En tout cas,moi je n’ai jamais mis les pieds dehors,je l’ai toujours râler dans ce site
GHRIB OU BARANI :
a bachtouti : bois de de boulogne se trouve a nwakchout (mauritanie),wache ngoulegue ya bachtouti ya rahou bois de boulogne ya bois de boulogne ,ghir ta mere et ton pere tu les trouveras pas .
nawar :
chawerbeع,ce nest pas qua BBA cest partou, lembrdja cest trop bon mais avec la famille avec les amis avec les voisins mais pas fel ghorba,bois de boulogne cest ghabete paris. la win ye rabou les sdf les.......salem bledi
Mde PARIS :
SALAMO ALAIKOM @ MRS anonyme 8H32 Je parle du village EL MAOUANE LE VILLAGE DE birlilie LA fleur ,que je salu TOUT LES MAWANIS situé aprés FERMATOU avant le village TAKOUKA ET djebel MEGURESS et ain Abbessa J’ai joué au foot à el Mawane ou el Maouane) les années 1980 c’est incomparable entre notre ZNADIA et BOIS de BOULOGNE !!!!!!!,,,, ??????
labo 25 :
salem merci a med de paris quand a houda soigne ta comparaison on aura jamais de bois de boulogne chez nous et en particulier a setif ; celui qui cherche b de boulogne med de paris ta donne son adresse et sa flore et je ss persuade que tu n es consernee salem
mus :
Joyeux printemps à nos enfants de cher village Lemroudj et voisins, et à tous ceux qui célèbrent cette belle tradition qui m’a fait rappeller de mon enfance, hélas !! plus d’un quart de siècle que je ne l’ai pas vécu. ça me manque énormément, cette tradition n’tmurth negh avec sa diversité du continu du panier de printemps pleins de choses à manger et à partager avec les oiseaux !! c’est vraiment un climat joyeux et merveilleux !!! merci s’irrachid et au prochain article.
hacène :
ça me rappelle ma tendre jeunesse
maya :
biensur que mbardja,gross,oranges dans les petits paniers des enfants est une tradition ancestrale à setif,etant tres jeunes ,on allait dans les bois,on jouait, on courait,puis ,on mangeait ces losanges aux dattes ecrasees aromatisees à l’eau de fleur d’oranger,quant aux gross,ce sont de petites galettes rondes,pincees tout autour badigeonnees de jaune d’oeuf,grand mere me disait que ces galettes rappelaient l’eclat et la douceur du soleil de printemps ,ils en avaient besoin après un hiver particulierement rude ...

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus