Accueil > Sétif profond >

Terrorisme : Des peines allant de 1 à 15 ans de prison ferme

mardi 22 mars 2011, écrit par : Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

La cour de Constantine a prononcé, avant-hier dans la soirée, des peines allant de 1 à 15 ans de prison ferme à l’encontre de 4 terroristes impliqués dans l’attentat qui a ciblé, le 23 décembre 2009 à Sétif, un cantonnement de la garde communale et un convoi militaire, faisant 6 morts. Les 4 mis en cause dont l’accusé principal A. O. qui a écopé de 15 ans de réclusion sont, par ailleurs, accusés d’adhésion à groupe terroriste, financement et soutien au terrorisme, homicide volontaire prémédité et possession d’armes de guerre interdites. Dix autres terroristes ont, quant à eux, bénéficié de la relaxe. Les accusés ont été capturés lors des opérations de recherche déclenchées par les éléments de la Gendarmerie nationale appuyés par les autres forces de sécurité et qui ont duré plusieurs semaines, après l’attentat. Ce dernier remonte, en effet, au 23 décembre 2009, lorsqu’un groupe terroriste, activant dans les maquis de Babour, dans la wilaya de Sétif, et composé d’une cinquantaine de personnes, a mis 2 bombes artisanales faisant 6 morts dont 4 éléments de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Sétif. La première bombe a été placée à 300 mètres d’un cantonnement de la garde communale, situé dans la commune d’Aïn Sabet, au lieu-dit Machetat El-Mardj, qui a coûté la vie à deux communaux, alors que la deuxième bombe artisanale a, une heure plus tard, ciblé un convoi de la gendarmerie sur la route menant à la commune d’Aïn Sabet, faisant 4 morts.

Soulignons que le représentant du ministère public a, lors de son réquisitoire, demandé la peine capitale pour le principal accusé, à savoir A. O., et une peine de 10 ans de prison pour les 13 autres terroristes, assortie d’une amende de 500 000 DA.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus