Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Pour non-perception de leurs salaires, les enseignants en grève

lundi 21 avril 2008, écrit par : I. S. Le Soir d’Algérie, mis en ligne par : Boutebna N.

Deux jours de débrayage, c’est le mot d’ordre décrété par les enseignants des différents paliers de la ville de Sétif.

Le paiement tardif de leurs salaires du mois d’avril est à l’origine de leur mouvement de contestation. La situation s’est décantée hier dans l’après-midi. Mais toujours est-il, le mot d’ordre reste maintenu. Pour réclamer leurs salaires du mois d’avril, les enseignants des différents paliers (primaire, moyen et secondaire) n’ont pas trouvé mieux que de bouder les classes. C’est ainsi qu’ils ont débrayé hier matin à partir de 8 h, paralysant du coup les établissement scolaires au niveau de la capitale des Hauts-Plateaux. En effet, plusieurs établissements scolaires n’ont pas fonctionné dans la journée d’hier, faute d’enseignants. Selon ces derniers, le blocage se situe au niveau du service de paie. « Déjà qu’on arrive difficilement à boucler les mois avec notre maigre salaire, maintenant, voilà qu’on ne le reçoit pas à temps », diront des enseignants dépités. Aux dernières nouvelles, on nous apprend que la situation va se débloquer et que le personnel de l’éducation pourra percevoir son salaire dans les jours qui viennent. « Mais jusqu’à quand allons-nous supporter cet état de faits ? D’ailleurs, notre salaire de ce mois sera utilisé pour payer les dettes contractées », s’interrogent les professeurs. Jusqu’à maintenant, le mot d’ordre reste maintenu et ce sont les élèves qui perdront ainsi quelque 48 heures de cours.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus