Accueil > Evénements > Algérie >

[ Algérie - France ] Présidentielles françaises : Pour qui votera Bouteflika ?

mardi 6 février 2007, écrit par : Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

Jack Lang, ancien ministre et conseiller spécial de Ségolène Royal, a été reçu hier à Alger pendant près d’une heure et demie par le président Abdelaziz Bouteflika auquel il a remis un message de la candidate socialiste à la présidentielle en France.

Ségolène Royal qui, d’après certaines sources, prévoit un déplacement à Alger pour le mois de mars prochain, emboîte le pas à son principal rival pour l’investiture suprême, le chef de file de la droite Nicolas Sarkozy, qui lors de son séjour algérois le 14 novembre dernier avait multiplié les annonces positives, notamment sur le dossier sensible des visas. Selon Lang, Royal est « engagée à approfondir » les relations « d’amitié et de coopération » entre l’Algérie et la France. A l’issue d’une audience que lui a accordée le président de la République, Lang a déclaré à la presse avoir remis au chef de l’Etat « un message personnel de Mme Royal, un message d’engagement à approfondir une action très étroite d’amitié et de coopération entre la France et l’Algérie, si nous accédons aux responsabilités ». Les relations avec l’Algérie sont un « élément essentiel de notre politique étrangère et de notre avenir commun dans le monde méditerranéen », assure Ségolène Royal dans ce texte. « J’aspire à ce que notre partenariat soit considéré comme une référence dans les relations entre le Nord et le Sud », écrit Ségolène Royal dans ce message dont l’AFP a diffusé des extraits. « Ma priorité, si je suis élue, sera de jeter les bases, avec vous, d’une relation renforcée entre nos deux pays, car mon sentiment profond est que nous pouvons résolument passer à une dimension supérieure dans les liens de coopération qui nous unissent ».

Royal souligne que la relation entre la France et l’Algérie « faite d’intimité, doit se développer dans la confiance et être soudée par l’amitié ». Qualifiant la colonisation de « système de domination, de spoliation et d’humiliation », elle estime « fondamental » que Paris et Alger « puissent élaborer ensemble une restitution de l’histoire qui tienne compte de notre histoire partagée ». Les divergences sur l’appréciation des effets de la colonisation empêchent depuis 2005 la signature d’un traité scellant une réconciliation définitive. Alger demande des « excuses » à la France pour les crimes commis en Algérie pendant la période coloniale, avant de signer ce traité voulu par les présidents Jacques Chirac et Bouteflika.

Pour Lang, sa visite en Algérie est une « visite d’amitié » vis-à-vis d’un pays qu’il « aime, respecte et admire ». Le conseiller spécial de Royal a en outre rendu hommage au président Bouteflika « qui a accompli et continue d’accomplir une mission historique à la tête de l’Algérie », a-t-il souligné. Lang est l’invité de l’Institut des études stratégiques globales (IESG) d’Alger, où il devait donner, hier après-midi, une conférence sur le thème : « Europe-Maghreb, quel avenir ? ».


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus