Accueil > Sétif profond >

La fin du cauchemar pour Ammi Ahmed et sa famille

samedi 5 septembre 2009, écrit par : Khalil Hedna, mis en ligne par : Boutebna N.

uelques jours après la parution, dans notre site, de l’article qui relate le triste vécu de la famille Ahmed composée de 12 membres, qui se sont réfugiés dans une grotte située au Djbel Z’Dim, à quelques kilomètres de Guellal, et ce, faute d’une demeure pouvant les abriter, plusieurs partis se sont manifestés pour venir en aide à cette famille, et une mobilisation générale fut déclenchée à commencer par le Chef de Daïra de Ain Oulmene, représentant de monsieur le wali de Sétif.

Une commission de l’organisation centrale des enfants de Chouhada, des associations locales, quelques industriels et des âmes charitables se sont déplacés sur les lieux pour découvrir une situation des plus désolante dans laquelle vivent 12 membres d’une même famille dont le grand père est un Chahid. Très vite, une prise en charge effective médicale et sociale fut ordonnée par le chef de Daïra de Ain Oulmene pour la mère et quelques enfants, suivi d’une décision d’octroi d’un logement évolutif (sorte de logement rural).

Cette nouvelle fut très bien appréciée par Ahmed et sa famille en ces jours du mois sacré de ramadan ainsi que par les nombreux citoyens qui ont affiché leur compassion et leur solidarité envers cette famille. Toutefois, on regrette certains comportements du moins « inexpliqués » de certains camps et élus locaux envers cette tragique histoire, car Ahmed n’est ni malade mental, ni clochard, ni terroriste ni même fugitif.

C’est juste un simple citoyen marginalisé, victime de « Hogra » et des promesses non tenues d’une bureaucratie à toute échelle. Une malédiction imposée, et des raisons qui ont poussé cet enfant de Chahid à choisir une grotte pour se réfugier et protéger ainsi sa famille, au lieu d’errer dans les rues à la recherche d’un toit dans un désespoir total, ou faire exposer ses enfants à une société inhumaine qui ne possède ni loi ni foi.

Des raisons qui avaient donné envie à Ahmed de renoncer au statut de citadin et d’aller habiter la grotte. Comme le chante le maître du malouf : « Je monterai une tente pour mes enfants et j’habiterai avec les nomades… ». Quand Hadj Fergani chante Salah Bey, on a tous envie de devenir nomades et quand on entend l’histoire de Ahmed et sa famille on songera même à habiter des grottes…


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus