Accueil > Culture >

Islam et immigration, un nouvel ouvrage d’Abdelkader Benarab

vendredi 22 mars 2013, écrit par : Faouzi Senoussaoui, mis en ligne par : Boutebna N.

Les enjeux culturels et politiques de l’immigration dans la vie publique en France a été le thème du nouvel ouvrage du Dr Abdelkader Benarab, originaire de Sétif.

Préfacé par Paul Balta et édité par l’édition l’Harmattan à Paris, le nouveau livre avec laquelle revient le chercheur en anthropologie littéraire traite la question culturelle qui est au cœur de ces réflexions omniprésente dans les douze chapitres qui forment cet essai, fait à partir de contributions diverses à savoir des actes de colloques, revues spécialisées et conférences. Elle forme le sujet central. Posée comme tel, elle implique dans l’espace de la diaspora une réflexion sur le vécu des émigrés et leur vision du monde.

« L’immigré vit dans cette permanence une crise réitérée, celle de se voir tenu à l’écart, loin des frontières que lui assignent collectivement et légitimement la trace identitaire. Cette frontière dans laquelle évolue et se perpétue aussi sa langue maternelle constitue la meilleure arme qui l’avertit des fragilités dommageables à son existence face à l’altérité du monde. D’où l’importance pour lui à partir de ces lieux géographiques lointains de produire un discours chargé de connotations culturelles et de symboliques religieuses en se référant étroitement aux modèles de valeurs originelles. », souligna l’écrivain.

A cet effet, l’une des questions à laquelle l’auteur reste attaché est celle des langues maternelles. A travers une démonstration et une analyse qui va de la langue à la crise d’identité, en passant par l’examen des rapports d’altérité, Abdelkader BENARAB suggère la nécessité de l’apprentissage des langues maternelles comme mode d’appréhension de la réalité et comme processus indispensable à toute sociabilité humaine et intellectuelle. « L’enfant qui n’a pas baigné dans sa langue maternelle, qui n’a jamais été bercé par le murmure affectueux et des mélodies rythmées de ses voix n’eût connu sans doute, par substitution, que des langages fragiles manquant d’être lisses et duveteux », nous dit M. Benarab qui estime que le constat sur le déficit des langues maternelles au sein des familles algériennes émigrées favorise le décrochage scolaire et accentue une forme d’agressivité et d’impulsivité constatée chez les enfants d’origine étrangère.

La place de l’Islam en France est une autre question importante abordée par le spécialiste qui rappelle qu’aujourd’hui, la religion islamique a mauvaise presse. Il y a au moins deux raisons à ce discrédit. Les musulmans eux-mêmes adoptent des comportements, qui sont loin d’honorer leur religion, au contraire ternissent son image et font fuir les non musulmans. L’approche de leur religion et le traitement qu’ils lui font subir à partir d’une conception étriquée et sur fond d’ignorance appelle chez les non musulmans un regard dévalorisant et hostile. L’autre raison consiste dans les attaques répétées d’une presse française qui s’acharne à présenter les musulmans et leur religion comme un danger potentiel et une menace pour leur identité.

Islam, immigration, langue maternelle tels sont grossièrement les thèmes décrits par le Dr Benarab. Il analyse leurs effets et fait apparaitre les articulations qui forment principalement l’identité du sujet expatrié.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus