Accueil > Sétif profond >

Au Nord de Sétif, la vie humaine compte si peu

dimanche 17 avril 2016, écrit par : Boutebna N.

Les habitants des six Dairas du Nord-Ouest de Sétif, à savoir Beni Ourtilane, Bougaa, Bouandes, Guenzet, Hammama Guergour et Maoklane, trouvent une difficulté pour se rendre à la capitale de la wilaya en raison de la fermeture de la RN75.

Un projet de contournement de cette route nationale a été retenu pour permettre le rétablissement de la circulation en raison du lancement des travaux de réalisation du grand barrage d’El Maouane. Cette nouvelle route permettra de relier le village « Takouka » à la ville de Sétif par la cité de « Fermatou ». Cependant, ces travaux sont en arrêt depuis plus de 3 ans en raison d’un glissement de terrain (voir photo ci-contre).

La route départementale (CW ou chemin de wilaya) qui traverse la localité d’El Maouane demeure l’accès principal qu’empreinte des milliers de véhicules pour aller vers Sétif ou d’autres villes de l’Est .
Cette route est devenue le théâtre quasi-quotidien de nombreux accidents de la circulation en raison de son affluence et son étroitesse. Le danger est amplifié depuis le mois de mars dernier par la suppression des ralentisseurs à la suite de l’organisation du grand tour d’Algérie de cyclisme. Jusqu’à présent, les ralentisseurs n’ont pas été remis en état malgré le nombre considérable des accidents enregistrés sur ce tronçon routier.

Les habitants se demandent si les autorités locales ont le moindre respect vis-à-vis la vie humaine. « Il me semble qu’aucun responsable ou un élu ne s’est intéressé à résoudre le mystère de l’arrêt des travaux de la RN75. Personne ne se soucie de la suppression des ralentisseurs. Autrement dit, nos vies ne comptent pas », nous témoigne un habitant de Bougaa.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus