Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Des logements et des mécontents

mercredi 28 mai 2008, écrit par : Z. S. Loutari, Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

ans le cadre de la distribution des logements selon le calendrier arrêté, les services de l’OPGI de la wilaya de Sétif ont procédé dans le courant de la semaine écoulée à la livraison effective des appartements à 11 bénéficiaires du programme des 40 logements LSP du douar Mazouka, dans la ville d’El Eulma, lesquels ont recouru à la formule du paiement cache sans faire intervenir la banque. En attendant l’extension de cette opération au bénéfice des 29 autres postulants dont les dossiers demeurent hypothéqués par le retard dans l’élaboration des attestations d’engagement bancaire accusé par les différents organismes financiers sollicités par les bénéficiaires de ce programme.

Vraisemblablement il s’agirait là d’un problème d’ordre administratif et réglementaire lié à la livraison effective d’un logement et aux modalités de financement de l’acte d’acquisition. Autrement dit, le reste des logements, soit les 29 appartements restants, seront livrés à leurs acquéreurs dès réception par les services de l’OPGI des documents bancaires requis. Dans ce contexte il convient de signaler que l’acquisition d’un logement dans le cadre du programme LSP, fait appel à un montage financier triangulaire impliquant un apport personnel, l’aide de l’état, dont le montant est fixé jusque là à hauteur de 500 milles dinars et enfin un concours bancaire suivant la formule de crédit à long terme. Ceci dit, une sorte de priorité est systématiquement accordée aux postulants qui s’acquittent des montants nécessaires sans faire appel à l’apport de la banque, procédure qui selon nombre de promoteurs entraîne complications dues à la lourdeur de l’acte administratif au niveau des structures bancaires. « L’étude des dossiers au niveau des banques prend souvent beaucoup de temps. Situation qui peut parfois exposer les promoteurs à des aléas liés entre à la fluctuation incontrôlée des prix des matériaux de construction et donc à une sorte d’insuffisance de maîtrise chez le promoteur » nous dira un entrepreneur en charge de la construction d’un lot de 20 logements type LSP. Pour notre vis-à-vis, il s’agirait là d’une question purement économique basée sur un principe de transaction directe claire et sans intermédiaire. De leur côté les postulats considèrent l’attitude des promoteurs abusive puisqu’elle traduit le plus souvent une logique de chantage « les lois et règlements régissant les modalités d’accès à un logement social participatif prévoient et fixent l’apport personnel du postulant à hauteur de 250 mille dinars, hors la quasi-totalité des promoteurs exigent un versement initial allant au-delà des 600 milles dinars.

Une situation qui n’a pas manqué d’ouvrir les portes à la pratique de l’illégal » nous argumentera l’un des postulants et de souligner « il est question d’absence de professionnalisme et d’esprit d’équité dans la mesure où la majorité des promoteurs favorisent les gens nantis au détriment des pauvres salariés auxquels ce programme à caractère social est destiné. A souligner que la commune d’El EUlma a bénéficié d’un quota de près de 1.750 unités d’habitants LSP lesquels sont en voie d’être livrés à leurs bénéficiaires dans le courant des mois à venir. Par ailleurs l’on apprend que les autorités locales viennent de donner des directives pour l’engagement des travaux de viabilisation et des aménagements des espaces communs au niveau de l’ensemble des nouvelles cités (espace vert, airs de jeux..), les marchés relatifs à cette entreprise d’embellissement de l’environnement sont d’ores et déjà lancé au niveau des cités ciblées.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus