Accueil > Sétif profond >

Les vieux démons sont de retour : La population prise en otage entre un élu et l’administration

mardi 10 juillet 2012, écrit par : A. Nedjar Sétif info, mis en ligne par : A. Nedjar

Jaloux de leurs prérogatives, élus ou représentant de l’administration locale peuvent s’opposer sur la conduite et les objectifs assignés. Mais ici, nous sommes en présence d’un conflit latent où les risques de dérapages des uns et des autres sont certains.

Ainsi, l’épisode de l’opposition stérile entre un représentant élu de la population et l’administrateur local n’en finit pas. La population quand à elle est lassée,se sent abusée par ces comportements irresponsables,déprimants et préjudiciables au développement d’une région qui peine à sortir de son isolement

Rencontré très tôt ce Samedi matin à Ith Laalam, une bourgade perchée sur les sommets desmontagnes de la partie Nord Wilaya de BBA, M Rezkane, le manager général de SEI était dans tous ses états. Son pari de réussir le second marathon des montagnes des Ith yaala n’aura pas lieu disait–il. Dépité par la prise de la tournure extravagante des événements où les mois de préparations partirent en fumée à la faveur d’une décision des autorités de la wilaya de Sétif pour le moins curieuse et sujette à caution.

Les jeunes et les moins jeunes qui fondaient eux aussi beaucoup d’espoirs sur cette initiative pour mettre au devant leur région par ses retombées touristiques et pourquoi pas économiques pour la sortir des retards et de l’isolement dans lesquels ils sont plongés depuis longtemps sont déçus et aigris à la fois.

Trois jours avant son départ, alors que tout était fin prêt ,les autorités de Wilaya signifièrent à l’organisateur un niet brutal au motif de la non disponibilité des services de sécurité et de sécurisation de la couverture du parcours. Ceci pouvait au demeurant représenter un motif sérieux en raison de la mobilisation de ces forces à de nombreuses festivités consacrant le cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Néanmoins, la population n’est pas dupe pour accepter un tel motif pour le moins fallacieux dans l’esprit de nombreux citoyens de la contrée qui vivent et supportent mal depuis quelques temps déjà les conséquences de la persistance de graves dissensions nées de différends entre le Chef de la Daira de Guenzet et le Maire de Harbil .

Il est de notoriété publique que les différends et le feu qui couvent depuis des mois déjà entre ces deux personnalités qui se méprisent ouvertement et publiquement dont les objectifs sont antinomiques ,sont a priori les raisons fondamentales du blocage et le motif de l’annulation du semi –marathon des montagnes.

Certains citoyens affirment que ce même élu dénie tous droits à ses citoyens et se comporte comme un véritable Caïd ou Bachagha des temps modernes et défie impunément l’administration locale et même la personne de son représentant.

C’est dire aussi que de sérieux blocages sont enregistrés dans de nombreuses autres activités selon les citoyens rencontrés.

Mal a pris à ce Maire de Harbil de s’opposer énergiquement à l’organisation et au passage de ce marathon sur le territoire de sa commune. Il le fit comprendre avec beaucoup de véhémences au point de faire plier les autorités locales et de surcroit la décision d’annulation du semi marathon par le chef de l’exécutif de Wilaya. Il était pourtant partie prenante où ,chose inédite et au départ ,la gestion avec le Wali de la Wilaya de Bordj associant la jeunesse soit conduite sous leur égide commun .

Devant cette décision du Wali de la wilaya de Sétif pour le moins incongrue, l’événement du second marathon de montagnes devant prendre le départ à Ith Laalem dans la Wilaya de BBA pour se terminer à Ith yaala dans la wilaya se Sétif et devant la stèle commémorative du Chahid colonel M’hamed Bougara à Tittest n’a pas eu lieu .Il a donc été purement et simplement annulé sine die.

Pour palier aux contingences et répondre aux soucis des sportifs venus en nombre dont certains de l’étranger comme Miguel et son compagnon , deux jeunes espagnols ;les autorités de la Wilaya de Bordj Bou Arreridj et l’organisateur transformèrent ce semi marathon en une simple course de 10 km en contre bas de Ith Laalam à Tassameurt en direction de BBA.

Dans cette dernière course , contrairement aux raisons invoquées par La wilaya de Sétif ;nous avons a ce titre observé un engagement parfait des corps de la gendarmerie et de la police ,de la bonne couverture par la protection civile, de l’engagement de nombreuses associations ,des sponsors et des autorités locales de wilaya de BBA représentées par la personne du chef de daïra qui assista à la cérémonie de remise de prix en présence des maires et élus de la région à laquelle se sont associés les élus et moudjahidine de Guenzet et des chefs des deux plus importantes Zaouia en signe de solidarité mais également en signe de mécontentement totale d’une décision à laquelle ils n’ont pas été associé et qui rejettent dans son fond et dans sa forme.

La tristesse qui se lisait sur le visage des habitants de la Daira de Guenzet est de nature à rajouter à leurs dépits en raison de ce coup fourré où la jeunesse de la contrée fût empêchée de goûter aux délices des réjouissances en quoi elle aspirait et ouvrait droit en ces événements mémorables que sont, la fête de l’indépendance, le 50 éme anniversaires de cette dernière et de la journée de la jeunesse décrétée le même jour.

Faut-il rappeler que le parcours initial était jalonné par le passage auprès de stèles de chouhada et d’endroits constituant une véritable encyclopédie historique de la lutte et de la résistance des hommes et des femmes de la région où de très nombreux répondirent de leurs vies dont les plus célèbre et les plus connus sont DEBBIH Cherif et Mohamed ZEKKAL ,Malika Gaid et le Colonel Bougara sans compter ces centaines sinon des milliers d’autres en commémoration ratée de cette journée de grâce et de dévotion et de prières à leurs âmes tahira .

Ces chouahada a qui a été dédié ce parcours et qui n’ont pas reçu cette visite ,se retourneront certainement dans leurs tombes mais, vaille que vaille ,la population les portera toujours dans son cœur et que l’immortalité tant pour la région que pour les chouhada est au dessus de toutes considérations ,fussent-ils les soubresauts et luttes intestines caractérisant les esprits mesquins de certains petits roitelets .

Ainsi donc, tout au moins pour les motifs et les raisons invoquées, ce qui n’a pu ce faire ici ,s’est réalisé juste à l’orée ,comme s’il s’agissait de deux pays ou de deux territoires étrangers ,aux lois différentes.

Peu importe, reprirent certains sages de la région de Ith yaala ;Nous sommes habitués à ces vides depuis longtemps déjà et d’ajouter : Ma yabka Fi el wad ghir h’djarout. Ce qui veut dire en substance que dans un torrent violent, lorsque tout est emporté ,il subsistera toujours dans ses profondeurs son socle ou les pierres constituant son fond. Tout est éphémère disent-ils.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus