Accueil > Culture >

Célébration de la journée mondiale du théâtre à Sétif : Lorsque l’art devient thérapie

dimanche 1er avril 2018, écrit par : Zoghbi F, El Moudjahid

« L’art-thérapie », c’est sous ce signe qu’a été célébrée cette année à Sétif la journée mondiale du Théâtre, rehaussée à cette occasion par de nombreuses communications qui ont été prononcées par des spécialistes en la matière agissant au niveau de différents secteurs et une prestation théâtrale révélatrice, en effet, de l’impact positif que peut procurer le quatrième art dans cette thérapie, sinon le soulagement de la douleur ressentie par tous ceux qui souffrent de pathologies diverses. Dans ce contexte, la pièce théâtrale intitulé Chouk el Ward présentée par Touffik Mezaache qui n’a pas fini d’étonner et qui est parvenu cette fois-ci à monter sur les planches de la maison de la culture Houari-Boumediène, une œuvre aussi émouvante qu’édifiante pour tous ceux qui ont pour charge de veiller à l’intégration et l’insertion professionnelles de bien des enfants aux besoins spécifiques a fini par faire lever le public qui a tiré chapeau bas à tous ces talents en herbe.

Comment sinon ne pas aller à la découverte de ces 6 enfants infirmes moteurs cérébraux qui ont investi cette scène sur leurs fauteuils pour partager dans une œuvre émouvante cet espace d’expression avec d’autres enfants, des filles et des garçons qui ne sont atteints d’aucune infirmité et déchirer ensemble ce mur de silence en oubliant l’espace d’une prestation, un drame de la vie et voguer ensemble, par un geste, une parole, un sourire, dans un océan d’espoir où tous les enfants sont nés pour être heureux.

Dans une salle de la maison de la culture Houari-Boumediène où prenaient place le chef de cabinet du wali de Sétif, les responsables de la culture ainsi que plusieurs intervenants mais surtout de nombreuses familles accompagnées de leurs enfants, l’émotion était alors à son paroxysme. Touffik Mezaache a su tout simplement utiliser les vertus du théâtre dans sa dimension d’insertion et d’intégration, en plaçant la vie sur les planches au moment où plusieurs interventions seront prononcées au titre de cette journée scientifique et artistique. Chafika, cette célèbre inconnue de 53 ans, est revenue une fois encore sur scène pour dire comment elle à su dépasser son drame qui a failli la faire basculer dans la folie et grâce au théâtre aux côtés de sa fille Aya, retrouver l’espoir et la vie.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus