Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

En raison de l’extension du tissu urbain à Sétif

Les ressources en eau seront insuffisantes
dimanche 10 septembre 2006, écrit par : Farid Benabid, Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

La direction régionale de l’ADE de Sétif, qui regroupe 4 wilayas (Sétif, Béjaïa, Bordj Bou-Arréridj et M’sila) par la voix de son DG, tire la sonnette d’alarme quant à l’alimentation future de la capitale des Hauts-Plateaux en eau potable avec les nombreux programmes des nouvelles structures de logements inscrits et qui avoisinent les 25 000 unités. Principale inquiétude qui taraude les responsables, l’insuffisance de la mobilisation de cette ressource à travers l’ensemble de la wilaya. Gouverner, c’est prévoir et le barrage de Aïn Zerda, qui approvisionne Sétif à hauteur du tiers de ses besoins avec Bordj Bou-Arréridj et El-Eulma, verra très bientôt ce taux révisé à la hausse.

La ville de Sétif avec les nombreux projets en chantier (logements, université, structures économique, culturelle, sportive...) deviendra de plus en plus gourmande en matière de ressources hydriques, et la satisfaction se fera au détriment de Bordj Bou-Arréridj qui est déjà un point noir en la matière et de la ZHUN, on risque de n’avoir de l’eau qu’un jour sur quatre. Elle sera sécurisée, a-t-on appris, par la réalisation d’une 2e station de traitement, dont les travaux vont être lancés dans les jours qui viennent.
Les sites d’El-Hidhab et de Gaoua au nord-est de la ville, où la plupart des logements seront réalisés, verront leur alimentation en eau se faire provisoirement en attendant la rénovation de la station de Aïn El-Kahla de 22 litres/seconde, ce qui demeure en deçà des normes.
Le DG M. Amroun affirme que l’ADE se retrouvera devant le fait accompli. Il existe des normes hydrauliques. La réalisation de nouveaux forages tous azimuts est plus que vitale. Aussi, la prolifération des forages clandestins et bâches à eau constitue un stock mort. Imaginez le danger avec par exemple 6 bâches à eau de 300 litres chacune dans un immeuble dont la réalisation n’a pas prévu cet ajout. La seule et unique planche de salut et notre lueur d’espoir reste le projet des grands transferts d’eau prévu, dont l’apport sera de 310 millions de m3. Cela sécurisera toute la wilaya en matière de ressources hydriques ; Bordj Bou-Arréridj et M’sila seront les seuls bénéficiaires du barrage de Aïn Zada.

FARID Benabid

Liberté


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus