Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Suite à la tragédie qui a bouleversé l’université de Sétif : Le professeur Baki Chakib Arslane réagit

« Nous devons travailler en collaboration afin que de tels agissements de non-respect et d’agressivité cessent »
mercredi 29 avril 2009, écrit par : Khalil Hedna, mis en ligne par : Boutebna N.

e professeur Baki Chakib Arslane, président de l’université Ferhat Abbas de Sétif a animé une conférence de presse sur le drame survenu au campus universitaire Mohamed Sedik Benyahia (ex-cfa) et qui a secoué toute la ville de Sétif, avec la mort de l’étudiant Selmat Abd-Errafik âgé de 20 ans, poignardé par son collègue de promotion, C. Hamza étudiant en premiére année dans le département interprétariat, faculté des langues étrangères. Le professeur Baki, vraisemblablement très ému par cette tragédie, a tenu à clarifier certains détails dans cette affaire qui, selon lui, a pris des dimensions très graves, notamment dans les colonnes de certaine presse. M. Baki accompagné du coordinateur de l’université au niveau du campus Benyahia, a relaté les faits de ce drame, qualifié de coup de folie à un sentiment de complexe, commis par le jeune étudiant Hamza.. « Ce dernier et selon les dires de ses camarades, est l’ami de la victime, du fait qu’ils sont de la même filière, pis encore dans le même groupe de TD. Les hostilités ont commencés deux jours avant ce drame, lorsque les deux jeunes faisant partie d’une discussion communautaire entre collègues, Hamza alors fumait une cigarette reporte la fumée au visage de Abd-Errafik qui n’a pas accepté la « hâblerie », a réagit brusquement en giflant Hamza devant ses collègues, cet acte a excité une altercation mais très vite calmée après l’interventions des amis. On croyait que tout est rentré dans l’ordre jusqu’à ce jour, le mardi à 15heures, alors que le groupe suivait un cours de TD dans la matière de langue française, Hamza demanda à l’enseignante qui encadrait le TD de l’autoriser à sortir avec une phonétique qui a provoqué le rire de toute l’assistance. Hamza n’a pas aimé ce comportement, alors touché dans son amour propre ne voyait que Abd-Errafik, installé à quelques centimètres de son siège, pour répandre sa riposte, il sort pour revenir avec un couteau et s’attarde brusquement sur Abd-Errafik en lui destina des coups mortels. Choqué par la scène, tout le monde dans la salle n’arrive plus à intervenir, Abd-Errafik alors avec le sang qui giclait partout se lève, et se jeta sur la prof avant de sortir de la salle et s’effondre sur la pelouse du jardin. Quant à Hamza, il est resté paralytique dans la salle avec le couteau dans la main. Une étudiante du groupe alerta alors le coordinateur du campus qui a très vite pris les dispositions nécessaires pour transporter le jeune Abd-Errafik vers l’hôpital. Et c’est après que la nouvelle de la mort de Abd-Errafik nous ai annoncé » relata M. Baki président de l’université de Sétif qui renchérit « la rumeur qui circule en ce moment, reprise d’ailleurs par la presse, faisant état d’une ancienne dispute causé par le match de Foot-ball Ess-Cabba n’a aucun lien ni fondement dans cette affaire, car ces deux jeunes et d’après leurs proches, ne sont ni supporters ni adeptes de ce sport, et je ne comprend pas du tout, comment on peut exploiter la mort d’un jeune pour ces raisons… . Les motifs de l’agression sont pour l’heure et selon des témoignages déterminés mais l’enquête judiciaire pourrait prendre une autre direction ».

Sur une question relative au manque de sécurité dans ce genre de campus, M. Baki rétorqua : « il est vrai que ne manquons d’effectifs dans ce genre de site, mais je peux affirmer que le problème de sécurité au sein de l’université ne se pose pas actuellement toutefois, je ne vais pas faire aussi de l’université une caserne… ». Quand à l’environnement extérieur de l’université, M. Baki lance un appel à toute la société, civile et militaire pour une étroite collaboration afin que de tels agissements de non-respect et d’agressivité cessent.

Par ailleurs, une marche de recueillement est envisagé par les étudiants de l’université à la mémoire du jeune Abd-Errafik, dont l’enterrement est prévue Jeudi après la prière du Asr à Bordj, sa ville natale.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus