Accueil > Sétif profond >

Béni Mouhli : La nouvelle polyclinique sans service de maternité

mardi 29 décembre 2015, écrit par : Liberté

Inaugurée récemment en grande pompe, la polyclinique de la localité de Béni Mouhli, située à 100 kilomètres au nord de la wilaya de Sétif, ne dispose pas d’une maternité.
Les services offerts au niveau de la nouvelle structure restent en deçà des attentes des citoyens de la région. Selon ces derniers, cette structure manque de plusieurs services stratégiques, notamment une maternité et un service de radiologie.

“Cette polyclinique n’a de structure de santé de proximité que le nom car, pour le suivi de leurs grossesses ou pour accoucher, les femmes de Béni Mohli et des localités avoisinantes sont toujours contraintes de parcourir une trentaine de kilomètres pour se rendre à Béni Ourthilène ou à Amizour dans la wilaya de Béjaïa. Il en est de même pour les examens de radiologie”, nous dira un habitant. Selon des citoyens, cette infrastructure ne dispose pas de médecins spécialistes et de personnel paramédical. Selon le premier responsable de l’APC, les responsables de la direction de la santé et de la population de Sétif ont, lors de la mise en service de cette polyclinique, promis d’ouvrir un service de maternité à la fin de l’année prochaine, après la fin de la formation des sages-femmes. En attendant, les malades de la région sont contraints de prendre leur mal en patience.

A. L


Partager cet article :
6 commentaire(s) publié(s)
mouma :
Se déjà pas mal.
Commentaire n°254665 :
POUR LES URGENCES IL Y A VAL-DE-GRACE DE FAFA MAMA DES DAF, SAIDANI, SELLAL, GENERAUX ET C’EST TOUS.
TOUFIK TANDJA :
C EST MALHEUREUX
SETIF NORD OUED BOUSSELEM :
les medecins refusent de travailler dans ces zones trop a l’ecart des grandes villes , a beni mohli y a pas grand chose a faire c’est un faubourg rural de quelques milliers d’ames _ il faudrait encourager le personnel soignant a s’y installer par des salaires plus elevés ou obliger les praticiens a debuter dans ces zones pour compenser la gratuité des etudes _cela peut se faire par un contrat moral conclu avec l’etat ...mais pour cela faudrait faire comme tout le monde c’est a dire rendre les etudes payantes.
Djafari :
Les décideurs demandent aux patients de faire preuve de plus de patience et s’abstiennent de faire preuve de plus de sérieux.
Aissa :
Oui c’est malheureux, et il aura encore trop de mortalité périnatale !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus