Mardi  18 Rabi Thani 1438  -  17 janvier 2017
  Accueil > Photos
Des fillettes avec la Mlaya pour fêter la journée de la femme
jeudi 10 mars 2016, écrit par : Boutebna N.

Des fillettes avec la Mlaya pour fêter la journée de la femme à Sétif.

10 commentaire(s) publié(s)
DJAMEL oueld langar. :

Mr Boutebna,vraiment tu m’as fait en doute avec ma fille et sa grande mére qui ne cessent de me dire que cette photo n’est à SETIF Le porte de Mlaya et le style c’est bien de genre Constantinois, même la cérémonie dans quel endroit s’est déroulée ?
Par une réponse directe , je demande à Mr Boutebna de me sauver devant les remarques.
Merci d’avance.
Malgré c’est une belle photo des petites fillettes avec la Mlaya .

nosy bé :

La m’laya est un habit de femme mûre,qui donne une certaine élégance à celle qui le porte ...A ma connaissance les petites filles ne s’habillent pas de cette manière . La mise en scène fait donc une erreur, mais garde le mérite de rappeler qu’il y a pour Sétif un habit traditionnel ,économique ,léger , très beau,et qui permet beaucoup de fantaisies . Chez nous on dit "mangez ce qui vous plait et habillez-vous comme il plait aux autres" . Moi ,j’aime ça ..même si de tradition nos dames portaient le 7ayek blanc .qui a aussi son charme, son mérite ,et l’inconvénient de se salir trop vite !

Commentaire n°259701 :

SALAM
Merci pour la photo pourquoi pas
ShALAH

ben ali :

c’est un hommage aux saoudiens ...il y a 14 siecles ils etaient venu enlever 1500 jeunes demoiselles en afrique du nord pour les vendre a Damas et ne parlons pas du genocide commis a l’encontre des habitants de la region -ils ont conquis a la force du sabre -que voulez vous l’ignorance peut aller tres loin c’est le syndrome de l’otage qui prend le parti de son bourreau .Toutes les victimes de cette conquete doivent se retourner dans leur tombe aujourd’hui.

ben ali :

La Kahina, ou la lutte armée contre l’invasion islamique arabe

La Kahina : Une reine berbère en lutte armée contre l’invasion islamique arabe du Maghreb Fabuleuse épopée, que celle de cette reine berbère qui s’opposa au VIIe siècle, à l’invasion arabe de l’Afrique du Nord ! Kahina, qui signifie prêtresse, de son vrai nom Dihya ou Damya en tifinagh, est une reine guerrière berbère des Aurès qui s’opposa à l’expansion islamique en Afrique du Nord au VIIe siècle, et donna sa vie pour tenter de sauver l’indépendance de son pays.

Kahina, la reine guerrière berbère qui résista aux envahisseurs arabo-musulmans

Quinze ans après la mort du Prophète Mahomet, les armées arabo-musulmanes conquérantes arrivaient aux portes de l’Afrique du Nord. Ce pays, jadis transformé par la civilisation romaine, en partie conquis à la foi chrétienne, va basculer dans l’empire grandissant du monde musulman.

C’est alors, que pour faire face à l’envahisseur, une femme va organiser la résistance berbère, réaliser la difficile unité du Maghreb et infliger aux cavaliers arabes de cuisantes défaites. Celle-ci, connue dans l’histoire sous le nom de La Kahina, avait un caractère sacré. Il signifiait, la sorcière, la prêtresse, la devineresse. Son véritable prénom est Dehya ou Dhya Tadlut, qui signifie en berbère, la « Belle gazelle ».

Elle possédait en effet un don prophétique et était vénérée de son peuple. Mais ses succès mêmes causeront sa chute.

Orgueilleuse, intransigeante, fière de ses victoires, la Kahina ne vivait plus que pour sa tribu. Mais cette femme admirable, si longtemps écoutée et obéie, ne pourra maintenir l’unité berbère et venir à bout des éternelles rivalités tribales. Dès lors, elle prédira son propre destin et, vaincue par la trahison, elle accomplira un dernier baroud d’honneur dans lequel tomberont ses meilleurs compagnons, avant qu’elle-même y laisse la vie.

L’islamisation de l’Afrique du Nord était en marche.

C’est en s’appuyant sur les travaux des plus éminents historiens qu’un conférencier algérien a retracé avec émotion, amour et passion pour sa terre, l’extraordinaire épopée de cette « Jeanne d’Arc berbère » qui incarna avec tant de grandeur, la folie d’indépendance et la fierté passionnée d’un peuple.

Entre l’antique Thevest romaine appelée à présent Tebessa, et l’agglomération de Bir El Ater, se trouve un puits appelé « Bir el Kahina » (le puits de la Kahina), en référence ou en souvenir du lieu où elle aurait été tuée. À Baghaï, actuellement petit village à une vingtaine de kilomètres de Khenchela, les habitants désignent certaines ruines anciennes comme étant les ruines du « palais de la Kahina ».

Le nom de la rivière Meskian, où Kahina remporta sa première victoire contre le général Ibn Numan, ainsi que celui du village de Meskiana qu’elle arrose, viendraient des mots berbères Mis n Kahina qui signifie « les fils de Kahina ». Certains berbères chaouis des Aurès disent qu’ils ont le « nez de la Kahina », légèrement busqué.

La victoire de Charles Martel à Poitiers en 732 contre l’invasion islamique arabe de la France
Trente ans avant la victoire de Charles Martel à Poitiers, la dernière bataille de la Kahina !

En 702, à Tabarqa,après plusieurs années de combats, Dihya s’engagea dans sa dernière bataille. La défaite de ses troupes fut en partie due à la trahison d’un jeune Arabe que la reine avait épargné et adopté selon la coutume de l’anaïa (protection) en vigueur chez les anciens Berbères.

Voyant que tout était perdu, Dyhia envoya ses deux fils se rendre à l’envahisseur. Elle-même continua de combattre mais, trahie, fut faite prisonnière puis décapitée dans les environs d’El-Djem, et sa tête remise au calife. Sa disparition permit la reprise de la progression des armées arabes vers l’ouest du Maghreb et vers l’Europe. C’est exactement trente ans plus tard, que le 25 octobre 732 à Poitiers, Charles Martel et son armée mirent un terme aux incursions arabo-musulmanes qui furent contraintes de refluer vers l’Espagne.

Le personnage historique de Dihya la Kahena est devenu de nos jours un symbole, tout comme Massinissa, Jugurtha, et Saint Augustin. La tradition orale des Chaouis ne donne pas beaucoup de précisions sur tout le parcours historique de la Kahina ni même sur sa tribu des Dejrawa. Mais "la Belle Gazelle" reste la reine de coeur des Chaouis.

tahtoh :

Belle photo, une bonne présentation, la Mlaya n’est pas unique
ment constantinoise ! elle est sétifienne, annabie, etc...bref de l’Est algérien.
"Sotra" pour nos femmes et jeunes filles, que le colonialisme a fait les mains et les pieds pour faire disparaître la " Mlaya " , le Hayik ", etc.

nosy-bé :

Aucun habit traditionnel , aucun plat ,aucune coiffe ,aucun langage ,n’ont disparu du temps de la colonisation française . Ils ont même résisté à l’épreuve du temps jusqu’aux années 80 ,lorsque déferla la culture des baloubas d’Orient . Pas même la mosquée Ketchaoua ,ni les "bordjs-el-bey ,ou dey ,ou bachagha ou agha ou gaid " seuls vestige de renom , laissés par les pirates turcs,et leurs prédécesseurs . Au contraire ,la culture algérienne s’ y était développée ,y compris à l’international .. El-Djarmouni a chanté à L’Olympia ..Edith Piaf a chanté au Madison Square . Farid Ali ,chantait le célèbre hymne au déporté "ya el menfi" . Les gens de l’ouest ,du sud ,les kabyles ,les constantinois , tous avaient développé ce qu’ils savaient faire ,et en vivaient très souvent . Tout ce que je citai plus haut a fait le bonheur y compris des colons ,des touristes du monde entier qui découvraient , chez nous ,en Algérie ,un bonheur ,jusque-là caché .Avant 1962 ,l’algérien était authentique ..et ne singeait ni Jacqueline ,ni Aïcha ,ni Paul ,ni... Dommage qu’à côté de cela ,il n’était qu’indigène , assez souvent miséreux , citoyen de seconde zone en sa propre demeure ,et qu’il devait se plier à la volonté et lois favorables au colon . Les lois coloniales n’étaient pas qu’algériennes ...le monde était partagé en colons et colonisés .C’ était de l’avis de tous un ordre injuste ..et de grands Hommes ont décidé d’y mettre un point d’arrêt .Ne vivez pas de balivernes ,ya djazaïriyines , ce ne sont pas les discours creux qui font les nations ...!

azouz de bougaa :

cette photo elle vient d’ou ?
d’arabie saoudite , d’iran ?
pauvres gamines , elles ne savent pas encore ce qui les attend !

Commentaire n°259979 :

A mon pauvre vieux qui perd la tête
La France aujouhui, c’est une colonie juive presque comme Gaza. Un grand kiboutz au service l’identité néo nazioniste qui occupe la Palestine. Il n’y a pas à dire.Dieu rend la monnaie tôt au tard.

younes lyon :

sallam allaikom wallah ajmel photo machaa allah rabi yahdina .

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles